Devenir comme un petit enfant est la porte conduisant aux cieux

Publié le 30 Mars 2012

Jésus a enseigné :"Si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux" (Matthieu 18:3). Quelles sont les vertus propres aux petits enfants?


Dans le Livre de Mormon, Un Autre Testament de Jésus-Christ, le roi Benjamin nous conseille de se "dépouiller de l'homme naturel" (Mosiah 3:19). Puis, il détaille les qualités d'un enfant que nous devons imiter : "soumis, doux, humble, patient, plein d'amour" (Mosiah 3:19).


Pour beaucoup de croyants, développer ces qualités de l'enfant est un défi dans un monde dont la caractéristique est l'égoïsme. Examinons chacune de ces qualités mentionnées par le roi Benjamin.

Soumis

Le dictionnaire Webster donne la définition suivante de soumis :"en conformité avec la gouvernance ou l'autorité". Ma petite-fille se soumet à ses parents, non pas, parce-qu'ils forcent sa soumission, mais parce-que, être conciliante avec eux est une réponse naturelle à leur amour, confort et sécurité.


Nous cédons devant ce que nous aimons: Le Sauveur a mis en garde : "Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l'un, et aimera l'autre; ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre" (Matthieu 6:24). La loyauté partagée divise notre amour. Ceux qui se soumettent à Dieu centrent leur amour sur Lui.

Doux

Doux n'est pas faible. La douceur divine commande le respect par l'exemple. Le débonnaire n'est pas concerné avec la poussée en avant pour la première place. Ils élèvent ceux qui sont à leur charge et sont véritablement heureux quand les autres réussissent. Du reste, ceux qui amassent les bénédictions de la terre les perdront, tandis que les débonnaires "hériteront la terre" (Matthieu 5:5).

Humble

Remarquez la vitesse avec laquelle un enfant pardonne et oublie. Un cœur miséricordieux est le trait principal de l'humilité. Considérez comment une personne humble se libère en pardonnant, tandis qu'une personne orgueilleuse devient l'esclave de ses rancunes. Les chaines d'un cœur impitoyable ligote notre capacité à aimer inconditionnellement


"Quand l'orgueil a prise sur nous, nous perdons notre indépendance vis-à-vis du monde et nous aliénons notre liberté et devenons esclaves du jugement du monde" a dit Président Erza Taft Benson dans son discours intitulé "Prenez garde à l'orgueil" (voir l'Ensign de mai 1989).

Patient

Dans le Guide des Ecritures, la patience est définie comme étant "la capacité d'endurer les afflictions , les insultes ou les blessures sans se plaindre ni user de représailles". Certains argueront que la patience n'est pas une vertu de l'enfant, cependant les petits enfants sont déterminés. Dans ce sens, ils sont spirituellement patients.


L'apôtre Paul déclare que "l'affliction produit la persévérance" (Romains 5:3). La mesure sur le baromètre de notre proximité avec Dieu est la clé de notre réponse à l'affliction. La question n'est pas de savoir si l'adversité va frapper, mais quand elle va frapper. Notre réponse à l'adversité détermine largement notre croissance spirituelle quant à la patience divine.

Plein d'amour

S'il y a quelque chose qui définit le mieux le ministère du Sauveur, c'est l'amour. Jésus aimait les petits enfants et souvent, les prenait dans Ses bras pour répondre à leurs besoins.


Quand je me représente l'amour, je me souviens de notre fils premier-né, de sa frimousse de bambin tachée de sauce spaghetti et de son sourire édenté qui faisait fondre nos coeurs ; qu' importait les pâtes festonnant sa tête ou les boulettes de viandes collées sur le mur!


En tant que parent avancé en âge, j'ai appris à aimer plus et à critiquer moins. Vos jeunes enfants quitteront bientôt votre charge pour faire leur chemin dans le monde. Réfléchissez à ce conseil d'Elder Neal A. Maxwell :"Nous guettons en vain la voix des enfants, des voix que nous trouvions parfois trop fortes et trop continuelles, voire irritantes. Mais cette cacophonie d'enfants, que nous appelions du bruit, était en réalité un doux bruit, un bruit que nous aimerions entendre à nouveau, s'il nous était possible" (Elder Neal A. Maxwell, "La précieuse promesse" Liahona avril 2004).

Conclusion

Les vertus enfantines ne sont pas puériles, car pour les chrétiens, devenir "comme un petit enfant" est la porte conduisant aux cieux.


L'humilité n'est pas de la faiblesse, la soumission n'est pas la capitulation - du moins, pas au sens où le monde l'entend. Mais nous reconnaissons que devenir comme un petit enfant, est le premier pas vacillant en apprenant à marcher sur la route du disciple.

(Publié par DeseretNews – Traduit par Angélique)


La conférence générale pour les enfants

Publié le 28 Mars 2012



Saviez-vous que l'Eglise à mise à votre disposition plusieurs activités que vous pouvez utiliser, imprimer ou télécharger pour aider vos enfants à participer à la conférence générale ?


Sur cette page, vous trouverez un carnet où les enfants pourrons écrire ou dessiner leurs pensées durant le discours de chaque orateur, il y a des jeux d'association en ligne, des pages de coloriage et bien plus....


Découvrez aussi une petite leçon à utiliser avec vos enfants pour mieux les préparer : Les prophètes actuels m’enseignent à choisir le bien

Voici aussi un article qui pourra vous donner quelques idées :


Notre famille a appris qu’en étudiant la conférence générale, nous pouvons inviter quotidiennement l’Esprit dans notre vie.


Se préparer pour la conférence générale

Ma famille et moi trouvons que la meilleure façon de nous préparer pour la prochaine conférence générale consiste à nous plonger dans les conseils donnés lors de la précédente. Quand ma femme a du temps libre, elle lit le numéro du Liahona de la conférence. Elle s’efforce ensuite d’appliquer les enseignements qu’elle apprend. Par exemple, elle m’a dit que le discours de frère Bednar sur l’amélioration de la qualité de nos prières l’a aidée à rechercher plus sérieusement la charité pour élever nos deux fils turbulents.

J’essaie moi aussi de relire le numéro de la dernière conférence. Chaque matin, tandis que je me rends à pied à l’université, j’écoute un discours, puis je médite et prie, laissant les enseignements des prophètes pénétrer dans mon cœur et dans mon esprit. Je converse avec notre Père céleste au sujet de la journée qui va suivre et de mes responsabilités de mari, de père, de saint des derniers jours, d’étudiant et de citoyen.

Un matin, le discours de frère Perry, « Agissons avec simplicité », m’a semblé avoir un rapport direct avec ma situation2. Frère Perry appliquait les principes enseignés par Henry David Thoreau dans Walden pour simplifier notre vie en faisant provision de spiritualité et en obtenant de l’aide face à la pression du monde. Du fait des exigences de mes cours, les sorties en famille sont rares et précieuses. Cependant, un été, avant le discours de frère Perry, nous avons visité l’étang de Walden et avons passé un moment à méditer, à l’intérieur d’une reconstitution de la cabane de Thoreau. Nous avons profité au mieux de cet après-midi en pataugeant dans l’étang et en faisant des châteaux de sable sur la plage. De retour à la maison, toute la famille a remercié notre Père céleste pour ses créations dont nous avons profité ensemble.

Des mois plus tard, alors que je marchais péniblement sur des trottoirs couverts de neige, je me suis souvenu de ce bel après-midi d’été. À la suite de cette expérience et du message de frère Perry, j’ai compris plus clairement combien il m’est essentiel de passer du temps avec ma famille pour mener une vie résolument centrée sur l’Évangile.

En plus d’écouter individuellement les discours de conférence, nous en écoutons un en famille sur l’ordinateur, le dimanche matin, pendant que nous nous préparons pour aller à l’église. Une fois, ma femme et moi avons surpris notre fils de quatre ans en train de demander à notre fils cadet de se taire pour qu’il puisse écouter le président Monson.

Les enseignements de notre Sauveur, transmis par la bouche des prophètes modernes, sont une bénédiction pour notre famille. En cherchant à inclure les prophètes, voyants et révélateurs dans notre vie quotidienne, nous avons permis au Saint-Esprit de devenir notre guide constant. Nous répétons d’ailleurs les paroles du cantique : « Seigneur, merci pour le prophète ».

En étudiant fréquemment les conseils donnés lors de la dernière conférence générale, ma femme et moi avons une meilleure compréhension des enseignements du Seigneur lorsqu’arrive la conférence générale. Nous sommes spirituellement édifiés et mieux préparés à recevoir ses enseignements actuels par l’intermédiaire de ses serviteurs, les prophètes.

Se concentrer sur la conférence

En plus d’étudier les discours des conférences passées, réfléchissez aux idées suivantes qui vous aideront à être instruits lors de la prochaine conférence :

• Priez et jeûnez pour recevoir la réponse à vos prières en écoutant les orateurs.

• Abordez la conférence avec des questions précises à l’esprit.


• Débarrassez-vous de toutes les tâches, des achats et des autres courses avant la conférence afin de pouvoir être attentifs.


• Reposez-vous bien les nuits précédant la conférence pour préparer votre esprit à recevoir l’inspiration.


• Notez les impressions, les inspirations et les idées que vous recevez.

De plus, découvrez un article intitulé "Bénédictions de la conférence générale" partagé par Paul V. Johnson des soixante-dix......


Qu'en pensez-vous ? Comment allez-vous vous préparer personnellement et en famille ?

Un étendard pour les nations…

 Publié le 27 Mars 2012

« Si nous enseignons par l’Esprit et que vous écoutez par l’Esprit, l’un d’entre nous évoquera votre situation, vous envoyant, juste pour vous une épître personnelle d’un prophète. » à dit Elder Holland du collège des douze apôtres de l’Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours.

Les membres de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres ont encouragés à maintes reprises la participation à la conférence générale, une réunion où les prophètes et les apôtres nous parlent aujourd'hui. Ce conseil de participer est utile alors que nous nous préparons pour la conférence générale à nouveau ; conférence qui aura lieu ce weekend.

Elder Holland à dit que chaque orateur de la conférence agit comme des « anges mortels » qui « sonnent la trompette de Dieu ». Chaque sermon est toujours, par définition, à la fois un témoignage et un avertissement, tout comme la nature elle même nous rendra témoignage avec amour et nous avertira en ces derniers jours. »

Il continue « Vous savez peut-être déjà (si ce n’est pas le cas, vous devriez le savoir) qu’à de rares exceptions près, aucun homme, aucune femme qui s’exprime ici ne se voit imposer de thème. Chaque orateur doit jeûner, prier et rechercher, commencer et s’arrêter et recommencer jusqu’à ce qu’il ait la conviction que son sujet est celui que le Seigneur désire qu’il traite à cette conférence, en ce moment, indépendamment de souhaits ou de préférences personnels »

Il ajoute : « Nous témoignons à toutes les nations, familles, langues et peuples que non seulement Dieu vit mais qu’il parle et qu’à notre époque, les conseils que vous avez entendus sont, sous l’inspiration du Saint-Esprit, « la volonté du Seigneur … la parole du Seigneur … la voix du Seigneur et le pouvoir de Dieu pour le salut. »

« Frères et sœurs, à la conférence générale, nous offrons notre témoignage parallèlement à d’autres qui viendront par la suite parce que, d’une manière ou d’une autre, Dieu fera entendre sa voix. Le Sauveur a dit à ses prophètes : « Je vous envoie témoigner et avertir le peuple. »

Nous vous invitons à vous préparer pour la conférence, à inviter vos amis à y participer ainsi qu’y participer vous-même. La conférence sera diffusée dans les Centres de Pieu ainsi qu’en ligne. Notre site participera à rendre la diffusion de cette conférence possible.

Puissions-nous tous nous faire un festin de cet étendard pour les nations…


De quelle manière compter-vous vous préparer personnellement et en famille pour cette conférence ? Partagez vos idées pour aider d’autres lecteurs….soit en nous envoyant un email à saintsdesderniersjours@gmail.com  ou bien sur notre page Facebook….

Réunion générale des Jeunes Filles 2012.

Publié le 25 Mars 2012
Une vidéo musicale remplie d’inspiration……

Voir le verre à moitié plein !

Publié le 23 Mars 2012

Le plan était d'avoir une journée tranquille et relaxante après que l'église soit terminée et avoir un repas simple à la fin de la journée. Ensuite j'ai pris la décision de mettre ma poêle d'huile sur le feu et d'aller répondre à mon téléphone portable que j'avais laissé dans ma chambre.


Trente secondes plus tard, j'ai senti l'odeur de fumée et de brûlé. En retournant dans la cuisine j'ai vu le haut de la gazinière, les meubles au-dessus de celle-ci, les meubles sur la gauche et la droite de la cuisine et le plafond engloutis par les flammes.
Ma réaction a été de crier le nom de mon mari et de mon fils qui étaient endormis. Matt a bondi dans les escaliers avec mon mari, Reid, pas loin derrière. J'ai attrapé le téléphone et composé le numéro d'urgence.

Matt a hésité pendant quelques secondes, puis a jaiili dans le garde-manger où nous gardions un extincteur, et, alors que les flammes se mettaient en travers de sa route pendant qu'il revenait en arrière, il tira sur la goupille, et après plusieurs tentatives pour retirer la goupille, il commença à arroser les placards avec des produits chimiques.

Quand l'extincteur fut vidé, les flammes continuaient de sortir de la poêle et étaient sur le point de redémarrer en direction des placards donc Matt a attrapé quelques torchons et a sorti la poêle en feu de la cuisine, puis l'a jetée à travers le patio en ciment. Reid battait le feu de la gazinière avec une serviette mouillée pour étouffer le feu restant, et, quand Matt revint à l'intérieur, il courra en bas des escaliers et éteignit le disjoncteur.

Les policiers et l'ambulance sont arrivés en quelques minutes, les pompiers en 5-6 minutes – réactivité assez impressionnante. De la fumée noire a rapidement remplie la maison et descendit à l'étage inférieur même si le feu ne fut que relativement court.Ma gorge brûlait et je commençais à tousser bien que je sois sortie pour échaper au bruit de l'alarme incendie pour pouvoir parler au téléphone avec les personnes d'urgence. Reid et Matt étaient couverts de suie et de produits chimiques et souffraient de maux de tête, ils toussaient et avaient mal à la gorge.

Selon les pompiers, la gloire revient à Matt pour sa rapidité de pensée et d'actions. S'il n'avait pas jeté la poêle dehors, le feu aurait continué à se propager le long du mur et ensuite à travers le grenier et la situation aurait été bien pire. Malgré tout notre cuisine était détruite et sérieusement endommagée.

Notre réponse?

Quand tout le monde était parti mon mari appela la famille dans la pièce principale et nous nous sommes agenouillés et avons prié pour remercier notre Père Céleste pour sa protection et son amour et avons exprimé notre profonde gratitude pour toutes nos bénédictions. Nous étions tous saints et saufs.

Dans les cinq minutes qui suivirent, notre petite voisine, Emily, frappait à notre porte pour nous dire que sa mère voulait que nous venions dîner chez eux. Notre évêque et sa femme ayant entendu la nouvelle, étaient venu nous voir et elle avait préparé des repas pour plusieurs jours. Ce soir là des amis nous ont invités chez eux pour le dîner du lundi. Ma soeur au foyer est venue le lundi, en offrant de m'emmener le déjeuner et de me préparer le dîner et a dit: "Utilise ma cuisine pendant que je suis partie les prochaines semaines". Au moment du dîner du lundi, des amis nous ont offert tout le rez-de chaussée de leur maison pendant les travaux de la nôtre.

Mon fils, Thomas, à qui j'étais en train de parler au téléphone et qui m'a entendu crier, " Ma cuisine est en feu!", et à qui j'ai ensuite raccroché au nez, était devant notre porte en une demie heure avec sa femme, Chesea, qui avait enfilé un sweat shirt, et avait emmené un aspirateur et des chiffons pour nous aider à essuyer tous les objets de valeur et creuser sous une partie de l'horrible résidu noir. Une autre amie m'a déposé un Wok pour cuisiner et a offert de me prêter son micro-ondes, un cuiseur à riz, des poêlons...etc.

Ma cuisine était détruite mais mon coeur débordait de gratitude envers Dieu, envers ses bienfaits et sa miséricorde, envers mes amis et mes proches qui ont été si généreux et ont agis en son nom.

Vous pourriez dire que Dieu n'a pas éteind le feu mais mon fils de 17 ans a répondu docilement en entendant mes pleurs et ma demande à l'aide. Il a utilisé les choses qu'il avait apprises au camp scout des Saints des Derniers Jours, à savoir agir calmement et éloigner le feu. Mon mari a agit rapidement, selon les enseignements qu'il avait donné au camp Scout pendant des années et a donné des leçons de préparation à mon fils pendant les soirées familiales.

Pendant les dernières années les membres de l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours ont été encouragés à se préparer aux situations d'urgence – qu'elles soient spirituelles, financières, physiques ou émotionnelles. Je suis reconnaissante pour mes voisins et pour l'Evangile qui nous enseigne et nous encourage à être préparés pour les catastrophes naturelles et les situations d'urgences. Je peux témoigner de la valeur de la préparation et de ses réels bienfaits.

(Publié par DeseretNews – Traduit par Sophie)

Élever des ados : Il n’y a pas de manuel d’instruction, mais il y a certaines garanties

Publié le 21 et 22 Mars 2012

Pour une quelconque raison, les enfants sont des experts quand il s'agit de demander "pourquoi?" Cela commence vers l'âge de 2 ans avec d'authentiques questionnements sur la marche du monde, puis atteint un pic à l'adolescence avec d'authentiques défis à votre autorité.

Ne vous méprenez pas, je ne suis pas en train de dire que les parents n'empoisonnent pas leurs enfants avec leur lot de "pourquoi" aussi. Mais pour la plupart des parents, la question pour laquelle ils veulent une réponse, n'est pas tant un "pourquoi" mais plutôt un "qu'est-ce que", dans le genre "et maintenant qu'est-ce que je fais?"

En fait, le vieux dicton dit vrai : "les enfants n'arrivent pas avec un manuel d'instruction". Mais même si cela n'est pas d'un grand secours, laissez-moi vous rassurer, ils arrivent avec certaines garanties.

LES ENFANTS VONT, PROBABLEMENT, SE REBELLER

Depuis reculer l'heure du couvre-feu jusqu'à faire l'expérience du sexe et des drogues, à un certain moment (probablement à l'adolescence), il y a de fortes chances pour que votre enfant cherche à repousser les limites de l'autorité.

"Tendre à se rebeller contre l'autorité est le moyen naturel chez l'adolescent de rechercher l'indépendance" a déclaré Ben Ashcraft, conseiller conjugal et familial à "A time for Change Counseling Services". Ceci est une manifestation typique des adolescents attendu que la conduite qui les pousse à vouloir prendre leurs propres décisions est plus forte que jamais, bien qu'ils vivent encore sous l'autorité de leurs parents.

En fait, selon Ashcraft, un peu de rebellion peut s'avérer une bonne chose dans la mesure où cela aide les ados à acquerir l'expérience de prendre des décisions et vivre avec leurs conséquences.

"S'ils ne se rebellaient pas, ils ne pourraient pas développer leur sens de l'indépendance qui les prépare à la vie adulte" a t'il dit.

LES PARENTS VONT, PROBABLEMENT, FAIRE DES ERREURS

Les ados, bien sûr, ne sont pas les seuls à faire des erreurs.

Soyez parents depuis assez longtemps et vous êtes bons pour vous retrouver dans une situation que vous auriez souhaité avoir réglé différemment. Que vous soyez trop strict ou trop indulgent, apprendre à être un bon parent suppose tout un tas de tâtonnements et tout parent commet, au moins, quelques erreurs.

Si vous croyez que votre ado n'a pas compris cela, vous vous trompez: Mais ce qui pourrait vous surprendre, c'est qu'en dépit d'être conscients de vos faiblesses, la plupart des ados reconnaissent la difficulté qu'il y a à être parent et apprécie, réellement, votre effort.

"Je sais que mes parents font de leur mieux avec ce qu'ils ont reçu. Je sais que ma mère et mon père ressentent la pression de faire encore mieux, mais je pense qu'avec ce qu'ils ont reçu, ils font du mieux qu'ils peuvent et font de gros efforts" a dit Kolbey Peterson, 17 ans.

"Je pense qu'ils s'en tirent bien. Font-ils des erreurs ? Certainement, mais je tourne bien" ajoute Brooklynn Gubler, âgé de 15 ans.

En d'autres termes, bien qu'il y ait peu de chances qu'ils vous rendent le même "tout ce que j'attends de vous est de faire du mieux que vous pouvez" que vous leur servez, aussi bizarre que cela puisse être, si vous le leur demandiez, la plupart des ados seraient d'accord : juste, faites du mieux que vous pouvez.

LA PEUR PEUT EMPÊCHER LA PROGRESSION

Si vous ne faites rien de peur d'envenimer la situation, les choses vont rarement s'arranger.

Comprendre que tous, nous faisons des erreurs est une bonne chose. Cela peut même faciliter un retour en arrière après un mauvais choix. Mais il existe aussi le risque d'un grave effet secondaire : la peur: La peur de faire des erreurs, et la peur que ces erreurs rendent la situation pire qu'elle ne l'est déjà.

En général, c'est la peur qui motive la plupart des parents à adopter l'idée que "je ne vais rien faire d'autre, parce que je ne veux pas les pousser dans leurs retranchements et rendre les choses encore pires". Le résultat, c'est que l'ado continue à prendre des décisions difficiles uniquement basées sur les impulsions qu'ils reçoivent de leur pairs et et de la part d'autres influences non-parentales.

En fait, les adolescents vivent encore sous le toit de leurs parents pour une bonne raison : ils ont besoin de leur direction, conseil et structure parentale pour les aider à apprendre comment faire leurs propres décisions. En d'autres termes, ils ont besoin de quelqu'un qui les pousse dans la bonne direction.

Elder Larry Lawrence, un membre du Conseil des Soixante-Dix de l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, le définit ainsi :"Imaginez un instant, que votre fille soit assise sur les rails de la voie ferrée et que vous entendiez le train siffler: Allez-vous l'avertir de sortir des rails ? Ou bien allez-vous hésiter de peur qu'elle ne pense que vous voulez la surprotégez? Est-ce que si elle ignore votre avertissement, vous n'allez pas rapidement la prendre et la mettre en sécurité? Bien sûr que vous le feriez! Votre amour pour votre fille surpasserait toute autre considération. Sa vie aurait plus de valeur que sa temporaire bonne volonté".

Donc, en réponse à la classique question parentale "qu'est-ce que je vais faire ?" la meilleure réponse pourrait être seulement, "faites quelque chose". Faites du mieux que vous pouvez, quoi que ce soit en réalité, afin que votre enfant sache ce que vous pensez et que vous vous souciez. Que ce soit l'affaire de deux mois ou d'un discours de deux minutes, juste faites quelque chose. Alors, même si vous faites des erreurs, quand votre enfant utilise sa question favorite pour défier votre logique parentale, au moins vous pouvez répondre avec confiance :

" Parce-que je t'aime, voilà pourquoi".

(Publié par DeseretNews – Traduit par Angélique)

Un domaine d’action considérable

Publié le 20 Mars 2012


Comme vous le savez nous sommes dans une église vivante. C’est-à-dire une église où chacun à un rôle à jouer dans la mesure de ses capacités physiques et morales. Mais même si nous sommes écrasées par la douleur, les soucis, nous pouvons nous tourner vers les autres afin de soulager leur cœur et de les accompagner afin que leur fardeaux soit allégé.


Le Seigneur nous a enseigné de rire avec ceux qui rient et de pleurer avec ceux qui pleurent. Bien entendu il ne demande pas que nous souffrions les souffrances des autres mais qu’il suffise parfois qu’on ait une oreille attentive et discrète pour aider les personnes dans la tristesse. Nous pouvons aider les membres et ceux qui ne sont pas membre de notre Eglise autour de nous chaque jour de notre vie.

Je me souviens il y a des années j’étais entrée à l’hôpital pour me faire opérer de la colonne et on avait anesthésié la partie qu’on avait radiographié donc la souffrance avait disparue à tel point que je me demandais, si au lieu de me faire opérer le lendemain je ne devais pas rentrer chez moi. Le soir, en allant faire ma toilette je chantais des chansons d’Edith Piaf dans la salle de bain commune avec la chambre voisine et là, une personne de la chambre à côté est entrée et m’a dit « oh c’est vous qui chantez si bien ; cela nous fait tant de bien. » Puis elle a dit : « surtout pour une dame qui est là depuis six mois et ne peut plus sortir du lit car ses os risquent de casser tant on lui a donné de la cortisone. » J’ai ressenti une profonde tristesse pour cette personne et j’ai dit à la dame : « Ce soir je passerai dans votre chambre et je viendrai chanter afin de vous consoler de vos souffrances. »


Il est certain qu’il m’était impossible de leur enlever la douleur mais j’apporterai un peu de baume au cœur à ces personnes d’un certain âge. Le soir venu, mon dos ne me faisait toujours pas souffrir alors je suis entrée par la salle de bain afin que les infirmières ne me voient pas quitter ma chambre et j’ai mis une chaise au milieu de la chambre. Là j’ai commencé à chanter sur un répertoire de chansons anciennes car les personnes étaient d’un certain âge. La dame qui était depuis tant de temps à l’hôpital s’est mise à pleurer mais c’était de joie. Elle m’a dit que c’était la première fois qu’elle ressentait ce bonheur depuis si longtemps. Croyez-moi frères et sœurs, son bonheur je le ressentais encore plus au fond de moi car j’avais fait ce jour là une chose que le Seigneur attendait de moi. Ensuite après un peu de temps, la porte de la chambre s’est ouverte et un médecin à dit « mais que faites vous là, demain on vous opère ? J’ai répondu que j’avais envie de pousser la chansonnette et il m’a sommé de retourner au lit. Ce que je fis après avoir embrassé les quatre dames. Jamais je n’oublierai la lumière dans leurs yeux et cela m’a tellement rendu heureuse.

Tout ceci pour vous dire que où que nous soyons, quoi que nous fassions nous pouvons apporter de l’amour dans le cœur des gens. C’est ce que le Seigneur attend de nous. Eliza Snow (1804-1887) qui était deuxième présidente générale de la Société de Secours à dit : Il n’y a pas une seule sœur, si isolée et si limitée en champs d’action soit-elle, qui ne puisse contribuer de façon important à l’établissement du royaume de Dieu ici bas, Sœur Snow à aussi enseigné que la Société de Secours a été organisée pour l’accomplissement de toute tâche bonne et noble.


Aux sœurs et aux frères qui se demandent si ces contributions apparemment discrètes servent à quelque chose, frère Ballard répond : « chaque sœur (et frère) qui défend la vérité et la justice atténue l’influence du mal. Chaque sœur qui fortifie et protège sa famille fait l’œuvre de Dieu. Chaque sœur qui vit comme une femme de Dieu devient un phare qui peut guider les autres et plante des graines d’influence juste qui produiront des fruits pendant des dizaines d’années.


Je rends enfin témoignage que chaque fois que vous faites quelque chose pour le plus petit d’entre vous qu’ils soit membre de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours ou non, c’est au Seigneur que vous le faites.

(Article partagé par Eliane Charles)



L’appétit détermine le festin

Publié le 19 Mars 2012

Un vrai festin n’est pas uniquement le menu, mais l’appétit.

Les écritures sont pleines de références sur l’appétit. Pour les Chrétiens, notre responsabilité est d’avoir « faim et soif de justice » (Matthieu 5 : 6) et de se faire « un festin de la parole du Christ » (2 Néphi 31 :20)

Lorsque nous fortifions l’esprit, il nous nourrit. Inversement, lorsque nous nourrissons l’homme naturel, il nous cannibalise.

Une voiture de course nommée désir.

Tout comme l’appétit produit la fidélité pour l’objet désiré, un appétit débridé divise notre loyauté. Lorsque cela arrive, nous atermoyons souvent avec des activités plus dignes.

Il y a quelques années, j’étais l’instructeur au foyer d’un homme que nous appellerons Ted. Il avait une femme adorable et une petite fille très douce. La faim de Ted était la course automobile. Ce qui avait commencé comme un passe-temps les week-ends, avait tourné à l’obsession. Plus Ted nourrissait sa faim pour la course automobile, plus il négligeait sa famille et ses responsabilités dans l’église.

Ted avait toujours l’intention de revenir à l’église après la saison de stock-car, d’enseigner sa fille au sujet de Dieu lorsqu’il aurait raccroché son casque ; de devenir une famille éternelle lorsque…

Malheureusement, la vie de Ted s’est finie au troisième tour de sa course finale. Le temps avait manqué, la mortalité était finie et ce détour de diversion était marqué par le drapeau à damiers du non-retour.

Dans le Livre de Mormon, autre témoignage de Jésus Christ, le prophète Amulek a déclaré : « Car voici, cette vie est le moment où les hommes doivent se préparer à rencontrer Dieu ; oui, voici, le jour de cette vie est le jour où les hommes doivent accomplir leurs œuvres. » (Alma 34 :32)

Se nourrir ou mourir de faim.

Au-delà de l’atermoiement, est la question du désir en lui-même. Tout le monde a des appétits ; sans eux, nous sommes confrontés à l’extinction. Pour ceux qui sont spirituellement astucieux, le jardin nourricier de Dieu est plus facile à cultiver et à digérer quand on a développé un appétit pour le don de soi.

Notre choix n’est pas entre un désir débridé à la seule fin d’assouvir nos appétits et une vie monacale pour une autre fin. En nourrissant nos âmes par l’alimentation équilibrée de foi, de service, de travail et de loisirs sains, nous privons l’homme naturel à dessein.

Puisque tout le monde a reçu les précieux dons du temps et du choix, nous devons décider par nous-mêmes quand et comment nous allons utiliser ces dons précieux.

« Le véritable succès dans cette vie vient par la consécration de nos vies – c’est notre temps et nos choix - aux desseins de Dieu « (Elder D. Todd Christopherson « Réflexions sur une vie consacrée » Ensign, Novembre 2010)

L’appétit spirituel

Lorsque nous développons du goût pour la douceur des choses spirituelles, nous ne faisons pas seulement un festin, mais nous avons l’énergie de nourrir les autres.

Par contraste, lorsque nous nourrissons nos appétits naturels au-delà d’une saine nécessité, nous confondons quelquefois l’égoïsme réel avec la préservation de soi.

Ce qui est vrai pour notre appétit spirituel est également vrai de la foi : « : « Et voici lorsque l’arbre commencera à pousser, nourrissons-le avec grand soin, afin qu’il prenne racine, afin qu’il pousse et nous donne du fruit… » (Alma 32 :37) Par expérience avec Dieu, foi et festins vont main dans la main.

(Publié par DeseretNews – Traduit par Claudie)

Enseigner nos enfants au sujet du Christ

Publié le 16 Mars 2012

Nos voyages à travers le monde nous ont appris que la plupart des parents chrétiens aimeraient être capables de mieux enseigner leurs enfants au sujet du Christ.

Quelque soit leur dénomination, s’ils se considèrent comme des chrétiens, les parents savent que le fait d’en savoir d’avantage au sujet du Christ aidera leurs enfants non seulement à vivre mieux mais également à être plus en sécurité et plus heureux.

Et la plupart d’entre nous savons, au fond de nous-mêmes, que connaître Jésus et ses enseignements ne devrait pas être juste un des aspects de la nature et de la personnalité de nos enfants, mais devrait en devenir le cœur. En fin de compte, de toutes les choses que nous voulons enseigner à nos enfants, aucune n’est aussi importante que celle de les aider à mieux connaître le Sauveur.

Habituellement le point de départ le plus courant consiste en un livre d’image sur le Nouveau Testament pour les jeunes enfants. Il n’y a rien de plus merveilleux pour un parent que de lire des histoires à un jeune enfant, et cela devient encore plus intime et émotionnellement fort lorsqu’il s’agit d’histoires sur la vie de Jésus.

Il y a tant de magnifiques livres disponibles aujourd’hui, et nous sommes allés dans des foyers où il y en avait littéralement des centaines sur les étagères des enfants. Nous devrions tous être assurés qu’il s’en trouve au moins un dans notre bibliothèque. Les histoires qui parlent de miracles, de bonté et d’actions héroïques, de ce qui est vraiment important et de ce qui ne l’est pas- sont les plus grandes histoires jamais racontées. Certaines parlent de Jésus et d’autres sont les histoires qu’il racontait aux gens sur les rives de la mer ou sur les collines pour illustrer ses paroles. La plupart sont simples et relativement faciles à comprendre pour les jeunes enfants.

Nous rencontrons parfois des parents qui ne sont pas chrétiens mais qui ont des principes élevés et qui racontent les histoires du Christ simplement parce qu’elles sont les meilleures qu’ils aient trouvées pour enseigner certaines valeurs.

Mais pour les parents qui sont chrétiens, est-ce qu’une histoire avant d’aller dormir de temps à autre peut être suffisante en soit? Ou bien est-ce que la plupart d’entre nous recherchons une manière approfondi et systématique d’enseigner le Christ à nos enfants? Nous ressentons souvent que quelque chose d’aussi important ne devrait pas être considéré comme un moment qui se produit lorsque l’occasion se présente et que nous y pensons.

Nous avons conclu il y a de nombreuses années que, pour nous au moins, enseigner le Christ à nos enfants ne devait pas être quelque chose laissé à la chance ou à un caprice et que nous voulions y travailler chaque semaine et avoir une sorte d’organisation à ce sujet. De cette façon, nous n’omettrions aucun des aspects de la vie du Sauveur que nous voudrions que nos enfants connaissent et que nous l’espérions ils finissent par comprendre.

Nous vivions en Angleterre à l’époque et avions la responsabilité non seulement de nos propres enfants, mais également des missionnaires Saints des Derniers Jours dans le sud de la Grande Bretagne. Nous décidâmes que nous voulions qu’ils (nos enfants et nos missionnaires) disposent chaque dimanche d’une nouvelle facette au sujet du Christ sur laquelle se concentrer à l’Eglise. Aussi nous décidèrent de fabriquer environ cinquante petites vignettes, sur chacune se trouvaient une histoire spéciale ou une facette de la vie ou de la nature du Christ.

Notre théorie était que si un enfant ou un adulte dans ce cas, pouvait se concentrer sur une toute nouvelle pensée à propos de Jésus chaque semaine et aller à l’Eglise en y réfléchissant il y aurait une progression graduelle dans sa familiarité et son amour pour le Christ.

Bonne chance à tous ceux qui tout comme nous se démènent pour enseigner à leurs enfants sans doute les plus grandes histoires et leçons de tous les temps.

Question: Que faites-vous ou qu’allez-vous faire dans vos foyers pour enseigner vos enfants au sujet du Christ ?

(Publié par DeseretNews – Traduit par Sylvie S.)


Conseils pour les parents sans enfants à charge

Publié le 14 et 15 Mars 2012

Pour ceux qui sont parents sans enfants à charge ou ceux qui vont le devenir, ma femme et moi comprenons votre douleur, la souffrance, la solitude et d'autres sentiments. Nos deux filles ont maintenant quitté le foyer.

Pour la plupart d'entre nous, avoir des enfants en fin de compte qui quittent le nid est un défi -celui que nous avons certainement pas hâte d’avoir, mais il est à venir. Ces sentiments puissants peuvent être surmontés ou du moins mis dans une certaine perspective.

Nous ne pouvons pas nous proclamer guéri du syndrome du «nid vide», mais nous avons besoin de nous y préparer.

N'oubliez pas que le nid vide fait partie de la vie.

Peu importe ce qu'on vous dit, le syndrome du nid vide est juste une partie de la vie. Les enfants naissent, grandissent et quittent la maison. Bien qu'il ne peut être que coupé et séché, il s'agit d’une séquence.

Une fois que vous comprenez que le vide de la nidification est réel, commencez à faire les choses pour vous préparer ou vous aider à surmonter ces sentiments potentiels.

Mettez en place des traditions avec vos enfants.

C'est peut-être un des aspects les plus importants de la parentalité. Les enfants ont besoin de bonnes traditions sur lesquelles se plier. Ce que nous avons découvert, c’est que les traditions que nous avons commencé en famille sont devenues leurs traditions. Alors que nous voulons qu'ils commencent leurs propres traditions, il n'y a rien de mal à les accrocher à certaines traditions qui sont saines et ainsi honorer la famille. Le partage des traditions vous relie à jamais.

Faites des choses avec vos enfants.

Peu importe ce qu'ils disent, les enfants aiment faire les choses avec vous, ils veulent passer du temps avec nous. Ironie du sort, les moments dont ils se souviennent le plus sont généralement au niveau des petites choses.

Enseignez à vos enfants les principes de l’Evangile.

Dans l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, l’enseignement de vos enfants concernant Père céleste et Jésus Christ est primordial pour une famille éternelle. Ainsi le temps passé à lire et à étudier les écritures en famille est devenu un aliment de base dans leur alimentation quotidienne avec la participation aux réunions du dimanche et le programme des Jeunes Filles. Par conséquent, nos deux filles ont épousé, d’anciens missionnaires qui ont été scouts, au temple , et ils élèvent leurs familles de la même façon qu’ils ont été élevés.

Pensez à ce vide de nidification comme un nouveau départ.

Une façon de penser à ce vide est qu'il est peut être l'occasion pour un nouveau départ. Au cours de ces années, où nos enfants sont en croissance, nous passons tous une quantité excessive de temps avec eux. Parfois, nous n'arrivons pas à nous rappeler que nous avons besoin de temps pour nous-mêmes. Certes, notre première responsabilité est nos familles. Quand ils sont partis, pensez à ce moment comme le démarrage pour commencer quelque chose que vous avez voulu faire. Pensez à des objectifs et sortez pour les accomplir.

Se préparer maintenant pour la nidification du vide.

Si vos enfants ne sont pas encore partis, mais sont sur le départ commencez à vous y préparer dès maintenant. Le défi réside habituellement avec l'impréparation de notre part. Parfois, nous pensons qu'il faudra une vie avant que nos enfants partent, mais la durée de vie de nos barrages fait souvent que nous ne connaissons ce qui nous a frappé. Si nous nous fixons des objectifs annuels, et les accomplissons y compris lorsque nos enfants partiront, nous nous sentirons beaucoup mieux. Nous devons nous invertir en vue de ces jours là.

Ressusciter quelque chose de vieux et apprendre quelque chose de nouveau.

Souvent, notre identité et les compétences deviennent subordonnés aux identités et aux compétences de nos enfants. Mais l'apprentissage ne devrait jamais finir. Quand les enfants partent, vous aurez probablement plus de temps entre vos mains. Vous devrez peut -être ressusciter un passe-temps ancien ou des compétences ou apprendre quelque chose de nouveau. Aujourd'hui, vous pouvez apprendre beaucoup de choses nouvelles au sein de votre communauté ou même en ligne.

Continuer à vous courtiser.

Nous croyons fermement à la poursuite de ce processus, la courtoisie conjugale. Il nous est conseillé de ne jamais nous arrêter même après le mariage. Au contraire nous devrions le faire chaque semaine. Quand j'étais président de collège, mon emploi du temps était très chargé. Nous avons décidé que nous déjeunerions ensemble tous les jeudis. Nous avons apprécié ce temps ensemble, qu'il s'agisse d'un hamburger dans un restaurant rapide ou d’un déjeuner dans notre restaurant mexicain ou chinois préféré. L'endroit n'était pas important, mais passer du temps l’était.

Restez en contact.

Une fois que les enfants quittent le nid, il y a une tendance à croire. que vous n'aurez plus jamais de contact avec eux. Nous avons découvert que les filles veulent toujours et ont besoin de contacts. Elles aiment appeler leur mère pour tout simplement discuter, sur les recettes de cuisine, ou autre chose. Maintenant, avec un petit-enfant, nous essayons de chatter sur Google une fois par semaine afin que nous puissions établir une relation avec notre petite fille. Grâce à la technologie il n’a jamais aussi facile de communiquer.


.....
 Cherchez des occasions de servir

Une façon d'éliminer certains de ces sentiments est de servir les autres. Au sein de votre communauté, il existe d'innombrables façons de servir. Si vous appartenez à une église, parlez-en à votre pasteur ou évêque pour d'autres façons de servir. Il y a de nombreuses façons pour être utile.

Gardez le sourire.

Un sens de l'humour est la clé du déblocage de ces sentiments pour prendre le dessus. Un des plus grands défis que nous aurons jamais à affronter, est quand nos enfants quittent la maison, mais en sachant que vous leur avait bien enseigné à se souvenir de tous les moments de plaisir passés avec eux, gardez le sourire sur votre visage. Dory dans "Le Monde de Nemo" nous a nonchalamment conseillé, "Il suffit de nager, il suffit juste de nager . Donc comme Dory, nous devrions juste dire ,« Juste gardez le sourire. Juste gardez le sourire. Donc, si vous êtes actuellement un nid vide sans oiseaux" ou ferez face à cette situation dans un proche avenir rappelez-vous il y a des façons de se préparer et d’aller de l’avant.

(Publié par DeseretNews – Traduit par Sylvie)

Témoignages de Saints des Derniers Jours

Publié le 13 Mars 2012


 
A la suite de notre article sur le Livre de Mormon, vos témoignages et messages laissés sur notre page Facebook étaient si merveilleux que nous nous devions de les patager avec nos lecteurs. Pour ceux d'entre vous qui n'êtes pas encore sur notre page Facebook ou si vous n'avez pas encore eu le temps de les lire, voici de merveilleux messages.


Si vous souhaitez ajoutez le votre, n'hésitez pas à nous envoyer un message ou rejoignez-nous sur Facebook.... Merci à tous !


Danielle M. : "L
e livre de mormon est la preuve qu' il y a des centaines d'années Dieu se souciait déja de nous, à notre époque."

Marcelline V. : "Qui mieux que lui pour ce souvenir que nous sommes ses enfants a tout jamais???QUELLE SOUFFRANCE A T IL DU SUPPORTER.
Jaime le livre de mormon car il ma permi de découvrire l amour de notre Pere Céleste et de son fils Jésus Christ de voir tout ce qu il fait pour nous il ma donné le bonheur dans ma vie dans mon foyer et de pouvoir étre un exenble pour les autres il nous a donné tant de preuve qu il m aime j ai un témoignage que si nous estons dans la droiture et nous aimons les un les autres nous retournerons un jour auprés de lui car je sais que aprés la mort il y a autre chose que la plus grande richésse ses pas l argent ses ce que nous avons fait de bon dans ce monde la charité n a pas de prix il ce donne sans retour et de bon coeur."

Jacqueline D. : "C'est le GPS de notre existence.... quel que soit le problème que nous puissions rencontrer, la solution est dans la lecture attive de ses pages. et il ne se trompe jamais !!"

Florence M.T. : "Le Livre de Mormon est un bonbon pour mon âme! Il goûte bon! Des bras chauds autour de moi. La certitude d'être aimée par quelqu'un de plus grand que moi. Savoir que je viens d'ailleurs d'un monde meilleur et plus désirable!"

Virniouchka P. : "C'est de la manne tombée du ciel! Un témoignage de l'Amour de Dieu par Son fils, notre Sauveur Jésus-Christ à l'humanité, à moi. Un complément de la mission divine du Fils et de son Sacrifice pour moi. Il a pris mes atrophies, mes douleurs, mes maux, mes péchés... mes infirmités dans sa chair pour que je n'ai pas à les vivre. Il les a ressenties dans son propre corps, Il me connait et sait qui je suis. Qui mieux que Lui sait ce que je vis???"

Antonio M. : "Le livre de Mormon est une perle son ecrin est l Eglise retablit par le prophete Joseph Smith,il nous trace la route pour atteindre le royaume celeste, il nous protege des tourments de ce monde."


Virginie C.M. : "
Le livre de Mormon est le témoignage que nous sommes les enfants de Dieu; Que nous sommes sur terre pour progesser nous améliorer encore et toujours. Le livre de Monmon me permet de méditer sur ma vie et m'aide lors de mes choix à me liberer de ce qui pourrait m'entraver. Le livre de Mormon témoigne de l'existance de Jésus. Le livre de Mormon est bien le plus parfait des livre surterre."


Et voici un merveilleux témoignage en préparation de la conférence générale.....Merci du fond du coeur....

" C'est avec beaucoup de reconnaissance que j'attends à nouveau cette conférénce générale qui approche à grand pas , j'ai presque les larmes aux yeux en pensant à la dernière conférence elle avait été d'un très grand reconfort. Celle qui arrive comment vais-je me préparer?

Ma petite recette personnelle: J'écouterais nos autorités générales avec des nombreuses questions en tête, je sais tout comme à la dernière conférence une, deux ou trois autorité s'adressera à moi personnellement, je prie beaucoup pour eux et leurs familles, je suis souvent très touchée lorsque je pense au prophète et au courage qu'il a toujours eu de suivre l'esprit, je me rends compte combien ce n'est pas toujours facile de le faire mais il faut le faire car Dieu est amour, je me prépare aussi en lisant les écritures oh, ce matin chers lecteurs, j'étais assise dans le train qui me conduisait vers mon travail et j'ai pu terminer de lire le livre d'Esther en 3/4 d'heurs , j'ai été faciner de voir combien cette femme malgré le risque de danger qui pouvait plâner sur sa tête est parvenu grâce au jeûne et à la prière a sauvé tout un peuple le peuple Juif de l'époque et a permis à Mardoché d'être élévé au-delà de ses espérances et tout ça par le pouvoir de Dieu en s'humiliant dans un jeûne fervent.

L'écriture Esther 4:14" ... dit qui sait si n'est pas pour un temps comme celui-ci que tu es parvenue à la Royauté? "
En tant que pionnière au sein de ma famille j'ai une grande responsabilité sur le plan spirituel donc le jeûne fera parti aussi de ma préparation.

C'est avec une grande joie que j'attends les directives de notre SEIGNEURS par l'intermédaire de SES HUMBLE SERVITEURS, NOS AUTORITES GENERALES.
QUE DIEU VOUS BENISSE TOUS!
QUE CETTE CONFERENCE SOIT UNE SOURCE DE JOIE ET DE BONHEUR POUR VOUS ET VOS FAMILLES.

Paule V. - votre fidèle lectrice

Les dates de la conférence générale d’Avril ont été annoncées

Publié le 12 Mars 2012



Les membres de l’Eglise ainsi que toute autre personne à travers le monde sont invités à participer à la 182ème Conférence générale annuelle de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, qui se tiendra le 31 Mars et 1er Avril, 2012.

Les quatre sessions générales auront lieu le samedi et le dimanche à 10h00 et 14h00 heure MDT (heure des rocheuses). La session de la prêtrise se tiendra le samedi 31 Mars, à 18:00 heures MDT (heure des rocheuses).

Le week-end précédent, le 24 Mars, la présidence générale les jeunes filles, sous la direction de la Première Présidence, tiendra la réunion annuelle pour les jeunes filles, leurs mères, et les dirigeantes des Jeunes Filles.

Chaque événement en direct se déroule dans le centre de conférence de Salt Lake City, Utah, aux États-Unis.

Chaque Avril, les cinq sessions de la conférence générale et la réunion des jeunes filles sont diffusés par satellite dans des chapelles de l’Eglise à travers le monde entier. Les sessions seront aussi disponibles en ligne par l’intermédiaire de lds.org sur notre site.

Les discours de la conférence générale sont publiés sous forme de texte, vidéo, et formats audio en plusieurs langues et des canaux multiples, y compris la télévision, la radio, l'Internet, et d'autres médias.

Retrouvez les moments marquant de la dernière conférence générale en vidéo et en quelques minutes….






Comment comptez-vous vous préparer afin de faire de cette conférence un festin spirituel ? Partagez avec nous pour que nous puissions partager vos commentaires avec nos lecteurs. Envoyez vos message à saintsdesderniersjours@gmail.com  ou sur notre page Facebook.

La preuve de la Divinité du Christ et de du rétablissement de l'évangile des derniers jours

Publié le 11 Mars 2012

Elder Eduardo Gavarret s'est appuyé sur les mots du regretté Président Ezra Taft Benson pour instruire des couples au Séminaire pour les nouveaux Présidents du Centre de formation et Directeurs du Centre des visiteurs au sujet du Livre de Mormon étant une preuve convaincante de l'évangile rétabli.

En parlant le 11 janvier, Elder Gavarret des Soixante- Dix a montré une vidéo rappelant les mots de Président Benson « Le Livre de Mormon est l'instrument que Dieu a conçu pour balayer la terre. »

En s'appuyant sur le chapitre 5 et d'autres pages du guide pour les missionnaires Prêcher mon évangile, Elder Gavarret a dirigé les couples pendant le séminaire sur « un voyage pour trouver les outils pour guider les gens vers leur propre conversion, parce que le Livre de Mormon, nous pouvons le dire, est la clé vers la conversion. »

Il a mis l'accent sur un nombre de points, y compris les suivants :

Le Livre de Mormon est une preuve puissante de la divinité du Christ.
Le Livre de Mormon est une preuve convaincante que Joseph Smith était un prophète.
Le Livre de Mormon est une preuve convaincante que l'évangile de Jésus-Christ a été rétabli.
Le Livre de Mormon est une preuve de l'amour de Dieu pour ses enfants. Il montre que Dieu parle à ses enfants.

Une partie essentielle de la conversion est de recevoir un témoignage par l'intermédiaire du Saint Esprit, que le Livre de Mormon est vraie.

Elder Gavarret a expliqué que l'ami de l'église ne recevra pas ce témoignage avant d'avoir lu et prié.
« Invitez les gens à lire ce livre, à le comprendre et à demander sincèrement à Dieu s'il est vrai, » a t-il exhorté les couples.

Il a dit aux nouveaux dirigeants qu'ils peuvent aider les missionnaires et les amis de l'église en lisant le Livre de Mormon avec eux.

« Priez pour avoir de l'aide alors quand vous sélectionnez des passages qui répondent à leurs préoccupations, » explique t-il. « Vous pourrez lire avec eux dans le cadre d'un rendez-vous ou d'un suivi. Vous pouvez également organiser une lecture entre les membres et les amis de l'église.

Mais la question importante est qu'ils ont besoin de commencer à lire le Livre de Mormon, et ils trouveront la vérité à travers les pages du Livre de Mormon, le Saint Esprit leur témoignant que le livre est vrai. »

(Publié par LDSChurchNews – Traduit par Delphine)

La famille demeure une valeur sûre....

Publié le 9 Mars 2012

Le journal ladepêche.fr partage un article intitulé : "Plus d'un Français sur deux associe la famille au bonheur" qui pour nous, membres de l'Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours, résonne dans nos coeurs. Nous croyons de tout notre coeur que la famille est ordonnée de Dieu. Le mariage entre l’homme et la femme est essentiel à son plan éternel. On a le plus de chance d’atteindre le bonheur en famille lorsque celle-ci est fondée sur les enseignements du Seigneur Jésus-Christ.


L'article partage que selon une étude réalisée par l'Ifop pour Femme Actuelle et Enfant Magazine, présentée le lundi 5 mars, plus de la moitié des personnes interrogées (53%) estiment que la famille est à mettre en relation avec le terme "bonheur", juste devant la notion de "partage" (44%).


L'article ajoute que "D'une façon générale, les Français ont une vision particulièrement positive de la famille. Outre le bonheur (53%) et le partage (44%), la famille est également associée aux valeurs communes (39%) et à la solidarité (34%).
A contrario, seuls 5% des sondés pensent la famille synonyme de conflits, voire de contraintes (4%)."


Vous pouvez retrouver l'article au complet sur ce lien.


Elder L. Tom Perry du collège des douze ap
ôtres à partagé le message suivant lors de la conférence d'Avril 2003: " Dans ce monde d’agitation et d’incertitude, il est plus important que jamais de faire de notre famille le centre de notre vie et la première de nos priorités. La famille est au centre du plan de notre Père céleste.


(...) Nous devons faire de notre foyer un lieu de refuge contre la tempête, dont l’intensité augmente tout autour de nous. Si l’on néglige ne serait-ce que les plus petits interstices, les influences négatives peuvent s’engouffrer dans les murs mêmes de notre maison."


Comme plus de la moitié des personnes interrogées, nous croyons que la famille est associé au mot bonheur. D'ailleurs, un autre mot est au coeur de nos croyances et est associé à la famille et ce mot est "eternité".


Elder Nelson du collège des douze apôtres à dit: "La progression personnelle est favorisée dans la famille, elle est au centre du plan du Créateur pour la destinée éternelle de ses enfants.»


Nous déclarons que la famille est essentielle au plan du Créateur pour la destinée éternelle de ses enfants.


Découvrez davantage d'information sur l'importance de la famille en visitant ce lien....


Et en visitant d'autres articles en relation avec la famille dans nos archives, catégorie Famille.

(Publié par la rédaction)

Maîtrisez la technologie, Maîtrisez-vous!

Publié le 8 Mars 2012

Un animateur radio, alors qu'il était assis près de quatre personnes à une table dans son restaurant préféré, a remarqué quelque chose d'intéressant. Chacune de ces personnes était en train d'avoir une conversation avec quelqu'un via leur téléphone portable!

Peut-être avons nous tous été coupable de ne pas avoir été concentré sur une personne avec qui nous nous trouvions. Un comportement aussi impoli ne se limite pas aux téléphones portables, tant le nombre de distractions électroniques est infini.

Pourquoi des inconnus ont-ils la priorité sur des personnes présentes autour de nous? Pourquoi n'avons-nous la capacité d'écouter que pour quelques secondes? Les enfants affrontent des challenges similaires lors de voyages en voiture quand ils se languissent du moment où ils arriveront à destination en disant: "Quand est-ce qu'on arrive?"

Etre présent et se concentrer sur la personne avec qui nous sommes est bien plus que de la simple courtoisie, c'est une fondation du respect. De plus, un esprit courtois est enseignable et appréciable.

Il y a une cause commune pour les distractions électroniques décrites précédemment. Comme les épicuriens et les stoïciens à l'époque de Paul, notre société est obsédée "par dire ou entendre de nouvelles choses" (Actes 17: 18-21). Plus nous cherchons à stimuler nos sens, plus notre appétit demande des sensations.

Par nos indulgences dans les technologies distrayantes, on risque de devenir sourds aux personnes qui nous entourent.

Instruments de technologie

La technologie nous ouvre à un nouveau monde de communication, de science, de médecine et de commerce. Cela peut également être un merveilleux outil pour étudier les écritures, partager l'Evangile et rechercher nos ancêtres.

Les instruments de technologie ne sont pas mauvais, mais quand ils deviennent des obsessions, notre obéissance à ces technologies commence à grandir vite dans notre vie. Parmi ces distractions, il y a les heures passées par nos jeunes (et certains adultes) sur les jeux vidéos.

Les sensations des gadgets

Observez n'importe quelle voiture de course. Est-ce utilisé pour le transport de base ou tout simplement pour nourrir l'égo du conducteur? Ce genre de conducteur oscille entre les autres voitures parce qu'il voit la circulation comme un injuste barrage routier dans leur vie personnelle. Plus ils vont vite, plus ils doivent aller vite.

Comme les téléphones portables, une voiture de course n'est pas une distraction si elle est utilisée sagement. Cependant, certains sont accros à l'euphorie que cela procure.

La technologie peut être un moyen pour atteindre un but. A propos des instruments de la technologie, Elder Neal A. Maxwell, du Collège des Douze, a conseillé: "Légitimement nous nous inquiétons de maîtriser la technologie sans nous maîtrisez nous-mêmes". (Neal A. Maxwell, Eternité contre Laïcité, Ensign- Octobre 1974)

Etre là où vous devez être

Peut importe quelle peut être la source de vos distractions, reconnaissez que c'est sans valeur, peu importe à quel point cela peut être miraculeux, cela reste sans valeur. Valorisez les gens qui sont autour de vous. Respectez l'endroit où vous vivez. Chérissez l'instant présent.


Ne partez pas dans un pays lointain en ignorant les personnes qui comptent dans votre vie. La distance pourrait être un détour spirituel et la destination, une voie sans issue.

(Publié par DeseretNews – Traduit par Sophie)

Méfiez-vous de ne pas porter un masque

Publié le 6 Mars 2012

Les jeunes adultes d'aujourd'hui, en raison de leurs avantages, ont le potentiel d'être «la meilleure génération de tous les temps», mais il y aura beaucoup de pression sur chacun «d'agir contrairement à sa personnalité - à même de porter un masque - et de devenir quelqu'un qui ne reflète pas vraiment qui vous êtes ou qui vous voulez être, » Quentin L. Cook, membre du Collège des Douze Apôtres de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, a déclaré dimanche soir devant l'Université Brigham Young-Idaho. Son discours est destiné aux jeunes adultes du monde entier…….

Retrouvez son discours en vidéo et en Français…. (Cliquez sur ce lien)

(la vidéo peut prendre quelques instants à télécharger)

Se libérer de lourds fardeaux

Publié le 5 Mars 2012

Vous devez avoir la foi que le Sauveur a donné sa vie pour que vous puissiez faire les changements nécessaires dans votre vie, changements qui vous apporteront la paix.
Le Sauveur a fait la promesse suivante : « J’allégerai… les fardeaux qui sont mis sur vos épaules, de sorte que vous ne pourrez plus les sentir… et cela, je le ferai pour… que vous sachiez avec certitude que moi, le Seigneur Dieu, j’interviens effectivement en faveur de mon peuple dans ses afflictions . »


Il se peut que vous portiez un lourd fardeau et que vous soyez blessés parce qu’une autre personne vous a gravement offensé. Votre réaction à l’offense que vous avez subie a peut-être altéré votre compréhension de sorte que vous pensez avoir raison d’attendre que cette personne demande le pardon pour que la souffrance disparaisse. Le Sauveur a exclu de tels raisonnements lorsqu’il a commandé :

« C’est pourquoi je vous dis que vous devez vous pardonner les uns aux autres ; car celui qui ne pardonne pas à son frère ses offenses est condamné devant le Seigneur, car c’est en lui que reste le plus grand péché.

« Moi, le Seigneur, je pardonne à qui je veux pardonner, mais de vous il est requis de pardonner à tous les hommes. »

Ne portez pas le fardeau de l’offense plus longtemps. Demandez sincèrement pardon à la personne qui vous a offensé, même si vous considérez que vous n’avez rien fait de mal. Cet effort vous apportera immanquablement la paix et commencera certainement à faire disparaître les graves incompréhensions.

Si vous n’avez pas commis vous-même de péché grave, ne souffrez pas inutilement à cause des conséquences des péchés d’une autre personne. En tant que conjoint, parent ou proche, vous pouvez éprouver de la compassion pour une personne qui est dans le fiel de l’amertume à cause de ses péchés. Cependant, vous ne devez pas vous sentir responsable de ses actes. Une fois que vous avez fait ce qui est raisonnable pour aider la personne que vous aimez, déposez le fardeau aux pieds du Sauveur. Il vous a invité à le faire pour que vous vous libériez des soucis et des angoisses inutiles. Si vous le faites, non seulement vous trouverez la paix, mais vous montrerez aussi votre foi que le Sauveur a le pouvoir d’ôter le fardeau du péché des épaules de votre proche s’il se repent et obéi.


...A vous, qui portez les cicatrices du terrible péché des sévices. Les sévices mentaux, physiques ou sexuels peuvent avoir de graves conséquences qui persistent, à moins que le Seigneur ne les guérisse. Ce peuvent être la peur, la dépression, la culpabilité, la haine de soi et un manque de confiance grandissant dans les autres qui devient un obstacle à la guérison. Vous avez subi des sévices quand quelqu’un a porté atteinte à votre libre arbitre à l’encontre de votre volonté. En toute justice, le Seigneur a prévu un moyen pour que vous surmontiez les conséquences destructrices des sévices. Le soulagement peut commencer grâce aux conseils de vos parents, des dirigeants de la prêtrise et, lorsque cela est nécessaire, grâce à l’aide de thérapeutes compétents. Cependant, vous ne devez pas passer toute votre vie à recevoir une aide psychologique. C’est par votre foi en Jésus-Christ, en son pouvoir et en sa capacité, par son expiation, de guérir les cicatrices causées par quelque chose d’injuste et d’immérité, que la guérison complète se fera.


Il se peut que vous ayez du mal à le croire en raison de ce que vous éprouvez actuellement. Cependant, j’ai vu comment le Sauveur a guéri de lourds cas de sévices de cette manière. Méditez sur le pouvoir de l’Expiation. Priez pour comprendre comment elle peut vous guérir. Demandez de l’aide à votre évêque pour que le Seigneur puisse vous libérer d’un fardeau dont vous n’êtes pas responsables.

Si vous vous êtes sentis poussés à vous libérer des fardeaux dont vous vous êtes chargés vous-mêmes ou dont d’autres personnes vous ont chargés, sachez que ces murmures sont une invitation du Rédempteur. Réagissez en conséquence dès à présent. Il vous aime. Il a donné sa vie pour que vous vous libériez des fardeaux inutiles. Il vous aidera à le faire. Je sais qu’il a le pouvoir de vous guérir. Commencez maintenant.....

Richard G. Scott - Membre du collège des douze apôtres de l’Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours


Pourquoi avons-nous besoin de prophètes ?

Publié le 2 et 3 Mars 2012


Parce qu’il aime ses enfants, notre Père céleste ne les a pas laissés traverser cette condition mortelle sans directives ni conseils. Ses enseignements ne sont pas ordinaires, prévisibles ou banals comme ceux que vous pouvez trouver dans des livres de poche à la librairie du coin. Ils sont la sagesse d’un Être céleste omnipotent et omniscient qui aime ses enfants. Dans ses paroles se trouve le plus grand des secrets : la clef du bonheur dans cette vie et dans le monde à venir.

Sur la terre, notre Père céleste révèle cette sagesse à ses enfants par l’intermédiaire de ses serviteurs, les prophètes (voir Amos 3:7). Depuis l’époque d’Adam, Dieu a parlé à ses enfants par l’intermédiaire d’oracles choisis, chargés de révéler sa volonté et ses conseils aux autres. Les prophètes sont toujours des pédagogues inspirés et des témoins spéciaux de Jésus-Christ (voir D&A 107: 23). Ils ne s’adressent pas seulement aux gens de leur époque, mais également à ceux de toutes les époques. À travers les siècles, leur voix résonne, en témoignage de la volonté de Dieu pour ses enfants.

Notre époque ne diffère pas des époques passées. Le Seigneur n’aime pas moins les gens de notre époque que ceux des temps passés. L’un des messages magnifiques du rétablissement de l’Église de Jésus-Christ est que Dieu continue de parler à ses enfants ! Il ne se cache pas dans les cieux, mais parle aujourd’hui comme il l’a fait dans les temps anciens.

Une grande partie de ce que le Seigneur révèle à ses prophètes a pour but de nous épargner la douleur, en tant qu’individus et en tant que sociétés. Quand Dieu parle, il le fait pour instruire, inspirer, raffiner et avertir ses enfants. Quand les individus et les sociétés ignorent les instructions de leur Père céleste, ils encourent des épreuves, des tourments et de la peine.

Dieu aime tous ses enfants. C’est pourquoi il plaide avec tant de ferveur avec nous par l’intermédiaire de ses prophètes. Tout comme nous voulons ce qu’il y a de mieux pour nos êtres chers, de même notre Père céleste veut ce qu’il y a de mieux pour nous. C’est pourquoi ses directives sont si essentielles et parfois si pressantes. C’est pourquoi il ne nous a pas abandonnés aujourd’hui, mais continue de nous révéler sa volonté par le biais de ses prophètes. Notre sort et celui du monde dépendent de notre façon d’écouter et de tenir compte de la parole de Dieu révélée à ses enfants.

On trouve des instructions inestimables de Dieu pour l’humanité dans la Bible, le Livre de Mormon, les Doctrine et Alliances et la Perle de Grand Prix. De plus, le Seigneur nous parle par l’intermédiaire de ses serviteurs, tout comme il le fera à nouveau lors de la prochaine conférence générale.

Nous invitons de tout cœur tous ceux qui s’interrogent sur la réalité d’une telle chose, et tous ceux qui pourraient demander : « Est-il possible que Dieu nous parle aujourd’hui ? », à « venir et à voir » (voir Jean 1:46). Lisez la parole de Dieu rapportée dans les Écritures. Écoutez la conférence générale d’une oreille prête à entendre la voix de Dieu par l’intermédiaire de ses prophètes en ces derniers jours. Venez, entendez et voyez avec le cœur ! Car si vous recherchez « d’un cœur sincère, avec une intention réelle, ayant foi au Christ, [Dieu] vous en manifestera la vérité par le pouvoir du Saint-Esprit » (Moroni 10:4).


Message de la première présidence de Mars 2012 : Par Dieter F. Uchtdorf - Deuxième conseiller dans la Première Présidence