La généalogie m'a appris à aimer l'être humain

Publié le 1 Novembre 2011

Je recherche depuis des années un lieu de décès de mon arrière grand mère qui aurait due être décédée à 103 ans mais sans succès. Dernièrement j'ai même été jusqu'à trouver sur Internet tous les DUCOURANT que je pouvais sur le Pas de Calais et j'ai envoyé un courrier à chacun cela faisait 10 lettres. Une seule m'a répondu mais c'était loin d'être une aide pour moi.

Samedi je suis allée au Temple de La Haye et j'ai demandé au Seigneur de m'ouvrir des portes afin de trouver le lieu de décès de ma merveilleuse arrière grand-mère.

Jamais je n'aurai cru avoir une réponse si rapide.

Hier dimanche je me suis sentie poussée à mettre de l'ordre dans mes actes (papier) sans vraiment savoir pourquoi et là le miracle s'est produit. J'ai trouvé parmi ces papiers une lettre d'un arrière petit cousin qui me donnait le lien entre lui et mon grand père Leloire et dessus il y avait les dates de naissance, décès des ancêtre jusqu'à ma deuxième arrière grand-mère.

Enfin bref j'avais là tous les renseignements demandés et ce n'était pas elle qui était morte à 103 ans mais sa maman et j'avais en plus les dates utiles à mes recherches.

Je sais que le Seigneur répond aux prière et je savais que là où j'en était ayant fait tout ce que je pouvais seul le Seigneur pouvait m'ouvrir des portes.

J'ai la grande bénédiction à présent d'avancer dans cette branche et je suis rassurée car je vais pouvoir faire le nécessaire pour cette branche qui s'ouvre à moi.

J'aimerai aussi vous dire que c'est grâce à la généalogie que j'ai décuplé mon amour pour autrui (personnes vivantes) car en les recherchants j'ai appris qu'ils m'avaient donné un peu de leur ADN et je devais les rendre fière de moi leur descendance.

Oui la généalogie m'a appris à aimer l'être humain comment je ne sais mais j'avais envie de le partager avec vous tous et sachez que c'est une promesse si vous faites de même vous aurez de grandes bénédictions et des portes s'ouvriront aussi pour vous.

Avec tout mon amour

Eliane Stawiarski de Namur

Rassemblez les autres dans le Christ

Publié le 31 Octobre 2011

Cette semaine passée, j'étais assise à une réunion de la Société de Secours à Portland, Oregon. Le sujet de la leçon était "le rassemblement" et l'instructrice demandait aux femmes assises dans la salle de décrire comment elles avaient été "rassemblées" dans l'évangile.

Une femme d'âge moyen a levé la main : "Quand j'étais ado, je travaillais chez un vendeur de glaces où des jeunes se réunissaient là, après les activités de l'organisation des Jeunes Gens/Jeunes Filles. Ils me parlaient, ils étaient drôles et de bonne compagnie et me demandaient si je voulais me joindre à quelques unes de leurs activités. Je l'ai fait, et me voilà".

Une autre femme a raconté : "J'ai vu les missionnaires arriver et je savais qui ils étaient. J'ai donné la consigne à mon enfant de 6 ans de ne pas aller répondre à la porte quand ils frapperaient et de ne pas les laisser entrer. Il a répondu à la porte".

"Ma mère s'est joint à l'Eglise, puis mon frère a fait de même et ils m'y ont "rassenblée".

"J'étais dans la salle de repos et il y avait une femme assise là. J'avais remarqué qu'elle ne buvait jamais de café et je lui ai demandé pourquoi ? "Parce-que ce n'est bon pour vous", fut la réponse. Cela a amorcé la conversation et, finalement, les missionnaires m'ont enseigné l'évangile".

Une autre a dit :"Quand j'étais musulmane et que je vivais au Missouri, j'ai vu le temple à Kirtland. Une voix m'a dit de m'arrêter. J'ai recherché de l'information sur mon portable. J'ai appris ce qu'était cette histoire de temple mormon et maintenant, me voilà". "Je suis née et j'ai été élevée dans l'Eglise par une bonne famille et j'ai acquis un témoignage au foyer". "Mon mari m'a convertie".

L'Instructrice a poursuivi par une autre question : "Comment est-ce que vous, vous rassemblez les autres?"

"Après nous être joins à l'Eglise mes garçons et moi, nous y avons rassemblé mes parents et le garçon qui est venu vivre chez nous en parlant de l'Eglise et en enseignant".

"Un jour à l'épicerie, j'ai aidé une dame confuse et embrouillée. Je me suis liée d'amitié avec elle, je l'ai prise sous mon aile, je l'ai écouté et aidé. Elle est entrée dans l'Eglise".

"Ça ne m'a pas coûté de gros efforts pour "rassembler" quelqu'un. Simplement d'être un ami "

Une fière grand-mère a déclaré :"Après l'interview récente par Anderson Cooper du pasteur baptiste Robert Jeffress qui a appelé le mormonisme une "secte", mon petit-fils s'est connecté sur Facebook. Il a écrit :"Je suis membre de l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. S'il vous plaît, demandez-moi ce en quoi nous croyons ou allez sur LDS.org". Mon petit-fils s'étant ainsi lui-même présenté, quantité de ses amis et relations l'ont contacté pour lui poser des questions."

Quand Joseph Smith a rétabli l'Eglise de Jésus-Christ sur la terre, les individus ont commencé à se convertir. Ces membres de l'Eglise des Saints des Derniers Jours de la première heure ont souvent sollicité des bénédictions du Prophète. Leur question était la même question que beaucoup d'entre-nous posons aujourd'hui. Ils se demandaient ce que le Seigneur voulait qu'ils fissent.

La réponse du Seigneur ne devrait surprendre aucun de nous. D'une forme ou d'une autre, il répète inlassablement la même admonestation. A John Whitmer et à Peter Whitmer, Il a déclaré :"Ce qui aura le plus de valeur pour toi sera de prêcher le repentir à ce peuple, afin de m'amener des âmes... (Doctrine et Alliances 15:6 et 16:6).

Dans une révélation donnée à Joseph Smith, Oliver Cowdery and David Whitmer, le Seigneur a déclaré :"Souvenez-vous que les âmes ont une grande valeur aux yeux de Dieu. ... C'est pourquoi, vous êtes appelés à inviter ce peuple au repentir. Et si vous travaillez toute votre vie à appeler ce peuple au repentir et que vous m'amenez ne fut-ce qu'une seule âme, comme votre joie sera grande avec elle dans le royaume de mon Père!" (Voir Doctrine et Alliances 18 : 10, 14-15).

Parlant à six Anciens avant la conférence de l'Eglise, le Seigneur a pointé :"Vous êtes choisis d'entre le monde pour annoncer mon évangile, d'une voix pleine d'allégresse ...Et vous êtes appelés à réaliser le rassemblement de mes élus, car mes élus entendent ma voix et ne s'endurcissent pas le coeur" (voir Doctrine et Alliances 29:4,7).

Moroni, peu de temps avant sa mort, a exhorté les membres à notre époque :"d'appeler les hommes au repentir... en annonçant la parole du Christ ... en rendant témoignage de Lui. Et ce faisant, le Seigneur Dieu prépare le chemin pour que le reste des hommes ait foi au Christ " (voir Moroni 7:31-32).

Dimanche dernier, je me suis jointe à une assemblée de femmes ordinaires, humbles et assidues qui m'ont rappelé, non seulement l'importance de partager l'évangile avec les autres, mais aussi la quantité de moyens simples avec lesquels nous pouvons remplir le mandat du Seigneur d'amener les âmes au Christ.

(Publié par DeseretNews – Traduit par Angélique)

Moments missionnaires de l’Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours

Publié le 29 Octobre 2011

Du festival mondial à Treasure Island en 1939 au festival “Days of Art” à Oceanside, en Californie en 2011, les oeuvres de Jacqueline Tyree étaient démontrées depuis presque un siècle.

Elle était premièrement connue pour ses oeuvres en miniature qu’elle a peintes afin de les mettre dans des maisons de poupée, et pour lesquelles elle a gagné le prix présidentiel lors d’une exhibition à la mission San Luis Rey à Oceanside.

Elle n’avait que quatorze ans quand elle a gagné son premier concours, et depuis, elle n’a pas cessé d’être une artiste prolifique produisant des oeuvres en aquarelle et en huile. “Je peins chaque jour,” a dit l’artiste âgée de 86 ans de qui les oeuvres se trouvaient au festival “Days of Art” depuis 25 ans.

Mais, son moment le plus mémorable de sa vie? C’était le jour de son baptême à l’Église de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours en 2010 dans le pieu de Vista California.

“J’y ai été exposée il y a quelques années,” elle a dit, en notant que quand elle s’est installée à la region de Vista en 1950, elle a fait la connaissance d’une membre de l’Église, Pearl Merrill. D’autres amis proches Saints des Derniers Jours sont Jan et Robert Erickson et Sarah Christensen, une artiste avec qui elle parle chaque jour. Son amitié avec une autre membre à Vista, Cherie Darian, était le détonateur des évènements qui l’ont conduit e aux eaux de baptême. Leur appréciation mutuelle de l’art et les autres personnes a fait penser Soeur Darian de l’inviter à l’Église.

“J’y assistais, et je voyais l’affection entre les couples, quelques uns mariés depuis longtemps et les enfants partis, et d’autres entourés des enfants, “ Soeur Tyree a dit. “C’est le seul endroit que je n’ai jamais trouvé où les gens s’aiment vraiment. Je pense que le peuple Saints des Derniers Jours est le plus aimant, le plus digne de confiance que je n’ai jamais connu dans ma vie, et je me sens en sécurité et aimée.”

La vie de Soeur Tyree était pleine de service et d’aventure. Elle s’est engagée au corps des marines américaines à l’âge de dix-sept et pendant la deuxième guerre mondiale, elle conduisait pour les officiers des équipages. Après la guerre, elle habitait à San Francisco et travaillait au dépôt militaire des marines et aussi pour l’USO (une organisation bénévole pour les militaires).

Les murs de son foyer et de son atelier son couverts de son art, des uns aussi petits qu’un timbre, des autres aussi grands que le mur. Elle est membre de la troisième paroisse de Vista.

–Sylvija Hellbusch

(Publié par LDS Church News – Traduit par Regina)

Un seul brin d’herbe – petites et simples choses

Publié le 27 Octobre 2011


C'est des petites choses que sortent les grandes.



Pendant que je servais avec Président Kent Turley du Pieu de Phoenix Arizona, il nous a raconté cette histoire : "J'étais en train de tondre la pelouse et devais finir cette tâche rapidement à cause d'un samedi bien rempli au programme de la conférence de pieu.

Quand ma tondeuse s'est arrêtée à mi-course, j'ai retourné la machine sur le coté et j'ai examiné les lames en enlevant soigneusement les paquets d'herbes mouillées. J'ai tiré sur le cordon d'allumage, plusieurs fois, en vain. J'ai vérifié le niveau d'essence. Le réservoir était plein ! Les bougies avaient l'air en bon état ! Exaspéré, je suis tombé à genoux pour prier. A la fin de ma simple prière, j'ai ouvert les yeux et j'ai remarqué quelque chose que j'avais manqué : un seul brin d'herbe interrompait la distribution du courant vers les bougies d'allumage".

De la même manière qu'un simple brin d'herbe peut perturber la distribution du courant, un simple ressentiment ou une dose minime d'orgueil peut faire boule de neige quelque part et bloquer notre connection aux pouvoirs des cieux. Si de petits faux-pas suffisent à interrompre notre pouvoir spirituel, de petites choses suffisent également à le restaurer. Un prophète du Livre de Mormon a dit que " c'est par des choses petites et simples que de grandes choses sont réalisées" (Alma 37:6).

Dans une révélation similaire donnée par le prophète Joseph Smith, le Seigneur a déclaré : "Vous savez frères, que pendant une tempête un très grand bateau tire très avantageusement parti du très petit gouvernail qui le maintient face au vent et aux vagues"(Doctrine et Alliances 123:16).

Qu'il s'agisse de petits gouvernails pour manoeuvrer de grands bateaux ou de simples actes de gentillesse pour élever une âme, nous pouvons accomplir de grandes choses quand le pouvoir de la justice circule sans être entravé par les brins de la distraction du monde.

Tout comme avec un brin d'herbe, les choses simples telles que les prières qui ne sont pas dites, les Ecritures qui ne sont pas lues et les soirées familiales ignorées peuvent interrompre nos pouvoirs spirituels. Chacune de ces choses en soi ne va pas déterminer notre destinée éternelle, mais leur effet cumulatif peut interférer dans notre progression, notre pouvoir et notre efficacité dans l'oeuvre de Dieu.

Notre communion avec le Saint-Esprit peut être un flot ininterrompu de pouvoir, "et (notre) sceptre, un sceptre immuable de justice et de vérité" (Doctrine et Alliances 121:46). En éliminant les petites choses qui perturbent notre pouvoir spirituel, nous devenons purs, un brin à la fois.

(Publié par DeseretNews – Traduit par Angélique)


Choisir la vie éternelle

Publié le 25 Octobre 2011


Votre destinée éternelle ne sera pas le résultat du hasard mais celui de vos choix. Il n’est jamais trop tard pour commencer à choisir la vie éternelle!

"Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi."
Jean 14:6

En réalité, a dit Randall Bennett du collège des Soixante-dix de l'Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours, "nous n’avons que deux choix éternels, chacun ayant des conséquences éternelles : choisir de suivre le Sauveur du monde et ainsi choisir la vie éternelle avec notre Père céleste ou bien choisir de suivre le monde et ainsi choisir de nous séparer de notre Père céleste éternellement."


Lors de son discours durant la conférence semi-annuelle d’Octobre 2001 de l’Eglise, Elder Bennett a ajouté "Nous ne pourrons pas choisir à la fois la sécurité d’une vie juste et les dangers des voies du monde. Il peut sembler sans danger d’avancer vers le monde, mais ma baignade « rafraîchissante » le paraissait aussi !.....


Les courants actuels du monde, les philosophies trompeuses, les faux enseignements et l’immoralité effrénée cherchent à nous arracher à notre famille et à notre Père céleste et à nous séparer éternellement d’eux.


Nos prophètes, voyants et révélateurs vivants voient les courants des mondes, souvent subtils mais dangereux, qui nous menacent, et ils cherchent à nous en avertir. Avec amour, ils nous invitent, nous encouragent, nous instruisent, nous rappellent à l’ordre et nous avertissent. Ils savent que notre sécurité dépend de notre choix de suivre (1) la vision que nous obtenons grâce à la lecture quotidienne des Écritures, à la méditation et à la prière, (2) l’inspiration du Saint-Esprit et (3) leurs conseils prophétiques. Ils savent qu’on ne trouve la sécurité et finalement la joie, que dans et par notre Sauveur, Jésus-Christ, et le respect de son Évangile. Comme Dallin H. Oaks vient juste de le dire, notre Sauveur a déclaré : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. »"

Un rapport indique que deux enseignants Mormons ont été licenciés a cause de leur religion

Publié le 25 Octobre 2011

TAIPEI - Une école à Taiwan a été condamnée à une large amende après avoir licencié deux enseignants Mormon à cause de leur foi.

L’école catholique Dominicaine Internationale { Catholic Dominican International School } a récemment été condamné à une amende 20 000 $ {soit près de 15 000 Euros} pour avoir licencié deux enseignants, membres de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, pour leurs croyances religieuses, selon le straitstimes.com.

L'école a informé les enseignants que leurs contrats ne seraient pas renouvelés. Ceci marque la première fois que la discrimination religieuse dans le lieu de travail a été punie sur l'île, ont déclarés les responsables de la presse asiatique.

(Publié par DeseretNews)

La Conférence Générale: Une grande expérience

Publié le 24 Octobre 2011


Le premier week-end d'Octobre rassemble des milliers de membres du monde entier au Centre de Conférence pour écouter le prophète et les apôtres parler pendant la Conférence Générale semi-annuelle. Cette année, quatres des diz enfants Escoto, originaires d'Honduras, se sont retrouvés pour écouter et apprécier ensemble la Conférence Générale.

"C'est comme un rêve qui devient réalité de pouvoir être ici" déclare Amy Escoto, qui est venue à Salt Lake City depuis La Ceiba en Honduras. "Les gens rêvent de venir ici, nous sommes vraiment bénis. Etre ici avec le prophète et tous les apôtres ainsi que les autres autorités générales et le Choeur du Tabernacle – cela a été une grande expérience de pouvoir vivre cela. Nous nous voyons rarement donc être ensemble est spécial parce que nous ne le faisons pas souvent. J'ai passé un bon moment, j'ai ressenti l'Esprit en moi. Entendre les discours avec ma soeur à mes côtés était quelque chose de très spécial".

Sa soeur aînée, Yadira Budd, qui vit à Léhi en Utah, dit qu'écouter la Conférence avec ses soeurs a fait de cette conférence un moment mémorable.

"En tant que soeurs, c'est vraiment formidable que nous ayons pu avoir cette opportunité de vivre une expérience spirituelle ensemble" a t-elle dit. "Nous ne voulons pas partir. Nous aurions souhaité que le reste de la famille soit avec nous".

Pour leur soeur Natalia Matson, qui vit à Las Vegas dans le Nevada, c'était une chance de réfléchir au rôle important que tient l'Evangile dans la vie de leur famille, peut importe dans quelle partie du globe ils se trouvent.

"Il y a un esprit spécial", dit-elle, "C'est très agréable car nous partageons les mêmes croyances et nous ressentons tous la même chose et nous participons tous à cette conférence – C'est vraiment génial."

Les deux soeurs se souviennent qu'elles regardaient la conférence avec leur famille quand elles étaient jeunes filles. Ils se retrouvaient au centre de pieu quelques semaines après que la Conférence ait eu lieu pour la regarder en vidéo sur une très petite télévision. Grâce aux avancements technologiques, leur famille du Honduras peut maintenant regarder la Conférence en direct, de même que plusieurs membres de leur famille qui sont dans d'autres parties du monde.

"Je continuais de penser à mon père et au fait qu'il regardait la Conférence lui aussi", a dit Amy, "C'est formidable de penser qu'il regardait la Conférence en même temps que moi, et que nous la regardions ensemble".

Bien qu'il était spécial d'être au Centre de Conférence ensemble cette année, les trois soeurs sont s'accordent à dire que c'est le message de chaque dirigeant de l'Eglise qui fait de la Conférence une si grande expérience.

"Vous n'avez pas besoin d'être là (au Centre de Conférence). C'est bien que nous l'ayons été, mais même si vous n'êtes pas ici vous avez toujours l'opportunité d'entendre les mêmes discours, de ressentir l'Esprit et d'être bénis par cette Conférence", dit Soeur Budd. "Donc je pense que cela confirme que nous sommes dans la véritable église de Jésus-Christ, peu importe où vous vous trouvez".

Marianne Holman

(Publié par LDS Church News – Traduit par Sophie)

Un guide de retour

Publié le 22 Octobre 2011




Dieu aime ses enfants et veut les guider pour qu’ils reviennent en sa présence. C’est l’incontestable message donné à l’audience de la 181ème conférence générale semi-annuelle tenue le 1er et 2 octobre. Père Céleste n’a pas laissé ses enfants seuls à errer dans l’obscurité. Il leur a fourni de nombreux outils, parmi lesquels des dirigeants éclairés, pour les aider.

Les Saints des Derniers Jours comprennent le caractère sacré des Conférences Générales tenues tous les six mois. Ils comprennent que c'est une opportunité d’entendre les serviteurs du Seigneur déclarer au monde ce qu’Il voudrait qu’ils sachent et fassent dans les moments difficiles.

Cette dernière conférence a fourni de nombreuses instructions inspirées, de conseil et de réconfort. C’était avant tout une nouvelle fois l’affirmation retentissante que le Seigneur a appelé un prophète, des apôtres et d’autres autorités générales pour guider ses enfants aujourd’hui.

Les messages de Président Monson ne pouvaient pas être plus clairs. Les capacités technologiques du monde croissent à mesure que les merveilles modernes améliorent nos vies mais sa boussole morale est défaillante.

Par deux fois il a abordé ce sujet. Dans la session de prêtrise, il fit référence à l’étude publiée par l’hebdomadaire le « New York Times » qui montre que les jeunes gens manquent généralement d’éducation morale. La plupart des jeunes gens interrogés étaient incapables de décrire un dilemme moral auquel ils avaient fait face étant incapables de comprendre le concept. Ils en revenaient souvent à la position selon laquelle il leur était important de faire ce qui les rendait heureux.

Président Monson affirma que personne ne devrait douter de ce qui est ou n’est pas moral. « Nous avons appris et continuons d’apprendre les lois de Dieu, » dit-il, « en dépit de ce que vous voyez ou entendez ailleurs, ces lois sont immuables. »

Plus tard, au cours de la session du dimanche matin, il revint sur ce sujet, faisant référence à un article du Wall Street Journal par le rabbin en chef de Grande Bretagne, Jonathan Sacks, qui remarquait que beaucoup dépensaient « leur capital moral avec le même abandon effréné dont nous avions fait preuve en dépensant notre capital financier. »

« Le message, » le rabbin Sacks écrit, « est que la moralité est dépassée, la conscience est pour les poules mouillées et l’unique commandement primordial est « Tu ne te feras pas attraper. » »

A cela, Président Monson répond, « Bien que le monde ait changé, les lois de Dieu restent immuables. Elles n’ont pas changé, elles ne changeront pas. Les dix commandements sont justement cela – des commandements. Ce ne sont pas des suggestions. Ils sont toujours autant une nécessite aujourd’hui qu’ils ne l’étaient quand Dieu les a donnés aux enfants d’Israël. »

Nous serons plus à même de nous protéger des tempêtes morales « si nous nous attachons à l’Evangile et cultivons l’amour du Seigneur dans nos cœurs, » dit-il. La prière fait partie de notre vie dans le monde sans toutefois être de ce monde, il en st de même de l’inspiration que Père Céleste nous envoie par la prière.

C’est ce que le Seigneur veut que le monde comprenne de nos jours. C’est l’enseignement qu’il donne par l’intermédiaire de son représentant sur la terre. Il serait bon pour les membres de l’Eglise d’étudier ce discours ainsi que tous les autres discours de la conférence générale.

Cette conférence était également remarquable en raison de l’annonce faite par Président Monson de la construction de 6 nouveaux temples dont un sur le site de l’ancien tabernacle de Provo qui brula presqu’entièrement l’année dernière.

D’autres temples seront construits à Paris (France), à Kinshasa (République Démocratique du Congo), Durban (Afrique du Sud), Barranquilla (Colombie) et Star Valley (Wyoming).

(Publié par LDS Church News – Traduit par Caroline)

Comment les Mormons répondent à la déclaration "vous n'êtes pas chrétiens"

Publié le 20 Octobre 2011

J'étais membre de l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours depuis quelques jours seulement, quand j'ai été confronté à ma première expérience de préjugé anti-mormon.

J'étais fraîchement sorti des fonts baptismaux où j'avais été complétement immergé. Le missionnaire qui m'avait baptisé avait levé son bras droit et, m'appelant par nom, avait dit :"Ayant l'autorité de Jésus-Christ, je vous baptise au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit". Puis, il m'a enseveli dans l'eau et ramené à la surface - une image de ce symbolisme magnifique du Nouveau Testament qui représente la mise au tombeau et la résurrection du Christ, aussi bien que la purification symbolique des péchés et la renaissance spirituelle.

C'était le soir du 15 décembre 1967, un vendredi, dans une chapelle à Liverpool, Angleterre. Le dimanche suivant, je me suis rendu dans cette Eglise pour y prendre la "Sainte-Cène" pour la première fois en tant que membre à part entière. La "Sainte-Cène" est notre nom pour désigner la communion où nous mangeons et buvons la représentation symbolique du corps et du sang du Christ. C'est à la fois, un rappel de Son Sacrifice Expiatoire pour l'humanité et le renouvellement hebdomadaire de notre promesse de "toujours nous souvenir de Lui". Quarante-cinq ans plus tard, je regarde en arrière et j'ai le souvenir parfait de cette expérience et des sentiments qu'elle a provoqués.

Deux jours après mon baptême, la conversation désinvolte d'un groupe de mes amis s'est portée sur ma récente conversion. Certains étaient intrigués, voire fascinés. Un couple était indifférent. Mon meilleur ami et son ex-compagne de beuverie espéraient, anxieusement, que mon choix sur une limonade plutôt que sur notre demi de bière habituel ne serait qu'une passade. (Ce ne le fut pas).

Mais la réaction qui m'a le plus marqué, fut celle d'une jeune femme de non âge, déclarant simplement avec une auto-suffisance proche de l'arrogance : "Mais vous n'êtes pas chrétien et vous ne croyez pas au pardon". Ce n'était pas une question, mais une déclaration faite avec cette irrévocabilité qui me faisait penser au marteau d'un juge rendant sa sentence sur un malheureux mécréant.

Elle appartenait à la Haute-Eglise Anglicane, et la conversation qui s'ensuivit fut loin d'être agréable. Cela fut mon premier aperçu de frustration absolue, en essayant de pénétrer un esprit si totalement fermé, qu'aucune espèce de raisonnement ne parvenait à l'entr'ouvrir.

Je me suis souvenu de cela la semaine dernière, quand un pasteur baptiste, a fait un similaire mais très commun faux-pas. J'ai connu une quantité de Baptistes merveilleux au fil des ans, mais cette sortie, n'était en aucun cas typique de ceux que j'ai rencontrés. Mais s'attendre à ce que quelques pasteurs se fassent une idée exacte des enseignements mormons, relève de l'impossible. On ne demande pas à l'entraineur des New-York Yankees d'expliquer le cricket anglais. Il y a des choses qu'ils ne comprendont tout bonnement pas, ou qu'ils ne voudront pas comprendre.

Si vous demandez à quelqu'un ayant des intérêts spécifiques de définir la foi de quelqu'un d'autre, vous risquez d'obtenir beaucoup de mots mais aucun éclaircissement.

Compte-tenu du fait que cette déclaration a été faite lors d'une manifestation politique, et qu'il n'est pas de l'intérêt de l'Eglise de se retrouver entraînée dans une campagne présidentielle, l'Eglise a poliment refusé d'entrer dans un débat. Quand les journalistes ont commencé à appeler, nous leur avons simplement dit que, quiconque désirait comprendre la nature de notre foi centrée sur Jésus-Christ, devait simplement se connecter à Mormon.org, où se trouvait le lien vers plusieurs pages de nos enseignements sur le Christ.

Les Mormons ne prétendent pas que leur compréhension du Christ est identique à celle de la Chrétienté orthodoxe. Nous englobons le Nouveau Testament et la plupart de ce que le monde chrétien moderne enseigne sur le Sauveur du monde, mais, nous ne nous arrêtons pas là. Nous avons beaucoup plus à ajouter au sujet du Fils de Dieu, et c'est justement cette révélation supplémentaire qui est la cause de la véritable friction avec certains Chrétiens orthodoxes. Cependant, en ce qui nous concerne, refuser une clarification sur la mission du Christ, serait comme un professeur de mathématiques qui dirait à ses élèves, qu'ils ou elles, devaient s'arrêter aux tables de multiplication: pas d'algèbre ou de calculs autorisés !

Les sondages font ressortir que le problème majeur de l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, c'est que la moitié de la population ignore tout de nous. Mais progressivement, les choses sont en train de changer. Comme je l'ai dit précèdemment dans cette rubrique, le caractère insolite et les méprises continueront à se dissipper au fur et à mesure de l'accroissement du nombre de membres. Les recherches mettent en évidence que les gens ont une meilleure perspective de l'Eglise de Jesus Christ des Saints des Derniers Jours, quand ces derniers en connaissent personnellement un membre. Il arrive un moment, quand ces gens ont vu les Mormons caricaturés dans leur classe de l'Ecole du Dimanche, où ils réalisent que les préjugés qu'ont leur a enseignés ne correspondent pas à la réalité de leur expérience personnelle avec un fidèle Saint des Derniers Jours.

Pour ceux qui ont le désir d'accélérer ce processus de compréhension, nos églises sont ouvertes à tous chaque dimanche. Utilisez le site web pour localiser la chapelle la plus proche de chez vous et n'hésitez pas à y faire un saut. Si vous essayez de repérer le nombre de fois que l'on fait référence au Christ durant le service, vous serez en passe d'en perdre le compte ! Observez seulement les familles, écoutez les prières, feuilletez le livre de cantiques pour voir si vous en trouvez quelques uns qui vous semblent familiers et faites-vous une idée personnelle du genre de chrétiens que nous sommes.

Jésus a enseigné : "C'est à leurs fruits que vous les reconnaitrez".

(Publié par Washington Post – Traduit par Angélique)

Le putter d'or et le prix à payer pour être de vrais disciples

Publié le 18 Octobre 2011

Du temps où je jouais au golf, mes clubs les plus précieux comportait un putter plaqué or avec mes initiales. Lorsque mes partenaires de jeu étaient concentrés sur un putt essentiel, je pouvais manœuvrer la partie plaquée or pour leur envoyer le soleil dans les yeux. C'était pour faire une bonne blague, toute une série de bogeys et de reprises.

Il y a quelques années, nous avons organisé un vide grenier, en partie dans notre garage, dans lequel j'avais placé mes clubs très près des articles mis aux enchères. Pendant que j'étais dans la maison pour montrer une table à vendre, mon épouse qui était dehors a vendu "accidentellement" mes clubs à un acheteur impatient. Il a payé moins de 10 dollars. Qui a dit que les brocantes ne sont pas des mines d'or ?

Avec une réflexion amusée, j'en suis venu à réaliser que l'abandon du golf pour des matières plus importantes n'était pas quelque chose que j'avais envisagée. Puisque mes clubs étaient partis pour de bon, je devais réévaluer mes priorités. Peut être que mon épouse savait, elle, réellement si mes clubs en valaient la peine.

Que devons-nous vendre ?

Lorsque Jésus Christ invita le jeune homme riche à vendre tout ce qu'il possédait et à le suivre, ce n'était pas une invitation à une vie monastique: c'était un test. Après cette instruction, le jeune homme " s'en alla tout triste, car il avait de grands biens" (Matthieu 19 : 22) Tous les disciples doivent passer par un test similaire pour examiner leur engagement vis à vis de Jésus. Notre "brocante" est personnalisée selon notre coeur. Alors que certains ont besoin de disposer d'égoïsme et d'orgueil, d'autres ont peut être besoin d'abandonner le jeu de la culpabilisation ou de la recherche et de choisir le culte.

Pour les chrétiens, le prix à payer pour être de vrais disciples est "le coeur et un esprit bien disposé" (D&A 64 : 34) La bonne disposition pour acquérir ce qui nous manque encore en échange de notre faiblesse de caractère porte sur " ce grand changement de coeur" (Alma 5 : 14)

Ce grand changement résulte de la foi démontrée par l'action, et non par les mots. Par exemple, un scribe dit une fois à Jésus ; " Maître, je te suivrai partout où tu iras" (Matt 8 : 19-20, Luc 9 : 57-58) En apprenant que Jésus n'avait pas où reposer sa tête, l’enthousiasme du jeune homme fut "bientôt passé". (James Talmage "Jésus le Christ")

Finalement, nous devons être prêts à offrir "notre âme toute entière en offrande" au Christ. (Omni 1 : 26)

Qu'allons-nous choisir ?

Notre bien le plus précieux est notre droit de choisir. Par l'intermédiaire de ce don, le Seigneur n'exigera jamais notre choix, mais tout le reste est un jeu équitable car cela polit notre caractère pour devenir plus semblable au Christ.

Même mon putter d'or qui brillait au soleil, son éclat était l'or des fous comparé au relativement faible prix à payer pour être de vrais disciples, qui est en en fait une "perle de grand prix" (Matthieu 13 : 46)

(Publié par DeseretNews – Traduit par Claudie)

Réflexions sur la conférence

Publié le 17 Octobre 2011


Mon épouse et moi-même étions extrêmement enthousiastes à l’idée d’assister à toutes les sessions de la 181ème Conférence Générale Semi-annuelle de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. La télévision est un moyen formidable, mais limité dans ses capacités à capter la joie et le privilège d’être là-bas.

Il y a eu des moments pleins d’humour, comme lorsque le Président Thomas S. Monson ayant été retardé pour l’ouverture de la conférence, nous a salué d’un sourire chaleureux et d’un grand « hello ». Il y a eu des moments de tendresse, lorsque après qu’Elder Robert D.Hales du Collège des Douze ait parlé, le Président Monson a fait mention de l’amélioration de sa santé et l’a affectueusement appelé « Bob ».

Il y a eu des moments exaltants invisibles sur l’écran familial, comme lorsque l’ombre de chaque orateur se reflétait sur le pupitre en face. Lorsqu’Elder Neil A. Anderson du Collège des Douze a levé la main pour souligner un point au sujet de la foi en Jésus-Christ, l’ombre de son bras a élargi son propos comme s’il partageait un puissant second témoignage.

Je ne comprends pas la science derrière les principes d’optique, mais juste comme l’ombre d’un miroir l’orateur s’est reflété, ainsi le miroir du Saint Esprit a magnifié le message du Sauveur et les messagers.

Voici mes réflexions sur quelques uns de ces messages puissants :

1. Jésus-Christ

Sans l’ombre d’un doute, cette conférence était une affirmation de notre croyance et notre désir de suivre Jésus-Christ notre Sauveur et notre Rédempteur, dans les bons et les mauvais moments.

Le président Monson nous a rappelé deux fois de nous « tenir en des lieux saints » en ayant le « courage moral de rester ferme dans nos croyances, même si en le faisant nous devons rester seul. » Il a dit que pendant que les tempêtes frappent de temps en temps à notre porte, nous pouvons les surmonter « si nous avons l’Evangile dans nos vies et l’amour du Sauveur dans nos cœurs. »

Elder Dallin H. Oaks du Collège des Douze a demandé, « Que pensons-nous de Jésus ? » et qu’en faisons-nous ? Il a dit que Jésus est notre grand exemple qui « nous invite encore et encore à Le suivre ». Nous ne devrions pas utiliser un « visa de tourisme pour Babylone ou agir comme l’un de ces citoyens. »

2. Les Ecritures
Elder Richard G. Scott du Collège des Douze a partagé un témoignage puissant des Ecritures, les comparants à « des paquets de lumières qui illuminent notre esprit ». Il a dit que méditer sur ses pures vérités nous donnerait les grandes directions de notre vie.

Elder Tad R. Callister des Soixante-dix nous a rappelé les nombreux témoins de Jésus-Christ contenu dans le Livre de Mormon. Il a dit que « Ce livre » est « la parole révélée de Dieu » car Satan ne serait pas un témoin contre lui-même.

Lorsque les Pharisiens accusèrent Jésus de chasser le diable par le pouvoir du prince des démons, Jésus a répondu : « Et si Satan chasse Satan, il est divisé contre lui-même, comment son royaume pourrait-il rester debout ? » (Matthieu 24:26)

Le président Henry B. Eyring, premier conseiller dans la Première Présidence a dit, « le Livre de Mormon peut nous rapprocher de Dieu mieux que n’importe quel autre livre. »

3. Les défis

Elder Hales a partagé un témoignage plein de tendresse selon lequel à travers le sacrifice expiatoire du Sauveur nous pouvons supporter les tribulations et nos souffrances ; « nous reposant sur le Seigneur » ce qui veut dire « espérer, anticiper, avoir confiance » comme le Sauveur a confiance en Dieu, disant « Cela sera fait ».

Le président Dieter F. Uchtdorf, deuxième conseiller dans la Première Présidence, a parlé de l’amour du Sauveur et comment faire face à nos épreuves lorsqu’il a dit « les individus ne ressentiront pas le regret, la solitude, le chagrin ou le découragement pour toujours » tout comme Dieu n’abandonnera pas « ceux qui tournent leur cœur vers Lui. »

Elder Quentin L. Cook du Collège des Douze a raconté l’histoire de trois Saints Des Derniers Jours qui ont été sauvés du Titanic, et un qui ne l’a pas été. Il nous a rappelé que le sacrifice expiatoire du sauveur compensait les injustices de la vie.

4. La prière

Elder J. Devn Cornish des Soixante-dix était un étudiant pauvre et affamé avec une seule pièce en nickel lorsqu’il pria et trouva un quartier où il pouvait acheter un morceau de poulet frit en soldes pour 29 centimes.

Le président Monson nous a raconté une histoire de sa jeunesse : Ses cinq dollars durement gagnés étaient passés accidentellement au lavage à l’époque difficile de la Grande Dépression. Grâce à une fervente prière, ils ont été préservés. Le président Monson a exprimé sa gratitude pour la connaissance qu’il a que Dieu entend les prières, même pour de petites choses et qu’il se soucie de Ses enfants.

Conclusion
Nous avons été les témoins de beaucoup d’autres discours qui nous ont touchés spirituellement allant des pères qui pouvaient faire plus pour leurs filles en chérissant leurs épouses, jusqu’aux murmures d’approbation à l’annonce des nouveaux temples de Provo, du Wyoming et de Paris en France. Pour moi et mon épouse et pour tous les autres présents avec nous qui ont écouté cette conférence, la question maintenant est : Qu’allons nous faire de cette doctrine que nous avons entendue et de l’Esprit que nous avons ressenti ?

Pour finir, les mots du prophète ne parlaient pas de billets de banque passés au lavage ou de quartier trouvé pour acheter du poulet moins cher, mais du fait d’apprendre, de faire et de devenir davantage semblable à Jésus, notre exemple, notre Sauveur et notre Rédempteur.

(Publié par DeseretNews – Traduit par Sylvie)

Être attentif aux conseils

Publié le 14 Octobre 2011



Deux fois par an, les Saints des Derniers Jours se rassemblent pour une conférence générale afin d’écouter les paroles des apôtres et des prophètes. A un moment donné au cours de chaque conférence, nous levons la main pour signifier que nous soutenons le Président de l’Eglise, ses conseillers dans la Première Présidence et les autres autorités générales et officiers de l’Eglise.

Ceci est une partie importante de la conférence générale. Cependant, il est bien plus important que nous montrions notre soutien à travers ce que nous faisons une fois que la conférence à pris fin.

A quel point sommes-nous attentifs aux conseils des apôtres et des prophètes d’aujourd’hui ? Le président Spencer W. Kimball disait : « Il y a beaucoup de personnes qui se trouvent ici et qui font le compte des choses que le Seigneur a établies, disant, « je » ne pense pas que ceci » et « je » ne crois pas que cela ». Ou bien, « je » pense que cela devrait être ainsi » ou « je » pense que cela devrait être comme ça ».

"Qui est ce « je » ? » A quelle distance de la lumière se trouvent les hommes et les femmes qui substituent leurs propres opinions humaines aux remarques du Seigneur ». (Church News, 4 Janvier 1975, p. 4).

Lorsque le prophète du Seigneur parle, n’avons-nous pas la même opportunité et la même liberté de montrer notre obéissance ou notre désobéissance que le firent les enfants d’Israël lorsqu’ils obéirent ou qu’ils désobéirent aux Dix Commandements ?

Combien de fois avons-nous entendu des membres de l’Eglise dirent — ou avons-nous dit nous-mêmes — quelque chose comme : "Je sais ce que le prophète a dit à la dernière conférence, mais je pense que ..."

Ces dernières années, les prophètes nous ont donné des conseils sur des sujets variés. Il nous a été dit, entre autre, de faire le ménage au sein de notre propre maison, d’être prêt en cas d’urgence, de tenir nos maisons en ordre, d’assister aux réunions, d’être chaste, d’être de bons citoyens, de fournir une honnête journée de travail pour le salaire reçu, d’étudier les écritures, de prier, de tenir la soirée familiale, de payer la dîme et les offrandes, de faire notre histoire familiale, d’aller au temple, de servir les autres, d’être gentil. La liste pourrait être encore bien plus longue.

Prêtons-nous attention aux conseils que le Seigneur donne à travers Ses prophètes et Ses apôtres ? Lorsqu’ils prennent des décisions et donnent des directives se rapportant aux affaires de l’Eglise, les soutenons-nous immédiatement ou ajoutons-nous nos voix au chœur de ceux qui critiquent ?

Elder Robert D. Hales du collège des Douze a dit : "Au cours de ma vie, en travaillant au côté des prophètes, j’ai observé la façon dont ils sont préparés par le Seigneur. Alors qu’ils sont appelés prophètes, leur plus grand souci concerne la bonté et l’obéissance des membres de l’Eglise. Ils expriment leur amour et leur gratitude pour les Saints fidèles et pour tous ceux qui font preuve de bonté et qui rendent service partout dans le monde en soutenant et renforçant leurs semblables. Leur but est de nous faire connaître la volonté du Seigneur pour notre époque. Je rends témoignage que les prophètes d’aujourd’hui ont les qualités des prophètes d’autrefois et des autres prophètes de cette dispensation.

"Chacun de ces prophètes a humblement et dans un esprit de prière cherché à connaître et à suivre la volonté de Dieu dans son ministère personnel. Chacun a été déterminé à déclarer à notre Père Céleste, comme l’a fait avant lui l’obéissant Jésus-Christ, « toutefois que ce ne soit pas ma volonté, mais la tienne » (Luc 22:42).

"Si nous écoutions les prophètes d’aujourd’hui, la pauvreté serait remplacée par des soins aimants envers les pauvres et les nécessiteux. Un grand nombre de problèmes de santé graves et mortels seraient évités à travers l’acceptation de la Parole de Sagesse et les lois de pureté sexuelle. Le paiement de la dîme nous bénirait et nous aurions assez pour nos besoins. Si nous suivons les conseils donnés par les prophètes, nous pouvons avoir une vie dans cette condition mortelle où nous n’aurons pas à porter des fardeaux inutiles et destructeurs. Cela ne veut pas dire que nous n’aurons pas de défis. Nous en aurons. Cela ne veut pas dire que nous ne serons pas éprouvés. Nous le serons, car c’est une des raisons de notre venue sur cette terre. Mais si nous écoutons les conseils de notre prophète, nous deviendrons plus forts et nous serons capables de résister aux épreuves de la mortalité. Nous aurons de l’espoir et de la joie. Toutes les paroles et les conseils des prophètes de toutes les générations ont été donnés pour que nous puissions être renforcés afin de soutenir et de renforcer les autres. " ("Ecouter la voix du prophète et obéir," Avril 1995 conférence générale).

Le président Thomas S. Monson est le prophète du Seigneur appelé à servir aujourd’hui. En de nombreuses occasions, il a exprimé son amour pour notre Père Céleste et pour tous Ses enfants. Le président Monson nous transmet les choses qui sont importantes maintenant, à cette période de l’histoire du monde et de l’Eglise.

Puissions-nous nous rappeler son conseil, ceux de ses conseillers, des apôtres et des autres Autorités Générales et officiers qui servent avec lui. Et puissions-nous montrer notre amour et notre soutien envers leur appel sacré pas seulement en levant la main pour un vote de soutien mais également par nos actions quotidiennes et nos prières.

(Publié par LDS Church News – Traduit par Sylvie)

Président Monson honoré pour les années de service qu’il a rendu aux autres

Publié le 13 Octobre 2011
Photo du DeseretNews

Il est le sixième à recevoir la distinction «Service Above Self» [Servir au-delà de soi-même]

Thomas S. Monson a été l'un des six dirigeants dans la région à recevoir la distinction «Service Above Self» [Servir au-delà de soi-même] décerné par le Rotary Club de Salt Lake City lors de son Gala du Centenaire le mardi soir 20 septembre, dans la salle de bal du Salt Palace.

Avec le président Monson, ceux honorés étaient Ezéchiel R. Dumke Jr., co-fondateur de Katherine et Ezéchiel Dumke Jr. Foundation; Kem C. Gardner, président de la Société KC Gardner; Jon M. Huntsman Sr., fondateur et président de la Société Huntsman; Beverly Taylor Sorenson, co-fondateur de Sorenson Legacy foundation, et le major-général Brian L. Tarbet, adjudant général de la Garde nationale d'Utah.

Charles W. Dahlquist, ancien président général des Jeunes Gens et maître de la cérémonie de la remise des prix, a déclaré que le président Monson figure depuis longtemps dans son registre de héros personels "en raison de l’importance et du caractère de son ministère personnel."

Il a ensuite mentionné le calendrier chargé que président Monson a maintenu pendant des années comme Autorité Générale depuis qu'il a été appelé au Collège des Douze en 1963 et surtout en tant que Président de l'Église. "Je ne pense pas qu’il y ait une personne dans cette communauté, peut-être même dans le monde ... qui passe autant de temps [comme le fait le président Monson] dans les hôpitaux, dans les maisons, dans les centres de soins et d'innombrables autres endroits prenant soin des pauvres et des nécessiteux, des malades et des opprimés, des jeunes et des vieux - de toutes les religions, les croyances, couleurs et nationalités », a continué Frère Dahlquist.

Il a aussi ajouté que la biographie du président Monson,To the Rescue « n'est pas plus un appel de clairon – bien que ce soit le cas – qu’une description de la façon dont le président Monson a passé toute sa vie a administrer et a enseigner par l'exemple et plus je cherche à imiter son exemple, plus je reconnais l'immense cœur et la capacité de servir qu'il a, et plus je réalise que j’ai du retard. Je rend visite à l'hôpital et j’apprends que President Monson a déjà été là pour administrer, je prépare un exposé pour un enterrement -. et il bénit, réconforte et édifie. La lassitude accable la plupart d'entre nous -. et pourtant, le président Monson et sa chère Frances continuent à tendre la main, à bénir, à édifier, à aimer et à réconforter ".

Frère Dahlquist a continué en citant Boyd K. Packer, du Collège des Douze, qui, dans l'introduction de la biographie du président Monson, a écrit: "Il est plus semblable au Christ que le reste d'entre nous, il est connu pour souligner et élever les choses qui sont les plus importantes : les choses ordinaires. Pour lui la veuve et l'orphelin ne sont pas seulement des déclarations dans un livre. "

Frère Dahlquist conclut que « Servir au-delà de soi-même» est la plus haute distinction que le Rotary Club peut décerner. «À une époque où nos jeunes ont tant besoin de héros, de mentors et de modèles, je recommande chacun d’eux comme un modèle de vie fidèle à la devise du Rotary Club « Servir au-delà de soi-même » dans leur vie personnelle, professionnelle et privée. "

(Publié par LDS Church News – Traduit par Ambre)

Dieu nous veut libres

Publié le 11 Octobre 2011

En 1957, tout le Centre-Nord et Nord-Est du Texas ainsi que pas mal de l'Oklaoma, de l'Arkansas et de la Louisiane ont reçu entre 50 et 90 cm de pluie à l'origine d'une inondation s'étalant d'avril à juin.

A la cérémonie de la remise des diplômes de BYU le 31 mai de cette année-là, le célèbre producteur de film Cécil B. DeMille a parlé de la liberté qui s'obtient par l'obéissance aux lois de Dieu. A l'appui de son point de vue, il a déclaré :" En lisant la presse, nous avons appris les ravages destructeurs causés par les inondations au Texas et en Oklaoma, les vies perdues et les biens saccagés par l'épouvantable et irrépressible force de l'eau, quand elle n'est pas contrôlée et canalisée. Mais la puissance de cette même eau, canalisée entre deux solides digues, ou retenue dans un grand barrage, aurait pu fournir de la lumière, de la chaleur, de la santé et donner de la joie à dix milles foyers. La Loi de Dieu est ce barrage et cette énergie, canalisant et transformant la puissance de la liberté humaine, pour le profit de l'homme".

Il a illustré ce concept, en décrivant la scène de " l'Orgie du Veau d Or " dans la production de son film "Les Dix Commandements". Il a assuré l'auditoire de ce que la version de son film était "relativement modérée par rapport à la version de la Bible", telle qu'elle figure dans le 32 ème chapitre de l'exode.

"Les enfants d'Israël ont été délivrés de la servitude amère en Egypte" a dit Mr. DeMille. "Ils ont vu les merveilles de Dieu dans le désert et le partage de la mer tandis que sa main puissante les menait en avant. Ils étaient libres, pensaient-ils ! Puis, Moïse les a laissés pour recevoir la Loi au sommet de la montagne. Il n'était pas sitôt parti, que dans le court espace de quarante jours et de quarante nuits, en dépit de tout son enseignement, en dépit de toutes les merveilles qu'ils ont vu Dieu accomplir, les enfants d'Israël sont, de nouveau, redevenus des esclaves : cette fois, non pas à cause de Pharaon, mais esclaves de leurs propres passions et de leurs propres peurs.

Certains, qui ne connaissent pas plus la Bible que la nature humaine, peuvent voir dans " l'Orgie du Veau d'Or ", seulement la manifestation de l'imagination délirante d'Hollywood. Mais ceux qui ont des yeux pour voir, y verront la terrible leçon de la vitesse à laquelle peut tomber une nation ou un homme, sans la Loi de Dieu".

"Si un homme n'est pas gouverné par Dieu, il le sera sûrement par les tyrans, et il n'y a de tyrannie plus impérieuse ni plus dévastatrice que le propre égoïsme de l'homme sans loi".

Alors, Mr. DeMille a fait cette déclaration, en partie citée par les prophètes, les apôtres et autres dirigeants de l'Eglise :" Nous ne pouvons pas briser les Dix Commandements. Nous pouvons seulement nous briser contre eux, ou bien les garder, et nous élever jusqu’à la plénitude de la liberté sous l'égide de Dieu. Dieu nous veut libres! Par droit divin, il nous a accordé le pouvoir de choisir". (Brigham Young University, Speeches of the Year 1957).

Non seulement Dieu nous veut libres, mais Il veut aussi que nous ayons de la joie. "Adam tomba pour que les hommes fussent et les hommes sont pour avoir de la joie" (2 Néphi 2:25).

Quand Alma conseille Hélaman, l'un de ses fils, il fait la distinction entre la souffrance engendrée par ses transgressions et la joie faisant suite à sa repentance et son obéissance à la loi de Dieu : "Oui, je te le dis, mon fils, qu'il ne pouvait rien y avoir d'aussi raffiné ni d'aussi cruel que mes souffrances. Oui, et je te le dis encore, mon fils, que d'autre part, il ne peut rien y avoir d'aussi raffiné ni d'aussi doux que ma joie" (Alma 36:21).

Alma dit aussi à un autre fils, Corianton, que bien que la repentance du péché est possible, le bonheur s'obtient en vivant une vie juste, en obéissant aux commandements. Il dit : Les "décrets de Dieu sont inaltérables" et conseille Corianton : "Ne pense pas, parce-qu'il a été parlé de restauration, que tu seras rendu du péché au bonheur. Voici, je te le dis, la méchanceté n'a jamais été le bonheur" (voir Alma 41:8 à 10).

Président Thomas S. Monson a dit des Dix Commandements :" ils sont les lois de Dieu. Violez-les, et vous en souffrirez les conséquences durables. Obéissez-y, et vous récolterez de la joie éternelle" (Message de la Première Présidence, Ensign mars 1988).

Dans un discours de la conférence générale d'avril 1996, Robert D. Hales du Collège des Douze a dit que les commandements ne sont pas un fardeau ou une limitation. "Chaque commandement du Seigneur est donné pour notre développement, notre progrès et notre croissance. Le prophète Joseph Smith a enseigné : Dieu a conçu notre bonheur ... Il n'instituera jamais une ordonnance ou un commandement à Son peuple qu'il ne soit calculé pour apporter le bonheur qu'Il a conçu" (Enseignements du Prophète Joseph Smith, p.256).

Dans son discours à la remise des diplômes de BYU, Mr. DeMille a dit: "Nous sommes trop enclins à penser à la loi comme à quelque chose de purement restrictif, quelque chose qui nous limite. Nous pensons quelquefois, que la loi est l'opposé de la liberté. Mais ceci est une idée fausse".

Un parent terrestre aimant, fixe des règles pour protéger un enfant ; notre Père Céleste nous a donné des commandements pour la même raison. Puissions nous voir les " ne pas ..." comme le seuil vers la liberté, la sécurité et le bonheur plutôt que comme des barrières qui nous enferment. Et puissions nous intégrer dans notre vie quotidienne tous les " tu dois..." qu’Il nous a donnés avec amour pour nous aider à être véritablement libres.

(Publié par LDS Church News – Traduit par Angélique)

Quelle grande bénédiction que d’avoir des prophètes à notre époque !

Publié le 10 Octobre 2011

" C'est pourquoi, et je parle aux membres de l'Église, vous prêterez l'oreille à toutes ses aparoles et à tous les commandements qu'il vous donnera à mesure qu'il les reçoit, marchant en toute bsainteté devant moi.
Car vous recevrez sa aparole, en toute patience et avec une foi absolue, comme si elle sortait de ma propre bouche. "
Doctrine et Alliances 21: 4-5

C’est une grande bénédiction de recevoir la parole, les commandements et les conseils du Seigneur en ces temps difficiles de l’histoire de la terre" a dit Claudio R. M. Costa  de la présidence des soixante-dix. "Le prophète peut être inspiré à voir l’avenir pour le bien de l’humanité."


"Il nous est dit que « le Seigneur, l’Éternel, ne fait rien sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les prophètes » (Amos 3:7). Cette Écriture nous apprend que le Seigneur révèle à ses prophètes absolument tout ce qu’il estime nécessaire de nous communiquer. Il nous révèle sa volonté et il nous instruit par l’intermédiaire de ses prophètes."


"Nous avons la chance de recevoir les paroles de nos prophètes, voyants et révélateurs vivants pendant cette merveilleuse conférence générale. Ils vont nous communiquer la volonté du Seigneur nous concernant, nous, son peuple. Ils vont nous transmettre la parole de Dieu et ses conseils. Prêtez attention à leurs instructions et à leurs recommandations et suivez-les, et je vous témoigne que votre vie sera grandement bénie."

Elder Hales remercie les membres pour leur foi et leurs prières

Publié le 10 Octobre 2011



De nombreux membres et amis de l'Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours ont exprimés leur préoccupation et leur intérêt pour Elder Robert D. Hales, du Collège des douze apôtres. Elder Hales a souffert des problèmes de santé en début d’année qui ont affectés sa mobilité et son endurance. En conséquence, il n’a pas pu partager un discours durant la Conférence générale d’avril 2011. Sa présence à la conférence générale d’Octobre est une indication de l'amélioration de son état de santé depuis que ces problèmes ont surgis.

Elder Hales a dit: « Je continue à travailler avec les médecins et les kinésithérapeutes pour retrouver ma force. Je suis reconnaissant pour la foi et les prières qui m’ont permis de participer à la conférence générale et de reprendre mes responsabilités. Je suis touché par les aimables paroles d'amour et de soutien manifestées et par vos prières continuent. »

Comme il l'a enseigné avec tant de force durant la conférence générale, Elder Hales continue d'attendre sur le Seigneur, alors qu’il affronte ce défi de santé.

(Publié par LDS Church News)

“Soyez donc parfaits!”

Publié le 9 Octobre 2011

Le doyen conseille et accueille les étudiants à l’Université Brigham Young.

« On n’atteint la perfection ni rapidement ni en une seule fois mais plutôt en restant réaliste et en s’appuyant sur le Sauveur » a affirmé Cecil O. Samuelson, alors membre des Soixante-dix et Président de l’Université Brigham Young lors d’une assemblée universitaire de dévotion tenue le 6 Septembre au centre Marriott. Son épouse, Sharon, et lui-même s’adressèrent aux étudiants au cours de la première réunion de dévotion du trimestre.

« Un malentendu largement répandu chez nous consiste à croire que pour être digne, il faut être parfait. », nous dit Président Samuelson. « Nous pouvons tout à la fois être parfaitement digne au sens évangélique du terme et cependant continuer de grandir en travaillant sur nos imperfections personnelles…(Le perfectionnisme) est corrosif et destructeur ; il est l’antithèse de la quête saine de la perfection finale prescrite par le Sauveur. »

« Tout individu doit en venir à des perceptions réalistes et avérées de leur environnement et d’eux-mêmes. », nous dit Président Samuelson.

Notre responsabilité éducative à l’Université Brigham Young est en partie d’acquérir de la sagesse, une impression personnelle, une compréhension ainsi qu’une appréciation calculée du monde.

« Le malaise dont je parle trouve principalement racine dans des malentendus relatifs au temps et aux définitions. » dit- il. « En ce qui concerne le temps, il nous arrive de confondre nos circonstances actuelles avec nos aspirations éternelles. Quant aux définitions … certains croient à tort que dignité signifie perfection. C’est faux. »

« Alors que ces deux types d’erreurs – de dimension temporelle et de définition - sont compréhensibles et de fait quelque peu excusables, ces vues erronées de la réalité peuvent avoir des conséquences sérieuses si elles ne sont pas corrigées, » dit-il.  « Il est nécessaire d’être correctement ancré en compréhension et en doctrine pour pouvoir construire le pont qui nous mènera de là où nous sommes à la vie éternelle, » dit-il.

En s’appuyant sur Matthieu 5:48 où le Sauveur dit: « Soyez donc parfait, comme votre Père qui est au ciel est parfait », président Samuelson parla de l’importance d’appliquer cette recommandation dans la quête de chacun vers la perfection.”

« Le Seigneur ne nous donne pas de commandement auquel nous ne puissions obéir ou que nous ne puissions atteindre, » dit-il. « De même, beaucoup de ce que le Seigneur nous demande de faire est centré sur nos rapports avec les autres. Fréquemment, les attentes du ciel incluent le soutien aux familles, aux amis, aux instructeurs, à l’Eglise et aux dirigeants de la prêtrise ainsi que les efforts que nous faisons au nom d’autres. »

Il parla de l’importance de comprendre quelles sont les options et les événements qui sont sous le contrôle d’un individu et ceux qui ne le sont pas. Dans certains cas, les gens ont tendance à blâmer les autres pour leurs propres faiblesses quand en réalité ils devraient admettre leur propre responsabilité. Dans d’autres cas, les gens se blâment pour des choses et des circonstances qui n’étaient pas complètement sous leur contrôle.

« Ceci ne mène non seulement à rien de positif mais en plus peut amener à paralyser un individu, » dit-il. « Soyons francs. Personne n’est entièrement parfait et il est plus que probable que personne ne le sera jamais. »

C’est pourquoi l’expiation du Sauveur est cruciale dans le processus de perfection.

« Nous ne devenons pas et ne pouvons pas devenir parfaits par nous-mêmes, » dit-il. « Nous atteignons finalement la perfection par sa Grace et non en dépit de celle-ci. De façon très réelle, nous sommes appelés à faire équipe avec Lui dans le processus de perfection. Il sait ce que nous ne savons pas et possède la force que nous n’avons pas. Il nous demande de vraiment remplir notre part et toute notre part. »

A mesure que chaque individu s’efforce de faire de son mieux – reconnaissant qu’ils ont des forces et des faiblesses – et qu’il accepte l’aide du Seigneur et obéit à ses commandements, il devient capable de faire sa part.

« La plupart de ceux qui souffrent du syndrome de la perfection en ont d’autant moins de mal à aimer Dieu et leur prochain comme ils s’aiment, » nous dit président Samuelson. « Nous pouvons presque tous accepter sans réserve que nous devons aimer Dieu et notre prochain tout en oubliant parfois la seconde moitié du verset. Oui, nous devons aimer notre prochain, mais aussi sûrement que nous devons nous aimer nous-mêmes. »

Pour éviter toute confusion avec le pécher et la paresse, président Samuelson nous dit que par là, il faut entendre qu’il ne faut pas être excessivement et indûment dur avec soi-même lorsque l’on commet une erreur ou que l’on agit de façon imparfaite.

« Quand vous rencontrez des difficultés vis à vis de votre capacité à être à la hauteur – et nous en rencontrons tous – admettez que vos instructeurs, conseillers, évêques et autres dirigeants de l’Eglise ainsi que les excellents professionnels de nos services conseil sont tous prêts à vous aider à accepter la Grâce du Christ et avoir de la patience avec votre progrès.

« Souvenez-vous s’il vous plait que la dignité est essentielle mais qu’elle n’équivaut pas à la perfection … tous les objectifs ne peuvent pas être atteints, et surtout pas la perfection, rapidement et en une fois. »

Sœur Sharon Samuelson parla de construire des ponts de foi pour les générations à venir.

« Vous tous ici aujourd’hui empruntez des ponts que vous n’avez pas construits mais qui ont été bâtis par d’autres pour bénir vos vies de multiples façons, » nous dit-elle. « Il est de votre responsabilité maintenant de créer la chaine de vos générations grâce aux ponts que vous construirez … Vous êtes les nouveaux architectes et chefs de projet de vos propres ponts qui seront construits pour le bénéfice de ceux qui vous suivront… Vos ponts ne tiendront que s’ils sont bien construits. »






(Publié par LDS Church News – Traduit par Caroline)

"Filles dans Mon Royaume": elle applique ces leçons dans sa vie aujourd'hui

Publié le 7 Octobre 2011

En 2002, Robin Pedersen, de Centerville, Utah, a été diagnostiqué avec un cancer du côlon. Pendant les six prochaines années, elle a subi une chimiothérapie, en 2008, on lui a dit que son pronostic était bon.

Mais en Novembre 2010, elle a appris que le cancer était de retour. Maintenant luttant en phase quatre, un cancer inopérable, elle a dû accepter qu’il y a beaucoup de choses qu'elle ne pourra plus faire. "Cela a été une longue route", a-t-elle dit. "Je viens de passer des semaines et des semaines dans cette maison."

Elle a ensuite ajouté, "La Société de Secours m'a appris à me rendre moi-même heureuse. Même si je ne suis pas dans des circonstances que je veux être en ce moment, je sais comment me rendre heureuse."

Elle aimait lire dans Filles dans Mon Royaume: L'histoire et le travail de la Société de Secours, les efforts des femmes Saints des Derniers Jours pour aider à construire le temple de Nauvoo dans les débuts (Daughter in MyKingdom p. 25).

Touchée par leur sacrifice, Sœur Pedersen a écrit dans la marge de son livre: "Tellement de travail a été investi dans le temple de Nauvoo. Le Seigneur savait qu'il ne durerait pas, mais force et sacrifice ont aussi été développés..."

Sœur Pedersena été en mesure d'appliquer cette leçon dans sa vie aujourd'hui. "C'est comme ça que je ressens ma vie en ce moment. Je développe de la force et des sacrifices. Nous avons tous des épreuves."

En raison de sa maladie, elle n'a pas été à la Société de Secours depuis Novembre. "Mais je sens que je fais partie de celle-ci surtout par les soins et l'amour que mes sœurs de la Société de Secours m'ont données mais aussi par les remerciements que je leurs communique simplement à travers un appel ou une petite note. "

Sœur Pedersen a déclaré qu'il est plus facile de servir que d'être celui qui reçoit des services. "Mais ce n'est pas l'évangile de toujours donner, donner et donner. L'évangile est que nous prenions soin les uns des autres."

Elle a aussi cité Lucy Mack Smith :"Nous devons chérir les unes les autres, veiller les unes sur les autres, réconforter les unes les autres et nous instruire, afin que nous soyons toutes assises dans les cieux ensemble» (Daughter in My Kingdom p. 25).

(Publié par LDS Church News – Traduit par Ambre)


Qu’est ce que la Société de Secours ?

Pour nos lecteurs qui entendent parler de cette merveilleuse organisation pour la première fois, voici un peu d’information.

Afin de veiller sur ses filles, de les instruire et de les inspirer en ces temps difficiles, Dieu a autorisé Joseph Smith, le prophète, à organiser les femmes de l’Église. Cette organisation divinement conçue et dirigée par la prêtrise s’appelle la Société de Secours.



L’objectif de la Société de Secours est de préparer les filles de Dieu à recevoir les bénédictions de la vie éternelle en faisant grandir leur foi et leur justice personnelle, en fortifiant la famille et le foyer et en recherchant et aidant les gens dans le besoin.


La Société de Secours éclaircit notre œuvre et nous rend unies, nous, les filles de Dieu, dans la défense de son plan. À notre époque d’erreurs d’identité, de confusion et d’égarement, la Société de Secours est conçue pour être une boussole et un guide pour enseigner la vérité aux femmes fidèles. Aujourd’hui, les femmes qui pratiquent la justice recherchent un déversement de révélation pour résister aux égarements, combattre le mal et la destruction spirituelle et surmonter les catastrophes personnelles en augmentant leur foi, en fortifiant leur famille et en soulageant les autres.


(Par Julie B. Beck - Présidente générale de la Société de Secours)

Quels sont les trois mots qui décrivent, selon vous, la foi d'un Saint des Derniers Jours (mormons) ?

Publié le 5 Octobre 2011

Sur notre page Facebook intitulée comme notre site « Les Saints des Derniers Jours », nous avons posé la question suivante à nos 890 fans. Quels sont les trois mots qui décrivent, selon vous, la foi d'un Saint des Derniers Jours (mormons) ?

Voici en quelques mots et selon vous, les mots qui décrivent notre foi.




Et vous, si vous n’avez pas encore eu la chance de participer, nous vous invitons à rejoindre et ou partager notre page Facebook avec vos amis.

Pensez-vous que nous pourrions arriver à 1000 fans des Saints des Derniers Jours sur Facebook ?



Merci a tous pour vos visites sur notre site au quotidien. Nous célébrons près de 270 000 visites venant de près de 60 pays du monde entier...