Message du 1er Février 2011

Découvrir encore plus de votre vraie personnalité

On peut dire à coup sûr qu’à un moment ou un autre dans votre vie, vous ferez face à une situation inattendue.

Comment réagirez-vous?

Vous comporterez-vous comme la personne que le Seigneur avait l’intention que vous soyez, en devenant quelqu’un à qui il peut faire confiance, en conformant à votre vraie nature: courageux, tenace et rempli de lumière?

Le Seigneur attend que vous viviez votre vie à fond—même la vie inattendue. Pourquoi? Car, faire face aux choses inattendues dans nos vies et apprendre comment les affronter—et bien les surmonter au lieu d’être défait par elles—pourrait nous aider à découvrir notre vraie personnalité. Ça vous semble impossible? C’est le but de nos vies.

Comment découvrir cette vraie personnalité?

1) Se débarrasser de chaque obstacle qui vous empêche de vous découvrir. Les obstacles pourraient être des relations qui bloquent notre progression. Ils pourraient être les dépendances qui nous tiennent prisonniers ou les ressentiments qui obscurcissent la lumière et les vérités qu’on connait et qui nous rendent amers.

Il y a un pouvoir dans la prière. Il existe une force en faisant la prière pour se débarrasser de ces obstacles.

2) Rappelez-vous que vous viviez dans la prémortalité. Votre vraie existence commençait il y a une éternité. Avant la mortalité, nous vivions comme des esprits dans la présence de nos Parents céleste pendant une très longue période de temps. Nous apprenions d’eux. Nous les aimions et étions aimés par eux. C’était pendant cette époque que l’essentiel de qui nous sommes a été établi.

Quand vous cherchez à savoir qui vous êtes en vérité—quand vous avez l’impression que vous passez une crise d’identité et ne savez pas quoi faire—sachez cela: vous êtes un dieu ou une déesse à l’état embryonnaire.

3) Vous ne pouvez être vous même que quand vous êtes obéissant au Seigneur et vous vous sentez près de Lui. Au milieu des difficultés, nous avons besoin d’affermir notre détermination à être obéissant à tout ce que le Seigneur exige de nous. Et avant que les difficultés se présentent, nous devons nous rapprocher de Lui en se conformant à ses lois.

L’obéissance à ce que le Seigneur nous demande de faire mènera toujours à la progression vers votre vraie nature.

4) Vous ne pouvez être vous-même qu'en devenant encore plus pur et en vous relâchant du monde. En ne pas se tenant aux affaires du monde, vous vous sentirez plus libre d’être vous-même. En découvrant votre vraie personnalité, vous désirerez être de moins en moins du monde.

5) Pour être encore plus vous-même, il faut que vous vous immergiez dans la vérité et cherchiez chaque moyen de rajouter à votre intelligence spirituelle. Quand nous sommes sérieux en cherchant à nous remplir de l'Esprit et remplir nos foyers avec la lumière et la vérité de l'Evangile, nous trouverons les moyens de le faire.

C'est bien vrai: les mots dits dans nos foyers restent dans les murs de nos maisons, dans les cellules de nos corps et dans nos esprits.
Vivre ces cinq principes vous aidera à être fidèle à votre vraie nature en surmontant avec foi les difficultés de la vie.

Demandez au Seigneur: Comment pourrais-je connaître ma vraie nature à travers cette expérience? Puis, écoutez sa réponse.

(Publié par LDS Church News – Traduit par Régina)

---------------------------------------------------------------------
Vivre au travers des Ecritures

« Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. » - Romains 6:4

Récemment, alors que j'étudiais et méditais sur l'ordonnance du baptême, mon amour et mon appréciation pour le Christ et cette ordonnance sacrée ont grandi.

Le baptême par immersion a plusieurs symboles. L'un de ces symboles est la mort, l'ensevelissement et la résurrection du Christ. Un autre symbole du baptême est une nouvelle naissance spirituelle. Un troisième symbole possible du baptême que j'ai découvert alors que je méditais est que l'eau du baptême est un symbole du Christ, l'eau vive.

L'immersion dans l'eau symbolise notre besoin et notre désir d'être immergé dans le Christ. Lorsque qu'une personne est baptisée, il faut qu'elle soit immergée complètement dans l'eau. Paul a dit qu'après le baptême nous devrions marcher « en nouveauté de vie » (Romains 6:4).

La nouveauté de vie n'apparait qu'après avoir été immergé complètement dans le Christ. Si nous ne sommes pas complètement immergé dans le Christ, alors la nouveauté de vie ne vient pas. La résurrection, la nouvelle naissance spirituelle et la nouveauté de vie n'arrivent que par le Christ, l'eau vive. Sans le Christ, il n'y a pas de résurrection, de nouvelle naissance spirituelle, ou de nouveauté de vie.
Le baptême par immersion démontre beaucoup de choses à Notre Père Céleste et à Jésus-Christ.

Tout d'abord, le baptême par immersion montre que nous ne voulons pas nous contenter d'une relation superficielle avec le Christ, mais que nous voulons être immergé et englouti dans le Christ.
Deuxièmement, le baptême par immersion montre que nous ne voulons pas que le Christ affecte seulement une partie de nous-mêmes, mais tout notre être.
Troisièmement, le baptême par immersion montre que nous ne voulons pas que le Christ joue un rôle détaché dans notre vie, mais que nous voulons qu'il nous entoure et nous consume entièrement.
Finalement, le baptême par immersion montre que nous voulons nous donner complètement au Christ et ne retenir pas même une petite portion de nous-mêmes. Nous voulons lui être 100% fidèle, pas juste 95% ou 98%, mais bien 100%. Comme je suis reconnaissant pour le Christ et les nombreux symboles le représentant qu'on peut trouver dans les ordonnances de l'Evangile.

- James H. Frutos, 4ème paroisse de Copperhill, Pieu de Hunter Copperhill, Salt Lake City

(Publié par LDS Church News – Traduit par Emeric)


------------------------------------------------------------------------
Pensée du jour

Supporter nos fardeaux

« La vie nous impose à chacun toutes sortes de fardeaux, parfois légers, parfois implacables et lourds. Des gens peinent chaque jour sous des fardeaux qui pèsent sur leur âme. Beaucoup d’entre nous souffrent sous de tels fardeaux. Ils peuvent être pesants émotionnellement ou physiquement. Ils peuvent être inquiétants, écrasants et épuisants. Et ils peuvent durer des années.

En général, nos fardeaux viennent de trois sources. Certains fardeaux sont le résultat naturel de nos conditions de vie dans le monde. La maladie, les handicaps, les ouragans et les tremblements de terre surviennent de temps en temps sans que nous en soyons responsables. Nous pouvons nous préparer à ces dangers et parfois les prédire mais, dans le cours naturel de la vie, nous rencontrons tous certaines de ces difficultés.

D’autres fardeaux nous sont imposés par la mauvaise conduite des autres. Les sévices et la dépendance peuvent faire de notre foyer tout sauf un coin des cieux sur la terre pour les membres de notre famille innocents. Le péché, les traditions fausses, la répression et la délinquance laissent des victimes affligées le long des chemins de la vie. Même des fautes moins graves comme le commérage ou le manque de gentillesse peuvent provoquer de réelles souffrances.

Nos propres erreurs et défauts causent beaucoup de nos problèmes et peuvent poser de lourds fardeaux sur nos épaules. Le fardeau le plus pénible que nous nous imposons à nous-mêmes est celui du péché. Nous avons tous éprouvé le remords et la souffrance qui suivent inévitablement le non-respect des commandements.

Quels que soient les fardeaux que nous affrontons, qu’ils soient dus à des circonstances naturelles, à la mauvaise conduite des autres ou à nos propres erreurs et manquements, nous sommes tous enfants d’un Père céleste qui nous aime et nous a envoyés sur la terre dans le cadre de son plan éternel pour notre croissance et notre progression. Nos expériences personnelles peuvent nous aider à nous préparer à retourner auprès de lui.

L’adversité et les afflictions que nous avons, aussi difficiles à supporter soient-elles, ne sont, dans une perspective éternelle, que pour un peu de temps; et alors, si nous les supportons bien, Dieu nous exaltera en haut
». Nous devons faire tout notre possible pour « bien » supporter nos fardeaux, quel que soit le « peu de temps » qu’ils durent. »

L. Whitney Clayton De la présidence des soixante-dix - «Pour que vos fardeaux soient légers » - 179e conférence générale d’octobre 2009

Message du 31 Janvier 2011

Honnêteté, confiance et être digne de confiance sont les conditions préalables à une saine intimité
A ceux qui luttent contre une dépendance à la pornographie : c'est guérissable !

Il n'y a " jamais, jamais eu de meilleure époque dans l'histoire pour développer une relation intime saine " a déclaré une thérapeute diplômée en Conseil Conjugal et Familial aux Adultes Seuls, assemblés à l'Utah Valley University, le 15 janvier.


"A l'inverse, nous vivons aussi à une époque où il n'y a jamais eu autant de défis à relever pour établir et maintenir des relations intimes" a dit Jill C. Manning qui a témoigné, devant une sous-commission sénatoriale U.S, des maux de la pornographie et auteur d'un livre intitulé "What's the Big Deal about pornographie : A guide for the Internet Generation " (Qu'est-ce que la belle affaire de la pornographie : un guide à l'usage de la génération Internet).

Soeur Manning et Dan Gray, un travailleur social diplômé et directeur médical de LifeSTAR Network, se sont adressés aux Adultes Seuls sur le thème d'une préparation au mariage couronnée de succès, étant donné le caractère généralisé de la pornographie et d'autres influences négatives touchant la culture d'aujourd'hui sur les relations amoureuses. Cet évènement, intitulé "Un message aux célibataires : se préparer à une saine intimité dans une culture sexuelle toxique", était sponsorisé par S.A. Lifeline, une fondation soutenant, éduquant et venant en aide à ceux qui sont aux prises avec une dépendance à la pornographie.

Durant ses interventions, Soeur Manning a déclaré aux centaines de personnes réunies dans la grande salle de bal du Centre Etudiant de UVU, qu'apprendre ce qu'il faut savoir pour obtenir une saine, intime et authentique relation avec quelqu'un, est l'une des choses les plus importantes dans laquelle ils peuvent s'engager.

"Chacun d'entre-nous est conçu et programmé pour se relier à une autre personne avec succès. Cependant, il y a des choses comme les erreurs, les faiblesses, même les péchés ... qui se mettent en travers du chemin, oblitérant et parasitant la personne que nous sommes en réalité ou que nous pourrions être pour quelqu'un d'autre" a dit Soeur Manning. Cependant, a t'elle ajouté, l'honnêteté, la confiance et être digne de confiance, le respect et être respectable, sont les conditions préalables à une saine intimité. "J'en suis arrivée à croire, qu'il y a beaucoup de gens à qui on n'ont jamais appris à faire la différence entre une relation saine et une relation toxique", a dit Soeur Manning.

S'adressant directement aux femmes, Soeur Manning a dit qu'il y avait trois mensonges ou pierres d'achoppement qui s'appliquent souvent aux femmes qui essayent de construire des relations saines :
1) Les femmes se sentent obligées de donner une image incorrecte d'elles-mêmes et même de mentir parce-qu'elles désirent ardemment faire des rencontres et se marier. Les femmes n'ont nul besoin d'abaisser leurs niveaux pour rencontrer un partenaire, et, si elles le font, elles ne trouveront pas le mari qu'elles recherchent.

2) Certaines femmes craignent de poser des questions directes sur tous les aspects de la vie, comme la pornographie, à leur partenaire d'une relation sérieuse. "Nous devons faire cela : poser plus de questions ".

3) Soeur Manning a dit qu'elle a reconnu une tendance chez les femmes, à accepter la pornographie comme "une mauvaise habitude commune à tous les hommes". La pornographie, a t'elle déclaré, "encourage la haine et la violence envers les femmes. Lorsque nous l'acceptons et nous y engageons de quelque manière que ce soit, nous soutenons, littéralement, une force mauvaise, un réseau universel de crime organisé, de sévices sexuels, de drogue, de prostitution, de trafic sexuel et ainsi de suite."

Soeur Manning dit qu'il y en a qui croient que la pornographie a un rôle éducateur, qu'elle est un substitut ou une préparation à l'intimité conjugale. "Je suis là pour dire que rien ne saurait être plus faux". Et de conclure, "une saine sexualité est associée à la vie et à la joie".

Frère Gray a assuré l'assistance, qu'il avait l'espoir de leur donner le savoir-faire pour naviguer dans les eaux difficiles de l'intimité, "lorsqu'on en arrive à ces problèmes" a t'il dit. A ceux qui n'étaient pas en lutte contre la pornographie, il leur a dit de trouver le moyen de s'en tenir éloigné ; A ceux qui s'adonnent à la pornographie, Frère Gray a dit qu'il y avait une porte de sortie : "c'est guérissable" a t'il assuré. Il a mentionné l'acronyme BLAST - Bored (s'ennuyer) Lonely (solitaire) Angry (en colère) Stressed (angoissé) ou Tired (fatigué) - et a déclaré que c'était là, certaines des raisons pour lesquelles les jeunes gens se tournent vers la pornographie. "Cela leur procure, l'espace d'un instant, une échappatoire pour se tirer de ces embarras dans leur vie".

Frère Gray dit, qu'à cause de cela, quand quelqu'un est en train de regarder de la pornographie, le thérapeute ne l'aide pas simplement à privilégier l'abstinence et la sobriété, mais également "à changer son mode de fonctionnement afin d'être capable de vivre sa vie de manière saine." Se battre, en vaut la peine" et d'ajouter "Quelqu'unes des meilleures personnes que je connaisse, sont celles qui ont eu à livrer cette bataille".
Il a demandé aux Adultes Seuls : "Comment naviguer dans ces eaux dangereuses" ?

S'adressant directement aux hommes de l'assistance, Frère Gray explique que la sexualité créait des liens affectifs. "Notre sexualité et notre attirance envers une autre personne ressemblent, à bien des égards, à un sentier. Ce sentier commence comme la piste des empreintes d'un daim et, à la longue, cette piste devient plus large et les empreintes se font plus profondes. C'est ce qui se passe dans les sentiers des neurones du cerveau". Ces sentiers formés trop tôt dans une relation, créent désillusion, douleur et souffrance a t'il dit.

A ceux qui désirent savoir, pourquoi c'est mauvais de regarder de la pornographie, Frère Gray explique que lien affectif est crée à partir d'images et, à la longue, ces "sentiers se creusent encore et encore, de plus en plus profonds." La pornographie est un lien artificiel qui nous détourne et nous éloigne de la vraie relation que nous essayons de nourrir. Beaucoup de femmes (épouses de dépendants pornographiques) nous disent souvent : " je ne connais tout bonnement pas ce gars, il semble être ailleurs". En fait, elles ont raison ! Les femmes le ressentent, messieurs ! Elles savent quand il y a cette coupure et quand il y a ce sentiment de détachement à cause de ces sentiers conduisant quelque part ailleurs.

La pornographie et la convoitise nous embrument et empêchent une personne de se connecter. "Cela nous rend inaptes à construire une relation saine avec la personne que nous aimons."
Il a dit que le temps de la passivité, était terminé ! "Si vous n'avez pas encore trouvé votre partenaire, elle est là, quelque part, dehors ...

Pourquoi ne pas lui faire le serment que vous ne regarderez plus une autre femme pour la convoiter, que vous ne regarderez plus la pornographie en vous disqualifiant vous-même, pour être l'homme qu'elle recherche ? Faites ce vœu maintenant, avant d'aller le lui faire, à elle. Soyez l'homme que vous avez besoin d'être !"

(Publié par LDS Church News – Traduit par Angélique)


-----------------------------------------------------------------------
Une pensée venant des écritures

"Allez vous donc et enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit " (Matthieu 28:19).

"Le Président Spencer W. Kimball a dit il y a plus de 32 ans, je vous recommande vivement de prier pour l'ouverture de ces secteurs [où l'évangile n'est pas partagé librement], que nous puissions partager avec eux la joie de l'évangile.

Comme nous avons prié alors en réponse aux plaidoiries du Président Kimball, nous avons vu que des miracles se sont déroulés pays après pays, autrefois fermé à l'Église, se sont ouverts. Une telle volonté transpire de nouveau quand nous prions avec la foi, "a dit le Président Thomas S. Monson durant la conférence général d'Octobre 2008.

(Publié par LDS Church News – Traduit par Eliane)


----------------------------------------------------------------------------
Pensée du jour

Vaincre le péché et le désir de pécher

« L’Évangile de Jésus-Christ englobe bien plus qu’éviter, que surmonter le péché et les mauvaises influences et en être purifié mais il implique aussi essentiellement de faire le bien, d’être bon et de s’améliorer. Nous repentir de nos péchés et rechercher le pardon sont une nécessité spirituelle, et nous devons toujours le faire.

Cependant la rémission des péchés n’est pas l’unique ni même l’ultime objectif de l’Évangile. Connaître un changement de cœur sous l’effet du Saint-Esprit « de sorte que nous n’avons plus de disposition à faire le mal, mais à faire continuellement le bien » (Mosiah 5:2) comme le peuple du roi Benjamin, est l’alliance que nous avons accepté de contracter.

Ce grand changement n’est pas simplement le résultat de plus d’efforts ni de l’acquisition d’une plus grande discipline personnelle. Mais il est la résultante d’un changement fondamental de nos désirs, de nos motivations et de notre nature rendu possible par le sacrifice expiatoire du Christ, le Seigneur.

Notre objectif spirituel est de vaincre le péché et le désir de pécher, la contamination et la dictature du péché. »

David A. Bednar du Collège des Douze apôtres - « Les mains propres et le cœur pur » - 177e conférence générale d’octobre 2007


Message d'inspiration : 29 et 30 Janvier 2011

« Vous êtes mes mains »


L’amour véritable exige l’action. Nous pouvons parler d’amour toute la journée, nous pouvons écrire des notes ou des poèmes qui le proclament, chanter des chants qui le louent et faire des sermons qui l’encouragent, mais tant que nous ne manifestons pas cet amour par des actes, nos paroles ne sont qu’ « un airain qui résonne ou une cymbale qui retentit. »

Le Christ ne s’est pas contenté de parler de l’amour, il en a fait preuve chaque jour de sa vie. Il ne s’est pas mis à l’écart des autres. Étant au milieu des gens, il a tendu la main aux gens, individuellement. Il s’est porté au secours des gens qui étaient perdus. Il ne s’est pas contenté de donner un cours sur la façon de tendre la main avec amour puis de déléguer le travail proprement dit à d’autres. Il ne s’est pas contenté d’enseigner mais il nous a aussi montré comment aller au secours des faibles, fortifier les mains languissantes et affermir les genoux qui chancellent. »

Le Christ sait comment servir parfaitement les autres. Quand le Sauveur tend les mains, les personnes qu’il touche sont édifiées et deviennent plus grandes, plus fortes et meilleures.
Si nous sommes ses mains, ne devrions-nous pas faire comme lui ?
Nous pouvons aimer comme il aime...

Le Sauveur a révélé les priorités parfaites pour notre vie, notre foyer, notre paroisse, notre collectivité et notre pays, quand il a dit de l’amour que c’est le grand commandement sur lequel reposent toute la loi et les prophètes. Nous pouvons passer nos journées obsédés par les plus petits détails de la vie, de la loi et de longues listes de choses à faire mais, si nous négligeons les grands commandements, nous sommes à côté de la plaque, et nous sommes des nuages sans eau qui dérivent dans le ciel, et des arbres sans fruit. »

L’amour est ce qui a inspiré notre Père céleste à créer notre esprit, c’est ce qui a conduit notre Sauveur au Jardin de Gethsémané pour se livrer en rançon de nos péchés. L’amour est le grand moteur du plan du salut, c’est la source du bonheur, le printemps toujours renouvelé de la guérison et la précieuse fontaine de l’espoir.

Lorsque, mûs par l’amour chrétien, nous tendons la main aux autres, il nous arrive quelque chose de merveilleux. Notre esprit guérit, se raffine et se fortifie. Nous sommes plus heureux, plus paisibles et plus réceptifs aux murmures du Saint-Esprit.


Par Dieter F. Uchtdorf - Deuxième conseiller dans la Première Présidence



Notre message au monde est qu’il vit !
Gordon B. Hinckley a enseigné que notre message au monde est qu’il vit ! Le Symbole du Christ pour nous, saints des derniers jours, réside dans l’expression éloquente de notre foi et dans la manière dont nous vivons son Évangile.



Découvrez ce qui est au coeur de la foi des Mormons
Cliquez sur l'image ci-dessous

« Le Christ vivant: Le témoignage des apôtres »
Quinze prophètes et apôtres témoignent solennellement que Jésus-Christ vit




Message du 28 Janvier 2011

Trouver la paix par la prière

Paul conseilla aux Colossiens de « laisser la paix de Dieu régner dans leur cœur » (Colossiens 3:15). Pourtant parfois, dans nos cœurs, la paix est aussi fragile et insaisissable que dans les zones de combat du monde. Alors que les conflits font rage entre les nations, ils font rage également dans le cœur des gens, entre le corps et l’esprit.

Dans ces moments là, nous nous questionnons, « A quel point notre esprit est-il fort, avec ses origines divines et ses penchants à la droiture ? » Ou, « A quel point notre chair est-elle faible, avec ses énormes piles à récepteurs de plaisir, ses déluges de flux hormonaux, ses capacités à bâtir et conserver l’orgueil et la colère, et ses entêtements toujours présents ? »


Le conflit est résolu ainsi. Quelque part dans le sanctuaire intérieur de l’âme, à la jonction de l’esprit et de la chair, se trouve un champ de bataille. En face de ce champ, déployé pour le conflit, se tiennent d’un côté notre esprit de l’autre notre corps. On n’entend ni le fracas des armes ni le choc des boucliers ou le cri des vaincus. Cependant si les oreilles pouvaient pénétrer les âmes, tout autour de nous retentiraient des paroles d’avertissements et des cris de justification.

Les batailles d’instants minuscules peuvent décider des chemins de l’éternité. Il n’y a pas vraiment de choix fantaisistes ou impulsifs. Les victoires de l’âme entre la chair et l’esprit sont le résultat de milliers de pensées et de batailles décisives des temps anciens.
Cela peut sembler injuste qu’une victoire de la chair s’additionne si rapidement aux autres victoires alors que lorsque la chair est vaincue sur notre champ de bataille intérieur, elle ne reste soumise que pour peu de temps.

L’apôtre Paul nous réconforte : « Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu qui est fidèle ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il donnera aussi le moyen de vous en sortir, pour que vous puissiez la supporter ». (1 Corinthiens 10:13).
Comme il peut être difficile parfois, de prendre la chemin de Paul pour être sauvé. Certainement le chemin est là — nous restons convaincus que les promesses des écritures peuvent effectivement être une monnaie d’échange aux portes du ciel. Le Sauveur a offert d’avantage de conseils durant Ses souffrances extrêmes. « Veillez et priez, afin de ne pas entrer en tentation. L’esprit est bien disposé mais la chair est faible. » (Marc 14 : 38)
Deux points sont mentionnés :


Premièrement, « Veillez ». Les Saints sont sages de toujours se méfier de la tentation.

La tentation à laquelle il est si difficile de résister peut souvent être évitée par une décision précoce et correcte qui nous aurait sorti du champ de bataille à la première place. Contrôler nos pensées est vital. Il est si facile de succomber à la tentation. La question n’est pas « A quel point puis-je supporter la tentation et y résister ? » mais « Quel est le point le plus éloigné de la tentation où nous pouvons rester mes pensées et moi-même ? »

Le second point est « prier, afin de ne pas entrer en tentation. » Attendre pour entrer en tentation — la regarder en face jusqu’à ce que ses tentacules submergent notre chair jusqu’au cœur de notre esprit— c’est être immédiatement vaincu sur notre champ de bataille intérieur. Prier peut nous protéger du fait d’entrer en tentation.

Prier, prier, prier, prier, prier, prier et prier encore un peu plus.
Prier « de tout notre cœur ». Prier pour avoir une conversation profonde, personnelle et intime avec le Dieu des cieux. Prier « continuellement », ce qui veut dire : là, maintenant sur le champ de bataille, juste au milieu de l’assaut. Qui peut prier trop souvent, ou avoir trop de prières dans son cœur ?

Néphi a enseigné que "l’Esprit enseigne à l’homme de prier…mais l’esprit du diable n’enseigne pas à l’homme de prier, il lui enseigne à ne pas prier.
"C’est pourquoi je vous dit que vous devez toujours prier et ne jamais vous relâcher." (2 Néphi 32:8-9).

Dans les moments de tentations intenses, il peut vous sembler que vos prières n’atteignent même pas le plafond. Un classique américain, Huckleberry Finn, fait dire à un protagoniste de l’histoire, " Je faisais croire que je voulais renoncer au péché, mais loin à l'intérieur de moi je m'agrippais au plus grand d'entre tous. J’essayais de faire dire à ma bouche, je veux faire les choses justes et correctes…..mais au plus profond de moi, je savais que c’était un mensonge, et Il le savait. Vous ne pouvez pas prier pour un mensonge — c’est ce que j’ai découvert." (Huckleberry Finn, par Mark Twain).

Et nous revoilà au conflit originel. Maintenant, cependant la quête est plus profonde : nous devons sincèrement vouloir échapper à la tentation. A nouveau, la prière sincère est le chemin qui ouvre la porte à la lumière d’une victoire possible. Nous devons prier pour vouloir échapper à la tentation. Lorsque cette prière sincère aura reçu une réponse, comme cela sera certainement le cas, nous gagnerons finalement haut la main sur ce champ de bataille des plus critiques.

A la fin, notre esprit, avec l’aide de Dieu, sera devenu plus fort que notre chair.

(Publié par LDS Church News – Traduit par Sylvie)


------------------------------------------------------------------------
Religion pure: Occasion de Joie

Cecilia Dodzi est un agent sage-femme à l'hôpital Ridge Regional d'Accra au Ghana. Dans la déclaration suivante, Cecilia raconte comment elle utilise les techniques de réanimation néonatales apprises à l'Eglise pour sauver la vie des bébés.
Je suis très heureuse d'avoir eu l'opportunité de participer à l'atelier de réanimation des nouveau-nés qui s'est tenu à Accra, au Ghana.

J'ai travaillé dans un village pendant plusieurs années et j'ai mis au monde plusieurs enfants mort-nés. Il y a quelques mois, j'ai été transférée à l'hôpital Ridge Regional où j'ai assisté au programme de réanimation néonatale.

Quelques mois plus tard, une femme est arrivée avec un accouchement difficile. Elle était sur le point d'avoir des jumeaux, mais le deuxième enfant n’a pas sorti du ventre de sa mère après que le premier soit venu au monde. Il a été décidé de lui faire subir une césarienne. Ma patiente a été envoyée en salle d'opération pendant que je préparais mon équipement de réanimation.

Tout à coup j'ai été appelée, " Sage-femme! Votre patiente est en train de pousser."

Cette femme avait mis au monde un bébé sévèrement asphyxié. Je me suis empressée d'emmener le bébé jusqu'à la table de réanimation. Mes collègues m'ont demandé pourquoi j'enverrais un bébé en réanimation néonatale alors qu'il ne montrait aucun signes de vie, mais j'ai continué la réanimation jusqu'à ce que le bébé éternue et pour finir, pleure. Ils ont tous couru vers moi pour voir le bébé.

J'ai appelé les soins intensifs pour qu'ils viennent et voient le bébé alors qu'il était sous oxygène. Quand le docteur est arrivé, il emmena le bébé aux soins intensifs néonatals. Le jour suivant, quand j'ai rendu visite au bébé avec l'équipe médicale, ils étaient tous surpris de voir que le bébé allait bien. Quand le bébé a été autorisé à rentrer chez lui, c'était une occasion de joie.

J'ai ensuite pensé aux accouchements auxquels j'ai assisté au village où j'étais, et j'ai pleuré en pensant, "si j'avais eu cette expérience avant, certains des bébés mort-nés auraient vécu".

Je voudrais remercier l'Eglise de Jésus-Christ des Derniers Jours pour son amour, sa prise en charge et son plan pour le monde entier.

(Publié par LDS Church News – Traduit par Sophie)

------------------------------------------------------------------------
Pensée du jour

Ceux qui remercient leur Père céleste

« Le Seigneur a dit dans une révélation donnée par l’intermédiaire de Joseph Smith, le prophète : « Il n’y a rien qui offense autant Dieu ou allume autant sa colère que ceux qui ne confessent pas sa main en toutes choses et n’obéissent pas à ses commandements. »

Puissions-nous être trouvés parmi ceux qui remercient leur Père céleste. Si l’ingratitude est comptée parmi les péchés graves, la gratitude, elle, a sa place parmi les vertus les plus nobles.

En dépit des changements qui se produisent dans notre vie, et avec de la gratitude dans notre cœur, puissions-nous remplir, autant que nous le pouvons, nos jours des choses qui importent le plus. Puissions-nous aimer ceux qui nous sont chers et leur exprimer notre amour par la parole et par les actes. »

Thomas S. Monson Président de l’Église - «Trouvons de la joie pendant le voyage » - 178e conférence générale d’octobre 2008

Message du 27 Janvier 2011

L'enseignement au foyer: «l'appel sacré» est une occasion de nourrir et d'inspirer les autres


Pour les fidèles détenteurs de la prêtrise membre de l'Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours, la résolution de la nouvelle année à devenir plus efficaces, le souci des instructeurs au foyer s'inscrit probablement quelque part sur leur liste entre perdre quelques kilos, passer plus de temps au Temple et l'étude quotidienne des Ecritures .
En effet, comme Ezra Taft Benson l'a enseigné, l'enseignement au foyer n'est pas juste un autre programme. « C'est la façon dont la prêtrise veille sur les Saints et accomplie la mission de l'Eglise. L'enseignement au foyer n'est pas seulement une mission. Il s'agit d'un appel sacré » (Conférence générale avril 1987).

Aucun appel sacré n'est tenu par plus d'hommes et de jeunes hommes - à travers le monde. Presque tous les détenteurs de la Prêtrise de Melchisédek attentifs, avec les instructeurs et les détenteurs de la prêtrise d'Aaron, servent en tant qu'instructeurs au foyer dans leurs paroisses et branches. Peut-être en raison de l'universalité de l'appel dans toute l'Eglise, il est tentant de prendre l'enseignement au foyer à la légère. Cela semble alors l'occasion de sauter la visite mensuelle occasionnelle ou de faire des visites sans beaucoup de réflexion ou de préparation.
Mais un appel d'instructeur au foyer, a ajouté le président Benson, «doit être accepté comme s'il était étendu à vous personnellement par le Seigneur Jésus-Christ. Le Sauveur lui-même était un instructeur. Le seul homme parfait à marcher sur la surface de la terre était un instructeur humble, consacré, inspiré qui a apporté à ses disciples le salut et l'exaltation.

"Oh, que tous les frères de l'Eglise aient la vision de l'enseignement au foyer!"
Un des prédécesseurs prophétiques du Président Benson, le Président David O. McKay, a parlé davantage de cet "effort essentiel." «L'enseignement au foyer est l'une de nos possibilités les plus urgentes et les plus enrichissantes pour nourrir et inspirer, pour conseiller et pour diriger les enfants de notre Père. ... Il s'agit d'un service divin, un appel divin. Il est de notre devoir en tant qu'instructeurs au foyer de porter l'esprit divin dans chaque maison et cœur. Aimer l’oeuvre et faire de notre mieux apportera une paix illimitée, une joie et une satisfaction à un noble, dévoué enseignant des enfants de Dieu. "

Le Prophète vivant, Thomas S. Monson, souligne également le rôle essentiel de l'enseignement au foyer. En s'adressant aux frères de la prêtrise au cours de la Conférence Générale d'Octobre 1997; il a dit: "Le programme d'enseignement au foyer est une réponse à la révélation moderne, donnant pouvoir aux prêtres ordonnés à la prêtrise "d'enseigner, expliquer, exhorter, baptiser, et veiller sur l'Église. .. et de visiter la maison de chaque membre, et de les exhorter à prier à haute voix et en secret et de faire attention à tous les devoirs familiaux; ... à veiller toujours sur l'Église, et être avec et les renforcer, et voir qu'il n'y ait aucune iniquité dans l'Eglise, aucune dureté envers l'un l'autre, ni de mensonges, ni de médisances »(Doctrine et Alliances 20:42, 47, 53-54).

Le président Monson a également souligné le rôle crucial que les instructeurs au foyer ont pour ceux qui sont devenus inactifs dans l'Eglise.
"Au fil des années à venir, comme les défis de la vie deviennent plus difficiles, les visites d'instructeurs au foyer à ceux qui sont devenus inactifs dans l'Eglise, peuvent être la clé qui finira par ouvrir les portes de leur retour.

(Publié par LDS Church News – Traduit par Pat)


-----------------------------------------------------------------
Accueillir les “brebis égarées” de nouveau au sein du troupeau

J’ai occupé diverses fonctions au sein du programme des sœurs visiteuses de l’Eglise. En tant que sœur visiteuse de la Présidente de Société de Secours de la paroisse, j’ai été le témoin de la difficulté et la gène qu’éprouvent certains membres à se lier d’amitié avec des membres moins actifs. Je pense qu’en tant que membres de l’Eglise, il est important de nous souvenir que, peu importe la voie que les membres moins actifs aient pu choisir dans leurs vies, ils n’en restent pas moins nos frères et nos sœurs. Et c’est parce qu’ils sont nos frères et sœurs, qu’il est de notre devoir de les aimer, de prier pour eux et de les servir.

Les raisons pour lesquelles des membres quittent l’Eglise sont nombreuses, allant de l’incapacité à garder les commandements, des désaccords avec la doctrine jusqu’aux conflits avec d’autres membres, etc. Quand nous nous voyons confiés une personne ou une famille moins active, il ne nous appartient pas de juger si leurs motifs sont justifiés.

Au cours d’une réunion de Société de Secours, un dimanche, une femme en pleurs avoua qu’elle craignait que les membres ne la jugent durement après tant d’années d’inactivité. Elle ne se sentait pas digne d’être parmi des personnes qu’elle estimait « parfaites ». Quand nous nous occupons de membres moins actifs, nous ne devrions pas adopter une attitude hautaine. Nous devons au contraire leur transmettre un message d’amour et d’espoir. Nous ne devrions pas non plus nous imposer ou les forcer à revenir a l’Eglise. S’ils ne sont pas enclins à discuter de choses spirituelles, concentrez-vous sur le service. Faites leur la preuve de l’Amour du Christ à travers vos actes de service.

Si quelqu’un vous a interdit de les contacter, tout n’est pas perdu. Nous pouvons toujours prier pour ces individus et leurs familles personnellement. Les écritures nous disent que « la prière d’un homme juste est très puissante. » (James 5:16). Ne les oubliez pas – priez pour eux.

Lorsqu’il s’agit de la brebis égarée de notre troupeau, nous nous devons de préserver des voies de communication. Que ce soit par le biais de visites régulières, le service ou la prière, soyez la les bras ouverts prêts à les accueillir de nouveau au sein du troupeau.

(Publié par MormonTimes – Traduit par Caroline)

-----------------------------------------------------------------------
Information utile pour les visiteuses au foyer
(Documents partagés par Marie-Catherine)
-----------------------------------------------------------------------
Pensée du jour

Choisissons la foi

« Il y a beaucoup de choses que je ne sais pas. Je ne connais pas les détails de l’organisation de la matière dans le bel univers dans lequel nous vivons. Je ne comprends pas la complexité de l’Expiation, la façon dont le sacrifice du Sauveur peut purifier toutes les personnes qui se repentent ou comment le Sauveur a pu éprouver « les souffrances de tous les hommes » (D&A 18:11). Je ne sais pas où se trouvait la ville de Zarahemla, mentionnée dans le Livre de Mormon. Je ne sais pas pourquoi mes croyances sont quelquefois en conflit avec les connaissances scientifiques ou profanes présumées. Ce sont peut-être ces questions que notre Père céleste a décrites comme étant « les mystères… du royaume des cieux » (D&A 107:19) qui seront révélés à une date ultérieure.

Mais, si je ne sais pas tout, je sais ce qui est important. Je connais les vérités claires et simples de l’Évangile qui mènent au salut et à l’exaltation. Je sais que le Sauveur a véritablement éprouvé les souffrances de tous les hommes et que toutes les personnes qui se repentent peuvent être purifiées du péché. Et ce que je ne sais pas ou ce que je ne comprends pas complètement, avec l’aide puissante de ma foi, j’en comble le fossé et je vais de l’avant, en bénéficiant des promesses et des bénédictions de l’Évangile. Et puis, comme l’enseigne Alma, notre foi nous conduit à une connaissance parfaite (voir Alma 32:34). En allant de l’avant dans l’inconnu, armés seulement de l’espérance et du désir, nous prouvons notre foi et notre dévotion envers le Seigneur.
Et donc, conformément à la formule d’Alma, choisissons. Choisissons la foi.

• Si la confusion et le découragement pèsent sur votre esprit, choisissez de « vous éveiller et donner de l’essor à vos facultés » (Alma 32:27). S’approcher humblement du Seigneur le cœur brisé et l’esprit contrit est la voie vers la vérité et le chemin du Seigneur vers la lumière, la connaissance et la paix.
• Si votre témoignage est immature, n’a pas été mis à l’épreuve et est mal affermi, choisissez de « faire preuve d’un tout petit peu de foi » ; choisissez de « faire l’expérience des paroles du Christ » (Alma 32:27). Le Sauveur a expliqué : « Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de mon chef » (Jean 7:17).
• Quand la logique, la raison ou l’intelligence personnelles entrent en conflit avec les enseignements et la doctrine sacrés ou que des messages contradictoires assaillent vos croyances comme les traits enflammés décrits par l’apôtre Paul (voir Éphésiens 6:16), choisissez de ne pas chasser la semence hors de votre cœur par votre incrédulité. Souvenez-vous : nous ne recevons de témoignage qu’après la mise à l’épreuve de notre foi (voir Éther 12:6).
• Si votre foi est éprouvée et a atteint sa maturité, choisissez de la nourrir « avec beaucoup de soin » (Alma 32:37). Aussi forte que soit notre foi, avec tous les messages contradictoires qui l’attaquent, elle peut aussi devenir très fragile. Elle a besoin d’une nourriture constante par l’étude des Écritures, la prière et la mise en pratique de la parole du Seigneur. »

Richard C. Edgley Premier conseiller dans l’Épiscopat président - «La foi – le choix vous appartient » - 180e conférence générale d’octobre 2010

Message du 25 Janvier 2011

Petites histoires du Temple : Un rêve s’est réalisé

La première fois que j’ai entendu parler du Temple de Laie à Hawai, c’était peu de temps après que ma famille ait été baptisée dans l’Eglise en 1960. La même année le Président de Finlande, Urho Kekkonen, faisait une visite aux Etats Unis. Son calendrier incluait Hawai et le « Temple Mormon » à Laie.

J’étais une petite fille et me demandait comment il pouvait entrer dans le temple alors qu’il n’était pas membre de notre Eglise. Ma mère nous avait parlé de sa préparation et nous avait dit qu’elle avait besoin d’une recommandation pour entrer dans le temple.

Le Président Kekkonen devait montrer une recommandation pour entrer, mais n’étant pas membre, il ne le pouvait pas. Le jour vint où les médias firent un reportage sur la visite du Président Kokkenen à Laie et des photos le montrait grimpant dans des palmiers au lieu d’être dans le temple.
Je me souviens avoir dit à ma mère : « Maman, un jour j’irai au Temple de Laie à Hawai et lorsque j’y serai, ils me laisseront entrer » Elle sourit, hocha la tête, et dit dans un murmure « Oui, tu le feras ».

Je sentais que c’était une journée spéciale, réalisant qu’un jour je ferai quelque chose que même un Président plein de pouvoir ne pouvait pas faire. Je devais simplement être digne et vivre de manière à ce que je puisse entrer dans la Maison sacrée du Seigneur. Ma mère a dû se demander comment mon plan pourrait se produire, mais elle n’a jamais arrêté mes grands rêves.

Notre famille fit beaucoup de sacrifices afin qu’elle puisse aller au Temple Suisse, moment qui devint le point culminant de son année. C’était un voyage de deux semaines par train, bateau et car. Trois jours pour le voyage allé et une semaine au temple. Plus tard, un temple plus proche était consacré et il n’y avait plus qu’un jour de voyage pour se rendre au Temple de Stocklom en Suède. Les voyages de ma mère se firent plus fréquents et elle servit comme missionnaire au Temple après qu’elle ait pris sa retraite.

Je quittais la Finlande pour aller au collège, servir une mission, me marier au Temple, élever une famille et travailler dans le commerce international. Où que je sois, le service au Temple était toujours une part importante de ma vie. Plus tard, le Temple d’Helsinki en Finlande, fut consacré dans mon propre pays.

Le dimanche 21 novembre 2010, j’assistais à la reconsécration du Temple de Laie à Hawai. J’étais dans la Maison du Seigneur avec le prophète vivant de Dieu, Président Thomas S. Monson, l’écoutant parler – quelque chose que je n’aurais jamais imaginé alors que j’étais une petite fille nouvellement convertie à l’Eglise. Je déménageais à Laie, Hawai, et j’habite maintenant à 7 minutes du temple de mes rêves. Je suis allée au Temple bien souvent. Ma famille a eu la joie de recevoir maintes bénédictions et d’apporter les ordonnances du salut aux membres de la famille qui sont de l’autre côté du voile.

Il s’est passé presque 50 ans depuis mon expérience d’enfant en Finlande. Chaque jour, je remercie le Seigneur pour les jeunes missionnaires qui ont apporté l’Evangile à notre famille et nous ont aidés à nous préparer aux bénédictions du Temple.

Helena M.A. Hannonen ; Paroisse de Hauula 3rd, Pieu de Laie Hawai.

(Publié par LDS Church News – Traduit par Claudie)


------------------------------------------------------------------------
BYU Étude: L'abstinence sexuelle avant le mariage conduit à la stabilité et la confiance

Les recherches de l’université Mormone démontrent que le moment choisi pour avoir une relation sexuelle influe sur la qualité et la satisfaction globale au sein de la relation de couple.
« Tant de gens pense que la compatibilité sexuelle doit être une des premières choses à découvrir», a déclaré Dean Busby, professeur à BYU et auteur principal de l'étude. "Cependant, nous n'avons pas trouvé d’avantages à l'activité sexuelle précoce."

En fait, les chercheurs ont découvert que le moment choisi par le couple pour entreprendre des relations sexuelles a un effet important sur la qualité et la satisfaction globale au sein de la relation de couple. Ils ont conclu que les personnes qui ont attendu le mariage pour avoir des relations sexuelles ont connu plus de satisfaction, de stabilité et une meilleure communication dans la relation.

Pour les membres de l'Eglise, la notion d'attendre pour avoir des relations sexuelles jusqu’au mariage n'est pas nouveau - le commandement est un principe éternel encouragé dès un jeune âge et souligné dans les programmes de l'Eglise pour les jeunes et dans la brochure « Jeunes, soyez forts ».

Mis à part les avantages spirituels, la recherche récemment publiée montre d’autres avantages venant de l'abstinence jusqu'au mariage.
"La recherche soutient [l’idée de l’abstinence sexuelle avant le mariage] sous un angle différent," explique frère Busby. "C’est en partie ce que nous espérions...que ces recherches pourraient démontrer la sagesse de ce commandement. Il sert à développer la relation de couple de façons très importantes, et aide les gens à prendre de meilleures décisions vis-à-vis du mariage."

La recherche montre que les couples qui développent leur relation tout en retardant ou en s'abstenant de l'intimité sexuelle sont capables d’établir des fondations sur la communication et d'autres aspects sociaux.
« Quand les couples ont une relation sexuelle précoce... d'autres domaines ne se développent pas aussi bien, »a dit frère Busby. «Les couples qui, cependant, attendent et passent au contraire du temps à parler, à partager leur vie, à apprendre à se connaître les uns les autres par d'autres moyens, renforcent leur relation et créent une plus grande satisfaction au sein de celle-ci."

Frère Busby, avec ses associés Jason Carroll et Brian Willoughby de BYU, ont commencé cette étude à la fin de 2007. Plus de 2.000 personnes mariées ont répondu aux questions tout en participant à une évaluation conjugale en ligne appelée «RELATE» - une étude qui a recueilli des données et effectué des recherches sur différents aspects de la relation de couple et sur le mariage depuis plus de 30 ans.

L'âge moyen des participants était de 36 ans, mais l’échantillonnage variait entre 18 à 70 ans. Bien que la récente étude soit sorti de l'université Brigham Young, une institution religieuse connue, les chercheurs se sont assurés de prendre en compte la religiosité, contrôlant l'étude afin de représenter davantage la démographie de la population mariée américaine, y compris des participants de tous âges, de toutes races et d'appartenance religieuse variée. Seulement six pour cent de l'étude comprenait des membres de l'Eglise.

Avec des questions sur la communication et la satisfaction globale dans les relations, les participants ont répondu à la question: «Quand avez-vous commencé à être sexuellement actif dans votre relation?"

Les chercheurs ont constaté que, pour ceux qui ont attendu pour avoir des relations sexuelles jusqu'à ce qu'ils se soient mariés, la stabilité de leur relation est de 22 pour cent plus élevé, leur satisfaction globale dans leur relation est supérieure de 20 pour cent, la qualité de leur relation sexuelle est 15 pour cent meilleure et la communication dans la relation est de 12 pour cent meilleure que ceux qui n'ont pas attendu le mariage. Les résultats de l'étude montrent que les couples se situant entre les deux extrêmes – voulant dire ceux qui sont devenus sexuellement actifs plus tard dans la relation, mais avant le mariage - avaient la moitié des bénéfices déclarés.

"Quand les couples sont sexuellement actifs très tôt, cela donne des graines de méfiance," frère Busby explique. «La connaissance que la personne a été sexuellement active avec [une personne] avant qu'elle ne connaissent vraiment [cette personne], et sans engagement ni confiance couve dans une relation."

Cela, ajoute frère Busby, conduit à moins de stabilité et de confiance.

"En fin de compte, le sexe dans une relation est relatif," dit frère Busby. "Si vous pensez à la quantité de temps dans les relations, c’est relativement court. Le temps passé à parler et à développer les relations est plus important et si crucial dans la façon dont vous allez vous sentir en compagnie l’un de l’autre. Aujourd'hui, les choses sont renversées. Les couples pensent tout d’abord au sexe, espérant ensuite que les autres domaines se développeront."
Bien que l'élément physique dans une relation soit très important, frère Busby dit, c'est le choix du moment qui est l'élément crucial.

En fin de compte, la recherche prouve que suivre les normes énoncées dans l'Évangile contribue à des relations plus solides et une plus grande satisfaction.

"Plus un couple attend, mieux c'est," conclut Brother Busby.

(Publié par LDS Church News – Traduit par Ambre)

-----------------------------------------------------------------------
Pensée du jour

Une signification spéciale du temple

« Je vais maintenant parler de la signification spéciale du temple pour moi. Une partie de ce message va être difficile à exprimer et j’apprécierai donc que vous priiez pendant que je le donne pour que je maîtrise mes émotions.

Il y a quatorze ans, le Seigneur a emmené ma femme de l’autre côté du voile. Je l’aime de tout mon cœur mais je ne me suis jamais plaint parce que je sais que c’était la volonté du Seigneur. Je n’ai jamais demandé pourquoi, mais ce qu’il veut que je retire de cette expérience. Je crois qu’un bon moyen d’affronter les choses désagréables de la vie est de ne pas nous plaindre mais de remercier le Seigneur de nous faire confiance lorsqu’il nous donne l’occasion de surmonter des difficultés.

Nous avions la bénédiction d’avoir des enfants. Une fille, notre premier enfant, continue d’être une immense bénédiction pour nous. Deux ans plus tard, un fils du nom de Richard est né. Quelques années plus tard, une fille est née. Celle-ci est morte après n’avoir vécu que quelques minutes.

Notre fils, Richard, est né avec un défaut cardiaque. On nous a dit que, faute de pouvoir être soigné, il y avait peu chances qu’il survive plus de deux ou trois ans. Cela date de si longtemps que les techniques maintenant utilisées pour réparer ces déficiences étaient inconnues. Nous avons eu la bénédiction de trouver un endroit où les médecins ont accepté de tenter l’intervention chirurgicale nécessaire. Elle devait être accomplie pendant que son petit cœur battait.

Elle a été accomplie juste six semaines après la naissance et la mort de notre petite fille. L’opération terminée, le chirurgien en chef est venu nous dire qu’elle était réussie. Et nous nous sommes dit : « C’est merveilleux ! Notre fils pourra avoir un corps solide, courir, marcher et grandir ! » Nous avons exprimé notre profonde reconnaissance au Seigneur. Puis, environ dix minutes plus tard, le même chirurgien est arrivé et, le visage blême, nous a dit : « Votre fils est mort. » Il semble que son petit corps n’ait pas supporté le choc opératoire.

Plus tard, dans la nuit, j’ai pris ma femme dans mes bras et je lui ai dit : « Nous ne devons pas nous inquiéter car nos enfants sont nés dans l’alliance. Nous avons l’assurance que nous les aurons avec nous plus tard. Nous avons maintenant une raison de vivre extrêmement bien. Nous avons un fils et une fille qui se sont qualifiés pour aller dans le royaume céleste parce qu’ils sont morts avant l’âge de huit ans. » Cette connaissance nous a apporté un grand réconfort. Nous nous réjouissons de savoir que nos sept enfants nous sont tous scellés pour le temps et pour toute l’éternité.

Cette épreuve n’a été un problème pour aucun de nous deux car quand nous menons une vie juste et avons reçu les ordonnances du temple, tout le reste est entre les mains du Seigneur. Nous pouvons faire de notre mieux mais le résultat final dépend de lui. Nous ne devrions jamais nous plaindre de ce qui nous arrive, quand nous vivons dignement.

Il y a quatorze ans, le Seigneur a décidé qu’il n’était pas nécessaire que ma femme reste plus longtemps dans son corps terrestre et il l’a emmenée de l’autre côté du voile. Je confesse que, parfois, il m’est difficile de ne pas pouvoir me tourner vers elle et lui parler, mais je ne me plains pas. Le Seigneur m’a permis, à des moments importants de ma vie, de ressentir son influence à travers le voile.

Ce que j’essaie d’enseigner c’est que, quand nous respectons les alliances du temple que nous avons contractées et que nous menons une vie juste pour conserver les bénédictions promises par ces ordonnances, alors, quoi qu’il arrive, nous n’avons aucune raison de nous inquiéter ou de nous décourager.

Je sais que j’aurai le droit d’être avec ma belle femme que j’aime de tout mon cœur et avec les enfants qui sont avec elle de l’autre côté du voile grâce aux ordonnances que l’on accomplit dans le temple. Quelle bénédiction d’avoir de nouveau sur la terre l’autorité de scellement, non seulement pour cette vie terrestre mais aussi pour les éternités ! Je suis reconnaissant que le Seigneur ait rétabli son Évangile dans sa plénitude, notamment les ordonnances qui sont requises de nous pour être heureux dans ce monde et pour vivre heureux éternellement dans l’au-delà. »

Richard G. Scott du Collège des douze apôtres - « Le culte au temple, source de force et de pouvoir en temps de besoin » - 179e conférence générale d’avril 2009

Message du 24 Janvier 2011

«Le Christ vivant: Le témoignage des apôtres »
Quinze prophètes et apôtres témoignent solennellement que Jésus-Christ vit


«Le Christ vivant: Le témoignage des apôtres » est une déclaration faite durant l'année 2000 - une année marquant la commémoration de la naissance du Sauveur deux millénaires plus tôt. Cette déclaration, qui a été largement cité et publié depuis, représente le témoignage collectif de 15 hommes qui ont été appelés comme témoins spéciaux de Jésus-Christ.

Le témoignage des apôtres
Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours

Au moment où nous célébrons le deux millième anniversaire de la naissance de Jésus-Christ, nous témoignons de la réalité de sa vie sans pareille et du pouvoir infini de son grand sacrifice expiatoire. Personne d’autre n’a eu une influence aussi grande que lui sur tous les gens qui ont vécu ou qui vivront un jour sur la terre.

Il était le grand Jéhovah de l’Ancien Testament, le Messie du Nouveau Testament. Sous la direction de son Père, il a créé la terre. « Toutes choses ont été faites par [lui], et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans [lui] » (Jean 1:3). Bien que sans péché, il s’est fait baptiser pour accomplir toute justice. Il « allait de lieu en lieu faisant du bien » (Actes 10:38), mais il était méprisé pour cela. Son Evangile était un message de paix et de bonne volonté. Il a demandé instamment à tous de suivre son exemple. Il a parcouru les routes de Palestine, guérissant les malades, rendant la vue aux aveugles et ressuscitant les morts. Il a enseigné les vérités de l’éternité, la réalité de notre existence prémortelle, le but de notre vie sur la terre et le potentiel des fils et des filles de Dieu dans la vie à venir.

Il a institué la Sainte-Cène comme rappel de son grand sacrifice expiatoire. Il a été arrêté et jugé sur de fausses accusations, déclaré coupable pour satisfaire la foule et condamné à mourir sur la croix du Calvaire. Il a fait don de sa vie pour expier les péchés de tout le genre humain. C’était là un don inestimable fait par procuration pour tous les gens qui vivraient sur la terre.
Nous témoignons solennellement que sa vie, qui est l’élément essentiel de toute l’histoire humaine, n’a pas commencé à Bethléhem et ne s’est pas achevée au Calvaire. Il était le Premier-né du Père, le Fils unique dans la chair, le Rédempteur du monde.

Il s’est levé du tombeau pour être « les prémices de ceux qui sont morts » (1 Corinthiens 15:20). En qualité de Seigneur ressuscité, il a rendu visite aux gens qu’il aimait lorsqu’il vivait sur la terre. Il a aussi rempli son ministère auprès de ses « autres brebis » (Jean 10:16) dans l’Amérique ancienne. Dans les temps modernes, son Père et lui sont apparus au jeune Joseph Smith, ouvrant la dispensation de la plénitude des temps depuis longtemps promise.
Le prophète Joseph a écrit à propos du Christ vivant : « Ses yeux étaient comme une flamme de feu, ses cheveux étaient blancs comme la neige immaculée, son visage était plus brillant que l’éclat du soleil et sa voix était comme le bruit du déferlement de grandes eaux, oui, la voix de Jéhovah, disant :
« Je suis le premier et le dernier ; je suis celui qui vit, je suis celui qui fut immolé ; je suis votre avocat auprès du Père » (D&A 110:3-4).
Le prophète a aussi déclaré à son sujet : « Et maintenant, après les nombreux témoignages qui ont été rendus de lui, voici le témoignage, le dernier de tous, que nous rendons de lui : qu’il vit !
« Car nous le vîmes, et ce, à la droite de Dieu ; et nous entendîmes la voix rendre témoignage qu’il est le Fils unique du Père ;
« Que par lui, à travers lui et en lui, les mondes sont et furent créés, et que les habitants en sont des fils et des filles engendrés pour Dieu » (D&A 76:22-24).
Nous déclarons solennellement que sa prêtrise et son Eglise ont été rétablies sur la terre et que son Eglise est édifiée « sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire » (Ephésiens 2:20).

Nous témoignons qu’il reviendra un jour sur la terre. « Alors la gloire de l’Eternel sera révélée, et au même instant toute chair la verra » (Esaïe 40:5). Il gouvernera en Roi des rois et régnera en Seigneur des seigneurs, et tout genou fléchira et toute langue confessera qu’il est le Christ. Nous comparaîtrons tous pour être jugés par lui selon nos œuvres et les désirs de notre cœur.

Nous, ses apôtres dûment ordonnés, nous témoignons que Jésus est le Christ vivant, le Fils immortel de Dieu. Il est le grand roi Emmanuel qui se tient aujourd’hui à la droite de son Père. Il est la lumière, la vie et l’espoir du monde. Ses voies mènent au bonheur dans cette vie et à la vie éternelle dans le monde à venir. Dieu soit loué pour le don sans pareil de son Fils divin !


-----------------------------------------------------------------------------
Le bonheur éternel

Notre vie peut être comparée à une pièce en trois actes: la vie pré-mortelle (avant que notre arrivée sur la terre), la vie mortelle (notre temps ici sur la terre), et la vie après la mort (où nous allons après notre mort).Dieu a un plan pour notre vie depuis le début du premier acte, un plan qui, s'il est suivi, offre du réconfort et de la direction maintenant, ainsi que le salut et le bonheur éternel après notre vie mortelle. Comprendre les vérités que nous avons partagées sur notre dernière mise en ligne peut nous aider à vivre une vie plus heureuse, une vie satisfaisante aujourd'hui et dans l'éternité.

Vous avez répondu a la question suivante : Comment la connaissance vous aide-t-elle à vivre cette vie ? Laissez nous votre nom, lieu et commentaire...Merci de votre participation !


Bonjour à tous,
Cette connaissance m'aide beaucoup car je sais que les choix que je fais aujourd'hui auront des conséquences éternelles. C'est pour moi un défi quotidien de savoir que je travaille un but ultime et familiale. Beaucoup de gens ont peur de la mort, maintenant je ne pose plus la question et après; Je sais que si je suis fidère au Christ je peux me réjouir éternellement avec mon Père Céleste et son fils Jésus-Christ.
Sandrine de la Martinique

Quand nous commençons par le début, regretter nos péchés , s'humilier, nous faire bâptiser, suivre tout les commandements de Dieu et continuer jusqu'à la fin de la vie terrestre, nous avons alors la promesse que nous vivrons avec notre père Céleste pour l'éternité, avec notre famille, dont nous aurons eu la sagesse de leur faire faire toutes les ordonnances par procurations sur cette terre .
Pour moi ceci est un très grand réconfort de savoir que je vais revoir et je vais vivre avec toute ma famille à jamais, je les aime tant. Bien sûr nous avons des peines, des chagrins, mais l'effet de vivre selon les commandements de Dieu et de prier, notre père Céleste nous envoie son Esprit consolateur, et la sérénité pour traverser ces épreuves .
Bruniau Zina

J'ai passé la 70ieme et je suis heureuse d'être membre depuis 40 ans. La foi m'a aidé à traverser cette vie avec courage et persévèrence et je compte bien me tenir à la barre de fer jusqu'au bout du voyage. J'ai 7 enfants et 16 petits enfants et mon dernier fils se mariera au Temple en août, quelle joie. Que Dieu vous bénisse tous.
Liliane.

Le fait de savoir d'où l'on vient nous encourage à vouloir y retourner.... entre les deux nous avons le plan pour y parvenir. Ce n'est pas difficile dans l'absolu, mais la route est longue et semée d'embuches et de tentations. A nous de trouver dans nos armes la force et la confiance pour continuer. C'est celà qui est difficile... il faut beaucoup de foi et d'humilité.
Jacqueline

-----------------------------------------------------------------------
Pensée du jour

L’Évangile est la bonne nouvelle du Christ

« Les multitudes de Jérusalem ont peut-être vu en lui [Jésus-Christ] un grand roi qui les libérerait de l’oppression politique. Mais en réalité, il nous a donné beaucoup plus que cela. Il nous a donné son Évangile, perle inestimable, la grande clé de connaissance qui, lorsqu’on la comprend et l’utilise, ouvre la porte sur une vie de bonheur, de paix et d’épanouissement.

L’Évangile est la bonne nouvelle du Christ. C’est la révélation que le Fils de Dieu est venu sur la terre, a mené une vie parfaite, a expié pour nos péchés et a vaincu la mort. C’est le chemin du salut, la voie de l’espérance et de la joie, et l’assurance que Dieu a un plan de rédemption et de bonheur pour ses enfants.

L’Évangile est le chemin suivi par les disciples. En suivant ce chemin, nous pouvons trouver la confiance et la joie, même dans les moments de péril, de chagrin et d’incertitude. »

Dieter F. Uchtdorf Deuxième conseiller dans la Première Présidence - «Le chemin du disciple» - 179e conférence générale d’avril 2009

Message du 21 Janvier 2011

Notre vie éternelle


Beaucoup d'entre nous passons notre vie à chercher quelque chose à laquelle nous pouvons nous rattacher, quelque chose qui durera. Nous cherchons des moyens d'éviter le vieillissement ou essayons de devenir célèbres ou riches. Mais nous finissons par réaliser que la vie mortelle est temporaire. Nos amis et les membres de notre famille vieillissent et meurent, les fameux sont bien vite oubliés, et la richesse est perdue aussi rapidement qu'elle a été gagnée.

Notre espoir et notre bonheur se trouvent dans la connaissance de qui nous sommes, d'où nous venons et où nous pouvons aller. Nous sommes des êtres éternels, les enfants d’esprit d'un Dieu éternel.

Notre vie peut être comparée à une pièce en trois actes: la vie pré-mortelle (avant que notre arrivée sur la terre), la vie mortelle (notre temps ici sur la terre), et la vie après la mort (où nous allons après notre mort).

Dieu a un plan pour notre vie depuis le début du premier acte, un plan qui, s'il est suivi, offre du réconfort et de la direction maintenant, ainsi que le salut et le bonheur éternel après notre vie mortelle. Comprendre ce qui suit peut nous aider à vivre une vie plus heureuse, une vie satisfaisante aujourd'hui et dans l'éternité.

Dieu est notre Père
Nous jouissons d'une relation avec Dieu qui est unique comparée a toutes ses autres créations.

Nous avons vécu avec Dieu
Sachant d'où nous venons et pourquoi nous sommes ici nous donne un sens et un but.

La vie sur la Terre fait partie du plan de Dieu
Même si notre vie ici est souvent difficile, Dieu savait que venir sur terre nous aiderais à apprendre et grandir.

Jésus-Christ est le Chemin
Notre Père céleste a envoyé son Fils, Jésus-Christ, pour nous aider à vaincre le péché et la mort.

Nous pouvons trouver le bonheur
Suivre le plan de Dieu est le moyen le plus sûr de trouver le bonheur maintenant et dans l'éternité.

Nous pouvons vivre avec Dieu a nouveau
Notre vie n'a pas commencé avec la naissance, et ne s’arrêtera pas lorsque nous mourons.



----------------------------------------------------------------------------

Une pensée des écritures

« Ce que je dis à l'un, je le dis à tous; priez toujours de peur que le Malin n'ait pouvoir sur vous et ne vous enlève de votre place. » Doctrines et Alliances 93:49

« J'ai toujours eu de très tendres sentiments à propos de la prière et le pouvoir et les bénédictions de la prière. Et pour cela, je remercie notre Père céleste et mes chers parents et enseignants, qui m'ont appris, par la parole et par l'exemple a propos la prière juste et sincère », a écrit Spencer W. Kimball dans le magazine Ensign de Mars 1981.

« Je suis sûr que si nous prions avec ferveur et droiture, individuellement et en famille ... nous allons non seulement être plus près ou plus unis en tant que proches, mais nous allons grandir spirituellement au travers de la communion avec notre Père céleste. »

« Quand je voyageais à travers les pieux et les missions de l'Eglise dans les premières années, j'ai souvent rencontré des gens qui étaient en difficulté ou qui avait de grand besoin. Ma première question pour eux était,« Qu'en est-il de vos prières? Priez-vous souvent ? Êtes-vous profondément impliqué quand vous priez? J'ai trouvé que le péché viens généralement lorsqu'il y a peu de communication »

(Publié par LDS Church News – Traduit par Vassy)


--------------------------------------------------------------------
Pensée du jour

Nous voir en termes d’éternité

« L’amour vrai dure à jamais. Il est éternellement patient et indulgent. Il croit, il espère et supporte tout. C’est l’amour que notre Père céleste nous porte.
Nous aspirons tous à éprouver un amour comme celui-là. Même lorsque nous commettons des fautes, nous espérons que les autres nous aimeront malgré nos imperfections, même si nous ne le méritons pas.

Ah, il est merveilleux de savoir que notre Père céleste nous aime, même avec tous nos défauts ! Son amour est tel que, même si nous baissons les bras, lui ne renonce jamais.

Nous nous voyons en termes d’hier et d’aujourd’hui. Notre Père céleste nous voit en termes d’éternité. Alors que nous pourrions nous contenter de moins, notre Père céleste ne le fera jamais, car il voit en nous les êtres glorieux que nous sommes capables de devenir. »

Joseph B. Wirthlin du Collège des douze apôtres - « Le grand commandement »
- 177e conférence générale d’octobre 2007


Message du 20 Janvier 2011

Même si notre voyage peut être rempli de tribulations, notre destination est vraiment glorieuse


Alors que nous voyageons à travers la vie, nous nous retrouvons souvent aux prises avec des difficultés qui nous décourage- difficultés qui peuvent même nous donner envie d'abandonner.

Dans son discours lors de la conférence générale, Quentin L. Cook enseigne la vérité réconfortante qu'un « Père aimant a donné à ses enfants un plan complet et compatissant ». Ce plan « sauve les vivants, rachète les morts, secourt les damnés et glorifie tous ceux qui se repentent. »

« Je me réjouis du grand plan du salut qui est assez grand pour tous les enfants de notre Père céleste. »




A propos du Plan du Salut, Elder L. Tom Perry nous explique :

« Nous ne sommes pas laissés seuls à errer dans la condition mortelle sans connaître le grand plan que le Seigneur a conçu pour ses enfants. Beaucoup se demandent : « D’où venons-nous ? Pourquoi sommes-nous ici ? Où allons-nous ? » Notre Père éternel ne nous a pas envoyés sur la terre pour y faire un voyage sans but et sans signification. Il nous a donné un plan à suivre. Il est l’auteur de ce plan. Il est conçu pour la progression de l’homme et, pour son salut et son exaltation plus tard. (...)

Pourtant beaucoup de gens dans le monde d’aujourd’hui continuent à se débattre pour trouver la réponse aux questions les plus fondamentales de la vie….Nous n’avons aucune raison d’être dans la confusion. Les réponses aux questions éternelles concernant le but de la vie ont de nouveau été données à l’humanité pour nous guider….

Nous déclarons au monde que les cieux sont ouverts et que la vérité du plan éternel de Dieu a de nouveau été communiquée à l’humanité. Nous vivons dans la dispensation de la plénitude des temps. Nous vivons à une époque où nous avons le témoignage par les Écritures du grand plan que le Seigneur a donné à ses enfants depuis le commencement des temps jusqu’à notre dispensation actuelle, la dernière.

Les preuves sont solides ; nous ne sommes pas laissés seuls à errer dans la condition mortelle sans connaître le grand plan que le Seigneur a conçu pour ses enfants.

Elder L. Tom Perry explique ce plan…

--------------------------------------------------------------
Pensée du jour

Nous avons toujours le droit de choisir

« Il se passe rarement une heure de la journée sans que nous ayons à faire des choix d’un genre ou d’un autre. Certains sont insignifiants, d’autres d’une plus grande portée. Certains ne feront pas de différence dans le plan éternel des choses. D’autres feront toute la différence. (…)

Nous qui avons choisi le plan du Sauveur savions que nous nous embarquerions dans un voyage périlleux et difficile car nous marchons selon les voies du monde, nous péchons et nous trébuchons, nous coupant ainsi de notre Père. Mais le Premier-né dans l’esprit s’offrit en sacrifice pour expier les péchés de tous. Par des souffrances indicibles, il devint le grand Rédempteur, le Sauveur de toute l’humanité, rendant ainsi possible notre retour victorieux auprès du Père.

Le prophète Néphi nous dit : « C’est pourquoi, les hommes sont libres selon la chair, et tout ce qui est nécessaire à l’homme leur est donné. Et ils sont libres de choisir la liberté et la vie éternelle, par l’intermédiaire du grand Médiateur de tous les hommes, ou de choisir la captivité et la mort, selon la captivité et le pouvoir du diable ; car [le diable] cherche à rendre tous les hommes malheureux comme lui
. »

Dans les limites de notre situation, quelle qu’elle soit, nous avons toujours le droit de choisir. (…)

Notre Père céleste ne nous a pas lancés dans notre voyage éternel sans nous donner le moyen de recevoir de l’aide divine pour nous permettre de retourner à lui sains et saufs, à la fin de notre vie dans la condition mortelle. Je veux parler de la prière. Je veux parler également des murmures de cette voix douce et légère que chacun de nous perçoit en lui, sans oublier les saintes Écritures, rédigées par des marins qui ont réussi à traverser les mers que nous devons, nous aussi, franchir.

Chacun de nous est venu sur cette terre muni de tous les outils nécessaires pour faire les bons choix. »

Thomas S. Monson président de l’Église - «Les trois principes du choix » - 180e conférence générale d’octobre 2010

Message du 19 Janvier 2011

« Le sommet des ages »

Dans une simple cabane en rondins dans le nord de l'état de New-York, le 6 Avril 1830, Joseph Smith a organisé l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.

On peut se demander si, à l'époque, la poignée des Saints des Derniers Jours réunis dans cette petite pièce ont réalisé la grandeur de ce dont ils étaient les témoins. A partir de ce moment-là, avec le rétablissement de la véritable Eglise vivante sur la terre, le royaume de Dieu pourrait aller de l'avant comme prévu par Daniel : " Et dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit et qui ne passera point sous la domination d'un autre peuple ; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement" (Daniel 2:44).

Il faudra 117 ans - jusqu'en 1947 - pour que l'Eglise passe des 6 membres initiaux à 1 million. Puis il faudra 16 années de plus, en 1963, pour que l'Eglise atteigne la barre des 2 millions de membres et encore huit années après cela pour qu'il y ait 3 millions de Saints des Derniers Jours.

Mais certains pourraient polémiquer sur " la pierre détachée de la montagne sans le secours d'aucune main" (Daniel 2:45).

Aujourd'hui l'Eglise compte 14 millions de membres.
En outre, il y a 340 missions, 51 736 missionnaires, 28 424 paroisses/branches, 2 865 pieux et 134 temples (Deseret News 2011 Church Almanac, p.5).
"J'ai le plaisir de vous annoncer que l'Eglise se porte très bien " a dit Président Thomas S. Monson à la Conférence Générale d'Avril 2009. "L'oeuvre du Seigneur continue d'aller de l'avant sans interruption".

Une nouvelle érude de religion en Amérique "American Grace : How Religion Divides us and Unites us" (La grâce américaine : comment la religion nous divise et nous unit) documente quelques impacts de l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et de ses membres.
Une étude sociologique menée par des spécialistes, Robert D. Putnam et David E. Campbell, analysent et démontrent la nature et les effets sociaux de la religion américaine.


Bien que les Saints des Derniers Jours représentent une portion relativement restreinte de la société américaine, l'étude a trouvé qu'ils jouent un rôle important dans la vie religieuse américaine. Parmi les données relatives aux Saints des Derniers Jours, il se dégage ce qui suit :

-Les Saints des Derniers Jours font partie des groupes religieux les plus fervents du pays.
-Les Saints des Derniers Jours font partie de ceux, qui probablement, conserveront la foi de leur enfance en tant qu'adulte.
-Les Saints des Derniers Jours donnent de façon inhabituelle.
-Les Saints des Derniers Jours ont une opinion relativement positive envers les membres d'autres confessions y compris de ceux en dehors de la Chrétienté.
-Les Saints des Derniers Jours sont parmi ceux qui sont le plus susceptible de croire, qu'une seule vraie religion existe, mais aussi, que ceux en dehors de leur foi peuvent atteindre le salut ou "parvenir aux cieux". (Robert D. Putman et David E. Campbell, "American Grace: How Religion Divides us and Unites us" ; New York: Simon and Schuster, 2010).

Dans un discours de Conférence Générale en 1900, Président Lorenzo Snow a parlé de l'Eglise, qui "a commencé comme un enfant" et a "grandi jusqu'à l'âge adulte".
"Le Seigneur nous a fait prospérer d'une manière étonnante, et nous faisons de grandes choses à présent" a t-il dit. "Nous bénissons les gens du monde. Maintenant ... le Seigneur attend que nous fassions quelque chose, quelque chose qui fera s'émerveiller les nations, comme ce que nous avons déjà fait leur cause de l'étonnement" (Lorenzo Snow, Conference Report, April 1900).

Puissions-nous être comme les Saints des Derniers Jours qui ont entendu les paroles du Président Snow il y a 110 ans, qui ont répondu à son appel et accompli quelque chose qui a causé l'étonnement des nations.
" Les siècles ont passé. L'oeuvre des derniers jours du Tout-Puissant annoncée par les anciens , celle prophétisée par les prophètes et les apôtres est arrivée. Elle est là ! Pour une raison qui nous est inconnue mais dans la sagesse de Dieu, nous avons eu le privilège de vivre sur terre à cette époque glorieuse ..." a dit Président Gordon B. Hinckley à la Conférence Générale d'Octobre 1999.

"Nous nous tenons sur le sommet des âges, intimidés par un intense et solennel sens de l'histoire. Ceci est la dernière et finale dispensation que tout désignait dans le passé. Je rends témoignage et j'atteste de la réalité et de la vérité de ces choses... Et puis, nous continuerons d'aller de l'avant sur le chemin du développement, du progrès et de l'accroissement, touchant pour de bon la vie des gens de partout" (Gordon B. Hinckley, "At the Summit of the Ages," Ensign, November 1999, p. 74).

(Publié par LDS Church News – Traduit par Angélique)


---------------------------------------------------------------------
Pensée du jour

Engageons nous

« Le moment est maintenant venu de vous engager envers le Seigneur concernant ce que vous allez devenir pendant cette mise à l’épreuve de la condition mortelle.(…)

En tant que membres de l’Église, nous nous sommes fait baptiser et nous avons fait alliance de prendre sur nous le nom de Jésus-Christ et de respecter les commandements de Dieu. Si nous commettons des fautes, l’Évangile nous permet de nous repentir sincèrement et de recevoir le pardon. Que vous soyez jeune ou vieux, vous pouvez vous engager aujourd’hui, quelle que soit votre situation actuelle, y compris vous repentir et abandonner vos péchés, si vous avez commis des fautes.

Le Seigneur a promis de grandes et éternelles bénédictions à ses enfants justes et repentants, mais, connaissant les grands dangers de cette vie, il nous a commandé de « prendre garde […] et de prêter une attention diligente aux paroles de la vie éternelle » (D&A 84: 43). Parce qu’il nous aime et qu’il veut que nous revenions vers lui, ce commandement de prendre garde à nous-mêmes nous invite à faire attention à tout ce qui nous entoure, aux relations que nous entretenons, à ce que nous regardons et lisons, aux medias et aux distractions, à la musique que nous écoutons, etc. (…)

Prendre des engagements de bonne heure est très important….Décidez maintenant d’être comme Néphi autrefois, qui était absolument déterminé à aller faire ce que le Seigneur avait commandé (voir 1 Néphi 3:7). »

John B Dickson des soixante-dix - «L’engagement envers le Seigneur » - 177e conférence générale d’avril 2007

Message du 18 Janvier 2011

L’amour du Sauveur pour tous ses enfants

Nous avons entendu Président Henry B. Eyring dire durant la réunion spirituelle de Noël : « Chaque acte de gentillesse envers n’importe qui devient un acte de gentillesse envers (notre Sauveur). » Peut-être était-ce le mot ‘gentillesse’ qui m’a marqué mais c’était comme une évidence de me rendre compte qu’il était si facile de faire des choses gentilles pour notre Sauveur en qui nous avons une dette éternelle.


Les mots de Président Eyring étaient, après tout, une réitération d’une injonction souvent répétée : « lorsque vous êtes au service de vos semblables, vous êtes simplement au service de votre Dieu. »
Et il expliqua pourquoi la gentillesse envers autrui est considérée comme de la gentillesse envers notre Sauveur : « Car (le Christ) aime tous les enfants de Père céleste. »

Lorsque je lue la ‘parabole des deux fils’ et la ‘parabole des laboureurs’ la semaine dernière, ceci me rappela à quel point l’amour du Sauveur est vraiment compréhensif pour chaque individu sur cette terre. Dans la première parabole, un père demande à son fils ainé d’aller et de travailler dans sa vigne. Le fils répond : « Je n’irai pas. » - un refus franc et assez dur. Cependant, par la suite, le fils reconsidéra la chose et « après tout se repenti et y alla » et travailla diligemment pour réparer son défi initial au commandement de son père.
Il demanda au deuxième fils de faire la même chose. Il promit : « J’irai père mais ni alla pas. »

Le moment d’enseignement dans la parabole arrive lorsque Jésus demande lequel des deux « fit la volonté de son père ? » Clairement, c’était le fils qui avait péché mais qui se repenti et obéi à la volonté de son père. Jésus compare ce fils aux individus méprisés de son époque : « les publicains et les prostituées ». En vérité, ceux-ci « iront au royaume de Dieu » car ils se repentirent et devinrent des disciples obéissants du Christ. L’appellation ‘prostituée’ nous montre la profondeur de l’amour du Sauveur pour tous ses enfants et la compréhension réelle de son sacrifice expiatoire – même ceux qui se considèrent comme de vils pécheurs peuvent être lavés grâce au sang du sacrifice de Jésus-Christ et hérité la gloire éternelle.

Dans la seconde parabole, la ‘Parabole des laboureurs’, le Christ décrit un homme qui embaucha tôt le matin des laboureurs pour travailler dans sa vigne. Il accepta de les payer un denier par jour. A la troisième, sixième et neuvième heure, il embaucha plus de laboureurs. A la onzième heure, heure proche de la fin de la journée, il en embauche encore plus. Lorsqu’il paye ses travailleurs, il leur donne un denier chacun. Certains se plaignirent : « Ces derniers n’ont travaillé qu’une heure, et tu les traites à l’égal de nous, qui avons supporté la fatigue du jour et la chaleur. » Le Seigneur répondit : « Mon ami, (…) n’es-tu pas convenu avec moi d’un denier ? (…) Ne m’est-il pas permis de faire de mon bien ce que je veux ? Ou vois-tu de mauvais œil que je sois bon (et miséricordieux)?

La parabole est riche en significations. Ceux qui sont bons et fidèles toute leur vie recevront la bénédiction de la vie éternelle. Toutefois, notre maître est si clément que ceux qui accepteront l’évangile, même tard, auront également le privilège d’hériter, s’ils montrent obéissance et foi, les bénédictions de l’éternité. Plus loin, le Seigneur réprimande gentiment ceux qui murmurent, se demandant pourquoi ils ne partagent pas ses mêmes sentiments et désire du salut pour tous.
Si la profondeur et grandeur de l’amour du Christ pour ses enfants n’est pas clairs avec ces paraboles, ajoutons un dernier incident qui révèle l’amour infini de notre Sauveur. En 1918, Président Joseph F. Smith eu la vision d’esprits qui quittèrent cette vie. Il parlait des « esprits des justes, qui étaient fidèles dans leur témoignage de Jésus pendant leur vie mortelle. » Le Fils apparu à ces âmes vertueuses mais « sa voix ne s’éleva pas parmi les impies et les impénitents, qui s’étaient souillés tandis qu’ils étaient dans la chair. » Ces derniers étaient-ils perdus, sans salut ?

Nous apprenons que le souci de Dieu pour que chaque individu accède au salut dépasse même la tombe. A ces esprits, l’évangile était enseigné : « Mais voici, parmi les juste, (christ) organisa ses forces et désigna des messagers revêtus de pouvoir et d’autorité, et les chargea d’aller porter la lumière de l’Evangile à ceux qui étaient dans les ténèbres, oui, à TOUS les esprits des hommes. Et c’est ainsi que l’Evangile fut prêché aux morts. »

Durant cette dernière période de Noël [et en cette nouvelle année], nous ne nous réjouissons pas seulement de savoir que cet enfant qui naquit dans une étable était le fils de Dieu, qu’il grandit en sagesse et compréhension, qu’il vécut une vie parfaite et qu’il souffrit pour nos péchés. Nous nous réjouissons de savoir que son amour parfait pour chacun d’entre nous est sans limite, qu’il traverse l’espace-temps terrestre et de l’espace et qu’il s’étend même au-delà de la tombe.

(Publié par MormonTimes – Traduit par Deb)

-------------------------------------------------------------------------
Déclaration de l'Église concernant un missionnaire en Jamaïque
Photo de KSL.com

L'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours a publié aujourd'hui la déclaration suivante:

Nos cœurs sont lourds avec la nouvelle qu’Elder Jermaine Luther Walker de Kingston, Jamaïque - servant dans la Mission de Kingston Jamaïque - a été tué aujourd'hui. Il a été touché par une balle perdue alors que lui et sept autres missionnaires étaient de retour dans leur appartement après leur activité de jour de préparation.

Il semble que le van dans lequel ils étaient en a été pris dans des feux croisés alors que la police locale poursuivait un autre véhicule. Elder Walker a été immédiatement conduit dans un hôpital voisin où il a été déclaré décédé.Bien que secoué, les autres missionnaires dans la fourgonnette étaient en bonne condition.

Nos pensées et nos prières accompagnent la famille d’Elder Walker et tous ceux qui connaissaient ce bon jeune homme.

(Publié par LDS Newsroom)

------------------------------------------------------------------
Pensée du jour

Nous croyons en un Dieu qui participe à notre vie

« Les Écritures ne sont pas la source ultime de connaissance pour les saints des derniers jours. Elles sont des manifestations de la source ultime. La source ultime de connaissance et d’autorité pour un saint des derniers jours c’est le Dieu vivant. La communication de ces dons vient de Dieu sous forme de révélation vivante, vibrante et divine.

Ce point de doctrine est au cœur même de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et c’est notre message au monde. Il souligne l’importance de l’assemblée solennelle [d’hier] au cours de laquelle nous avons soutenu Thomas S. Monson comme prophète, voyant et révélateur. Nous croyons en un Dieu qui participe à notre vie, qui n’est pas silencieux, ni absent, ni, comme Elie l’a dit du dieu des prêtres de Baal, « en voyage », ajoutant : « peut-être qu’il dort, et il se réveillera. » Dans notre Église, même nos jeunes enfants de la Primaire récitent : « Nous croyons tout ce que Dieu a révélé, tout ce qu’il révèle maintenant, et nous croyons qu’il révélera encore beaucoup de choses grandes et importantes concernant le royaume de Dieu. »

En déclarant de nouvelles Écritures et la révélation continue, nous prions pour n’être jamais arrogants ni insensibles. Mais après qu’une vision sacrée dans un bosquet maintenant sacré a répondu par l’affirmative à la question « Dieu existe-t-il ? » Joseph Smith et l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours nous forcent à poser la question qui suit nécessairement : « Parle-t-il ? » Nous apportons la bonne nouvelle qu’il parle et qu’il a parlé. Avec l’amour et l’affection nés de notre christianisme, nous invitons tout le monde à se renseigner sur la merveille de ce que Dieu a dit depuis les temps bibliques et ce qu’il dit maintenant. »

Jeffrey R. Holland du Collège des douze apôtres - « Mes paroles… ne cessent jamais » - 178e conférence générale d’avril 2008