Message du 1er Octobre 2010

Conférence générale de l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours les samedi 2 et dimanche 3 octobre 2010


Rejoignez nous Samedi a 18h. Nous ajouterons un lien direct sur notre site pour que vous puissiez acceder directement a la conférence en vidéo et en Francais - en direct.

Horaires :

Samedi 2 octobre :
• 18h : Session du samedi matin (en direct)
• 20h05 : Autres émissions
• 22h : Session du samedi après midi (en direct)

Dimanche 3 octobre:
• 16h05 : Rapport mondial (en différé)
• 17h30 : Music and the Spoken Word (en direct)
• 18h : Session du dimanche matin (en direct)
• 20h05 : Autres émissions
• 22h : Session du dimanche après midi (en direct)


Les conférences générales de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours permettent aux dirigeants et aux membres de l’Église, ainsi qu’à tous ceux qui le désirent, de se rassembler pour écouter des messages de foi en Jésus-Christ et en son Évangile. On y enseigne la doctrine tirée des Écritures, on y chante des cantiques, on y fait des prières, tout cela dans le but d’exhorter les gens à vivre de façon plus chrétienne.

--------------------------------------------------------------------------
Les dirigeants de l’Eglise sont nos phares

Honnêtement, je suis très excité à la pensée de la prochaine Conférence Générale. Il y a des années, alors que j’étais jeune adulte, j’ai entendu quelqu’un parler du fait que le prophète était semblable à une personne assise en haut d’un phare ; capable de voir bien plus loin que ceux qui comme nous se trouve sur la côte. Je suis aussitôt devenu un fan des phares.

J’ai acheté des livres sur les phares, des maquettes et des représentations de phares de façon à avoir un rappel constant du fait que le prophète du Seigneur est également un voyant capable de voir des choses que je ne pouvais pas voir. Ainsi, il peut m’avertir des tempêtes qui approchent et m’enseigner comment je peux être mieux préparé pour les affronter.

Le temps m’a prouvé que c’était vrai. Cela va de tenir son budget à la pornographie, de faire son possible entant que mère et père pour soutenir et préserver notre famille. Les discours qui auraient paru hors de propos ou qui auraient obtenu une attention sceptique il y 30 ans sont devenus précieux et prophétiques.

L’une de mes images d’un magnifique phare est accompagné de ces mots : « Si un homme ne sait pas où se trouve son port d’attache, aucune lumière ne pourra le guider. »
Ces paroles m’ont fait réfléchir. Si je ne sais dans quelle direction je veux aller, alors toutes les paroles d’avertissement qui viennent d’un phare, ou d’un prophète vivant, semblent pratiquement insignifiantes ou hors de propos. Mais si ma destination et mes buts sont clairs et définis, alors elles prennent tout leur sens.

Dans un discours que le Président Thomas S. Monson a donné aux jeunes qui s’intitulait : « la phare du Seigneur », il a fait référence à une conversation entre Alice aux Pays des merveilles et le chat de Cheschire. Alice demande, « quel chemin dois-je prendre ? » et le chat lui répond : « Cela dépend où tu veux aller. Si tu ne sais pas où tu veux aller, le chemin que tu prends n’a pas vraiment d’importance »
Si nous ne sommes pas absolument sûrs d’où nous voulons aller dans cette vie ou dans la prochaine, alors nous finissons sur le chemin le plus séduisant du moment, sans considération d’où il va nous amener.

En nous encourageant à rester sur le chemin qui nous mène à la vie éternelle, le Président Monson nous dit, « Rappelons nous que la sagesse Dieu est une folie pour l’homme, mais la plus grande leçon que nous apprenons dans la mortalité est que lorsque Dieu parle et que nous obéissons, nous sommes toujours dans le vrai. Certains insensés tournent le dos à la sagesse de Dieu et suivent les tentations d’une mode volage, l’attirance de la fausse popularité, et le frisson du moment.
Leur comportement ressemble tellement à l’expérience d’Esaü, qui échangea son droit d’aînesse contre une simple soupe. Et quels sont les résultats de ce genre d’actions ? Je vous témoigne que se détourner de Dieu amène à enfreindre les commandements, briser les rêves, faire disparaître nos ambitions, s’évaporer nos plans, voir nos attentes ne pas se réaliser, nos espoirs s’évanouirent, nos projets s’envoler, notre caractère s’altérer et nos vies être détruites.
Alors que nous attendons les paroles de ceux qui sont assis en haut du phare, puissions-nous avoir une détermination claire au sujet du port que nous voulons atteindre. Nous sommes sur le point d’entendre « la sagesse de Dieu », ce qui va certainement sembler insensé pour beaucoup dans ce monde. Au moment prévu, nous allons tous voir et connaître par nous-mêmes que des vérités absolues ont été dites.

Les vagues se brisent de plus en plus près de la côte, les tempêtes sont de plus en plus fortes. Les ouragans spirituels et les tsunamis ont déjà emporté les vies de beaucoup de ceux que nous connaissons et que nous aimons.
Nous sommes tellement bénis d’avoir celui qui est assis en haut du phare, nous avertissant des dangers qui arrivent sur nous. Conférence Générale nous voilà !

(Publié par MormonTimes – Traduit par Sylvie)

--------------------------------------------------------------------
Pensée du jour

Bienvenue à la conférence

Mes frères et sœurs, nous nous sommes réunis pour recevoir des enseignements et de l’inspiration. Nous souhaitons la bienvenue à ceux d’entre vous qui sont nouveaux dans l’Église. D’autres d’entre vous affrontent des problèmes, des difficultés, des déceptions, subissent des deuils. Nous vous aimons et nous prions pour vous. Beaucoup de messages, couvrant divers sujets de l’Évangile, seront donnés au cours des deux prochains jours. Les hommes et les femmes qui s’adresseront à vous ont recherché l’aide de notre Père céleste concernant les messages qu’ils vont vous donner.
Je prie pour que nous soyons remplis de son Esprit tandis que nous écouterons et apprendrons.

Thomas S. Monson Président de l’Église

Message du 30 Septembre 2010

Que le temps soit votre ami

Une des leçons les plus difficiles que j’ai eu à apprendre dans la vie a été de faire que le temps soit mon ami. Etre célibataire et voir la fenêtre des opportunités du mariage et de l’éducation des enfants, s’ouvrir et se fermer peut être très pénible à vivre. J’ai voulu ralentir la course des jours, des mois et des années. Sans que je ne le réalise, le temps a commencé à devenir mon ennemi, et personne ne souhaiterait vivre avec son ennemi !

J’ai depuis réalisé que le concept de temps est relatif ; selon les circonstances, l’attitude et les occasions manquées peuvent décider s’il est votre ami ou votre ennemi.

Je parlais récemment avec un ami qui avait perdu sa sœur dans un accident. J’essayais de lui manifester de la sympathie et combien cela devait être dur de n’avoir pas pu lui dire au revoir ; sur le moment j’ai cru que le temps était devenu son ennemi. Puis, il partagea brièvement avec moi le fait que sa relation avec sa sœur était si forte qu’il n’avait aucun regret. Les moments qu’ils avaient passés ensemble avaient été merveilleux.

Il m’apparut que la sage utilisation de son temps alors qu’elle était encore en vie lui avait permis de vivre plus paisiblement sa perte ; ainsi même à ce moment crucial, le temps n’était pas devenu son ennemi.

Voici la clef. En prenant chaque moment que nous avons et en les utilisant avec sagesse et amour, cela peut éloigner de nous le dard que le regret du temps perdu pourrait devenir un jour.
Je suppose que c’est pour cela qu’il nous est demandé de nous préparer aujourd’hui pour une catastrophe à travers les réserves de nourriture et les sacs d’urgence. Ainsi, lorsque nous n’aurons pas le temps de faire les courses, ou de rassembler des réserves, nous ne serons pas anéantis par manque de temps pour faire face à notre survie.
Ou pourquoi il nous est demandé de prendre le temps de montrer notre amour et d’offrir un pardon quotidien à notre famille et à nos amis, ainsi, si et lorsque nous les perdons nous puissions ressentir la paix et le calme.

Il y aura de circonstances qui surviendront dans nos vies qui nous ferons perdre le contrôle de notre temps, mais rien ne peut nous enlever la valeur du temps dont nous disposons en ce moment.

Récemment un ami m’a rappelé la valeur du temps : « pour réaliser la valeur d’une année, interrogez un étudiant qui a échoué à un examen. Pour réaliser la valeur d’un mois, interrogez une mère qui a donné naissance à un bébé prématuré. Pour réaliser la valeur d’une semaine, interrogez l’éditeur d’un hebdomadaire. Pour réaliser la valeur d’une heure interrogez des jeunes mariés qui attendent de se retrouver. Pour réaliser la valeur d’une minute, interrogez quelqu’un qui vient de manquer son train. Pour réaliser la valeur d’une seconde, interrogez une personne qui vient d’échapper à un accident. Pour réaliser la valeur d’un millième de seconde, interrogez celui qui vient de gagner la médaille d’argent aux jeux olympiques ».

Le temps est précieux et quantifiable. Nous avons chacun 84 400 secondes par jour. Nous avons tous la même quantité de temps. La façon dont nous choisissons de le dépenser détermine notre destinée, nos opportunités futures nos sentiments et nos regrets éventuels.
Que nous attendions pour nous marier ou pour divorcer, quelqu’un qui rentre de mission ou qui revient à l’Evangile, les résultats d’un examen ou une transplantation cardiaque, le meilleur usage que nous faisons du temps que nous avons aujourd’hui déterminera si celui-ci sera notre ami ou notre ennemi demain.

Je suis entrain d’apprendre que vivre l’Evangile nous protège contre le fait que le temps devienne notre ennemi. Si nous vivons et comprenons le plan de l’Evangile, le temps sera toujours notre ami.
Si nous utilisons notre temps pour nous chamailler, entretenir des rancunes, critiquer, se concentrer sur les regrets, se complaire dans la l’apitoiement personnel, être indolent dans notre culte, rebelle, etc. non seulement nous gaspillons notre temps, mais à la fin il sera devenu notre ennemi.

Cependant si nous utilisons notre temps avec sagesse, en suivant les paroles des prophètes vivants, calquant nos vies sur celle du Sauveur, en allant dans les lieux et en faisant les choses que l’Esprit du Seigneur nous dicte ; alors lorsque les circonstances ou les moments de crises essayeront de menacer la quantité de temps que nous espérons apprécier, nous serons confortés par les choix que nous aurons fait qui auront augmenté la qualité de notre temps.

Tout dépend des choix que nous faisons maintenant, mais le temps peut être notre ami pour toujours !

(Publié par MormonTimes – Traduit par Sylvie)


--------------------------------------------------------------------------------

Les paroles des prophètes peuvent chasser le désespoir

Qui aurait l'audace de témoigner des anges, de la grandeur de Dieu, de la charité, de Jésus-Christ, du travail missionnaire, des responsabilités familiales, de surmonter les peines, des joies, des prophètes et être en soi un témoignage de chrétienté à toute épreuve? Les dirigeants de l'Eglise de Jesus-Christ des Saints des Derniers Jours ont cette audace.

La Conférence Générale de l'Eglise SDDJ est un puissant rassemblement de prophètes et d'apôtres s'adressant de visu à des milliers de personnes et à des millions à travers le monde par le biais de la technologie. J'ai assisté à plusieurs de ces conférences et j'ai ressenti le pouvoir qu'il y a, à être assis là, en personne, pour écouter les paroles sacrées des orateurs.

J'ai fait l'expérience du silence complet, révérent, montant des 21000 places du centre de conférence, alors que les Saints se levaient pour reconnaître le prophète de Dieu. Je connais le pouvoir qu'il y a, dans une réunion de milliers de Saints des Derniers Jours au même endroit.
Cependant, c'est entre ces grandes conférences que j'ai eu les expériences les plus sacrées avec les paroles des prophètes.

J'attends avec impatience ces conférences pour étudier ces paroles et les approfondir au fil des mois suivants. Tandis que je prie et que je médite sur ma vie, je trouve qu'il y a toujours quelque chose que je peux en tirer pour une application personnelle, quelque chose qui semble être juste pour moi.

A une époque particulière de ma vie, les épreuves m'avaient plongée dans ce qui m'apparaissait, sur le moment, comme désespérant, comme un sentiment d'impuissance. J'ai fait appel à toute la foi dont j'étais capable à ce moment-là et fait tout mon possible pour trouver des réponses. J'ai prié Dieu et j'ai ressenti qu'il me fallait chercher les réponses parmi les paroles des prophètes.
J'ai trouvé un discours donné par Elder Jeffrey R. Holland en 2006, intitulé "Choses brisées à réparer". Les mots qu'il a dit, ont plongé jusqu'au tréfond de mon coeur d'une manière poignante. Ces mots ont été une pierre de touche dans ma vie depuis lors. Il a dit : "Je parle à ceux qui font face à des épreuves personnelles et à des difficultés familiales, à ceux qui endurent des conflits combattus dans les replis solitaires du coeur, à ceux qui essaient de maîtriser les eaux déferlantes du désespoir qui parfois nous englouti comme un tsunami de l'âme.

Je souhaite parler particulièrement, à ceux qui sentent que leur vie est brisée, apparemment au-delà de toute réparation. A tous ceux-là, j'offre le plus sûr et le plus doux remède que je connaisse. Cela se trouve dans l'appel du clairon que le Sauveur du monde a lui-même lancé ..." : " Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos". Il m'a semblé que c'était comme si Père Céleste me parlait. Les mots ont résonné avec un tel pouvoir dans mon âme, que j'ai su que c'était vrai. J'ai su qu'il existait une porte de sortie. J'ai pleuré des larmes d'angoisse et de joie tandis que je sentais les pouvoirs des cieux descendre jusqu'à moi pour m'élever.

Je remercie mon Père Céleste pour la révélation continue qui nous parvient à travers les prophètes, ici, sur la terre.

: Livi Whitaker vit à Meridian, Idaho


(Publié par MormonTimes – Traduit par Angélique)

------------------------------------------------------------------
Pensée du jour

La perfection de la personne et de la famille

« Toutes les lois, tous les principes, tous les pouvoirs, toutes les croyances, toutes les ordonnances et les ordinations, toutes les alliances, tous les sermons et toutes les Saintes-Cènes, tous les conseils et toutes les corrections ; les scellements, les appels, les relèves, le service, toutes ces choses ont pour but ultime la perfection de la personne et de la famille car le Seigneur a dit : « Voici mon œuvre et ma gloire : réaliser l’immortalité et la vie éternelle de l’homme. »

Je rends témoignage du pouvoir de la prêtrise donné à l’Église pour nous protéger et nous guider. Parce que nous l’avons, nous n’avons pas peur de l’avenir. La peur est l’opposé de la foi. Nous allons de l’avant, certains que le Seigneur veillera sur nous, particulièrement dans la famille. »

Boyd K. Packer Président du Collège des douze apôtres

Message du 28 Septembre 2010

Conférence générale de l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours les samedi 2 et dimanche 3 octobre 2010

Des milliers de saints des derniers jours vont se rassembler, samedi et dimanche 2 et 3 octobre au centre de conférence de Salt Lake City, pour assister à la conférence générale. Des millions d'autres dans le monde entier regarderont la conférence sur l'Internet ou dans plus de six mille bâtiments de l'Église, par liaison satellite.


Les conférences générales de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours permettent aux dirigeants et aux membres de l’Église, ainsi qu’à tous ceux qui le désirent, de se rassembler pour écouter des messages de foi en Jésus-Christ et en son Évangile. On y enseigne la doctrine tirée des Écritures, on y chante des cantiques, on y fait des prières, tout cela dans le but d’exhorter les gens à vivre de façon plus chrétienne.


Nous ajouterons un lien direct sur notre site pour que vous puissiez acceder directement a la conférence en vidéo et en Francais - en direct.

Horaires :
Samedi 2 octobre :
• 18h : Session du samedi matin (en direct)
• 20h05 : Autres émissions
• 22h : Session du samedi après midi (en direct)



Dimanche 3 octobre:

• 16h05 : Rapport mondial (en différé)
• 17h30 : Music and the Spoken Word (en direct)
• 18h : Session du dimanche matin (en direct)
• 20h05 : Autres émissions
• 22h : Session du dimanche après midi (en direct)

--------------------------------------------------------------
Etre pionnier continue, Elder M. Russell Ballard dit

D'Adam et Eve jusqu’aux défenseurs de la liberté religieuse, les pionniers ont existés dans tous les époques, a dit l’apôtre Saints Des Derniers Jours M. Russell Ballard samedi dans une discours aux participants au symposium annuel des Fils Nationaux des Pionniers d’Utah a Salt Lake City.
Membre du collège des douze apôtres de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours tenant un intérêt constant a la préservation du patrimoine historique de l’église, Elder Ballard a parlé pendant un diner du soir concluant un après-midi de conférences des scolaires de l’histoire de l’Eglise.
Focalisant sur le thème de la célébration Sesquicentennial des Pionniers Mormons en 1997, « La Foi a Chaque Pas », Elder Ballard a dit, « Etre Pionnier est un processus qui continue dans le monde entier. Nous ne devons jamais perdre de vue le fait que beaucoup de pionniers de l’évangile nous ont précédés. »

Il dit qu’il venait de rentrer d’un voyage de 13 000 miles (presque 21 000 km) a travers l’Europe, tenant beaucoup de réunions avec de membres de l’église et des missionnaires. « A Rome, nous avons rencontré des cardinales de l’église Catholique ainsi que d’autres dirigeants importants. De quelques manières, nous sommes pionniers en cultivant des relations avec beaucoup d’autres religions pour aider à protéger la liberté religieuse en Amérique et dans d’autres pays. »
Elder Ballard a parlé des personnes du Livre de Mormon, mettant l’accent sur leur travail pionnier, y compris Adam et Eve, Noé, Abraham, Moise, Lehi, Néphi, Alma, Moroni, Pierre, Philipe, Barnabé, Marc et Paul.
“Bien sur, le plus grand pionnier de tous est le Sauveur,” dit-il. « Aucun pas dans le temps ou l’éternité a requis une telle perfection de foi comme l’ont requis les pas du Sauveur. Sa grande expiation est, sans doute, le pas le plus remarquable de foi. Vous savez tous qu’il était le plus grand pionnier qui ait jamais vécu. »

Parlant de Joseph Smith, Elder Ballard a dit, “Il n’y a aucun doute que c’était une foi inébranlable qui a conduit un garçon de 14 ans à marcher dans le Bois Sacré isolé pour prier afin d’obtenir la connaissance promise a Jacques 1 :5 ? … les pas de fois qu’a pris Joseph l’ont soutenu dans ses visites a Cumorah avant qu’il ait reçu les plaques d’or et ait commencé le processus du rétablissement de la plénitude de l’évangile sur terre. »

Elder Ballard a aussi parlé du courage et de la foi des membres de la famille du prophète, y compris ses parents et sa femme, Emma.
“Brigham Young, sur qui Dieu a placé la responsabilité de diriger la grand exode a l’ouest, a appris à suivre le Seigneur et a suivre le Prophète Joseph, » dit-il. Egalement, John Taylor et Wilford Woodruff, qui ont succédé Joseph Smith et Brigham Young comme présidents de l’Eglise, ont démontrés une foi pionnière en supportant des difficultés à accepter le Mormonisme, a raconté Elder Ballard.

“Mais même si le désert qui nous a été donné à conquérir est résolument différent de la piste accidentée et rocheuse de l’Utah et le paysage désertique que nos ancêtres pionniers ont rencontré en 1847, il n’est pas moins difficile pour nous que c’était pour eux, » Elder Ballard a déclaré. « Et il n’est certainement pas moins important que nous fixions l’œil sur le prophète, que nous mettions l’épaule a la roue, et plantions fermement nos pieds sur le sentier de la fidélité. »
Touchant sur un thème contemporain, il a conclu, “devant nous sera la foi pour défendre la liberté religieuse ici en Amérique. Nous devons cultiver des relations avec ceux qui aiment Dieu et croient que la religion a tous les droits de s’exprimer dans une place publique en faveur des gens de foi qui choisissent de louer Dieu en accord selon les préceptes de leur propre conscience. Cela requerra la foi aux pas des Saints des Derniers Jours. »

(Publié par MormonTimes – Traduit par Jodie)


------------------------------------------------------------------
Actualités de l'Eglise dans le Monde

Elder Ballard, apôtre de l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours en visite à Rome


« Un apôtre à Rome ». Cette expression évoque certaines scènes du début de l’histoire du christianisme et, aux vues d'événements récents, représente un nouveau moment dans les relations entre les saints des derniers jours et les catholiques. Elder M. Russell Ballard, du Collège des Douze, a visité Rome les 13 et 14 septembre. Pendant cette visite historique, il a été accueilli au Vatican par des représentants de l'Eglise Catholique...............

Article au complet

(Publié par le site officiel de l'Eglise en France)

----------------------------------------------------------------------
Vivre au travers des écritures

"Et il arriva que le vent ne cessa jamais de souffler vers la terre promise pendant qu'ils étaient sur les eaux; et c'est ainsi qu'ils furent poussés par le vent." Ether 6:8

Le contexte de cette écriture est l'histoire du frère de Jared et de son peuple qui embarquèrent à bord de vaisseaux ou péniches et en dépit de vents pénibles, les bateaux ont traversés fidèlement le vaste océan.

De même, avec de la préparation, les hommes, femmes et enfants continuèrent de prier le Seigneur pendant leurs voyages lorsque les vents étaient trop forts et que les eaux devenaient trop profondes.
Je me souviens régulièrement de cette écriture en vaquant à ma vie de tous les jours. Tout comme les vaisseaux qui devaient faire face à l'agitation de ces eaux tumultueuses, je dois également faire face à des temps d'orage dans ma vie.
Alors que nous travaillons tous pour atteindre notre terre promise, nous devons faire face à des moments de faiblesse; que ce soient des épreuves financières ou économiques, des désastres nationaux, la perte d'un être cher, vivre dans un pays en guerre ou gérer un membre de la famille difficile. Les vents ne cessent jamais.

Mais alors que je continue d'avancer, restant fidèle et faisant des préparations minutieuses, je serais également guidée à travers ces vents. En m'efforçant de faire les choses petites et simplescomme l'étude des écritures, des prières sincères, du service, assister aux réunions de l'église, je sais que je serais bénie dans ma vie en ayant lumière et réconfort.

Je sais que dans les moments difficiles, le Seigneur le sait et écoute mes prières qui viennent du fond du coeur. Le Seigneur continuera de me bénir pour mes efforts et mon coeur sincère.

-- Elizabeth Ferons, 43ème paroisse de l'Université de Salt Lake, 5ème pieu de l'Université de Salt Lake.


(Publié par LDS Church News – Traduit par Deb)



.

Message du 27 Septembre 2010

Réunion générale de la Société de Secours
Sur Internet


La réunion générale Société de Secours a eu lieu le Samedi 25 Septembre, dans le centre de conférences à Salt Lake City. Les orateurs suivants on partagé leurs messages:
(Cliquez sur les liens ci-dessous pour écouter les messages en francais)

Julie Beck, Présidente de la Société de Secours
Silvia Aldred, 1re Conseillere de la Société de Secours
Barbara Thomson, 2eme Conseillere de la Société de Secours
Thomas S. Monson, président de l’Église


-----------------------------------------------------------------------
Elder Robert D. Hales étend le chemin à la vie éternelle lors d'un service religieux à BYU

Les individus doivent atteindre la vie éternelle, a dit mardi Elder Robert D. Hales, du collège des douze de l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des derniers jours, pendant le campus religieux de BYU , au Centre Marriott bondé.

C'est en employant un seul rôle de faire des bons choix aujourd'hui, demain et pour le reste du temps d'un individu sur terre qu'il est en mesure de suivre le Sauveur et de retourner à sa présence, a-t-il dit.
« Il doit y avoir opposition dans toutes choses, » a dit Elder Hales. « En raison de cette opposition, nous avons le rôle spirituel essentiel de choisir la vie spirituelle ici et la vie éternelle dans le monde à venir. »

En tirant de la vie du prophète Joseph Smith comme exemple idéal, Elder Hales a parlé des exemples dans la vie de jeune Smith, l'où il a exercé l'action personnelle pour chercher des choses par l'Esprit et pour accomplir sa mission prédestinée.
« Ce développement prend toujours temps, épreuve et foi, » a indiqué Elder Hales. « Il en est ainsi pour nous tous. Nous serons tous éprouvés, souvent jusqu'à notre limite. Pourtant nous sommes tous assurément sûrs que nous ne serons jamais éprouvés plus que nous ne pouvons supporter. Et les plus grandes bénédictions seront basées là-dessus, à quel point nous supportons notre épreuve. »

Elder Hales a dit qu'indépendamment des défis ou des privations qu'un individu peut expérimenter dans la vie, ils sont donnés pour une raison - pour aider des individus à devenir et à accomplir ce qu'ils ont été spécifiquement envoyés sur la terre pour être et faire. Bien qu'aucune vie ne soit exempte de défis, Elder Hales a dit que notre Père Céleste a des plans uniques pour chaque individu qui sont plus glorieux que quoi que ce soit qu'un individu pourrait imaginer ou assurer eux-mêmes.
"Sa voie est toujours de nous préparer ligne par ligne, précepte par précepte, ici un peu, là un peu," a-t-il dit. "Et cela se produit toujours sur Son emploi du temps."

Elder Hales a partagé comment les individus peuvent utiliser l'action personnelle pour prendre la bonne décision et mettre fondation forte de la foi. Il a dit que les individus ont un choix pour se déplacer vers une nouvelle porte avec beaucoup de possibilités, ou dans un coin fermé avec très peu d'options
« Si nous faisons ce qui est juste nos occasions augmentent, » a-t-il dit. « Si nous ne le faisons pas, nos occasions diminuent. »

Elder Hales a parlé de la « décennie critique des décisions » que beaucoup d'étudiants vivent actuellement , d'un moment pour faire des choix critiques en vue de l'éducation, de l'emploi, de l'Eglise et du mariage. Il a dit que les individus doivent écouter l'Esprit plutôt que les avis des hommes afin de prendre des décisions correctes.

«Chaque fois que nous tenons compte des opinions des hommes, nous nous sommes mis dans un coin, dit-il. «Chaque fois que nous devenons dépendants de quelque chose - la drogue, l'argent, les achats, l'adulation - nous nous plaçons dans un coin. Quand on ne tient pas compte des inspirations spirituelles et épousons la mauvaise personne, nous nous sommes mis dans un coin. Quand nous ne faisons pas notre devoir et ne recevons pas les grades appropriés, ou que nous ne nous préparons pas à une épreuve, ou nous absentons du travail ou sommes en infraction, ou nous nous mettons en colère, ou disons un mensonge - nous nous plaçons dans un coin. Nous sommes coincés, nos options sont limitées, et de nos possibilités et la puissance de choisir sont réduits. "

Se mettre dans un coin soi-même se produit également lorsque les personnes ne font pas attention à leurs dons et leurs talents, demandent des conseils aux autres et ne suivent pas les directives du Seigneur, dit-il.

"Chacun d'entre nous devrait examiner soigneusement ce que notre Père céleste veut que nous fassions, et comment Il peut nous préparer. Nous devons éviter d'essayer d'obtenir les louanges du monde et les honneurs des hommes. ... Je mets en garde chacun d'entre nous pour éviter de regarder vers le grand et spacieux édifice des réponses à des questions sur nos activités futures, nos compagnons, nos modes de vie. Au lieu de cela, mettons-nous à genoux et parlons avec notre Père céleste, apprenons davantage sur nos dons et nos talents, trouvons des moyens de les développer et faisons des choix en fonction de ce qui nous sommes et de ce que nous avons reçu. "
(Publié par MormonTimes – Traduit par Pat)


---------------------------------------------------------------------
Pensée du jour

Notre caractéristique fondamentale

« L’exercice de la patience se résume à ceci : observer les commandements, avoir confiance en Dieu, notre Père céleste, le servir avec humilité et un amour semblable à celui du Christ, faire preuve de foi et d’espérance au Sauveur et ne jamais abandonner. Les leçons que nous retirons de notre patience formeront notre caractère, élèveront notre vie et augmenteront notre bonheur. Elles nous aideront à devenir de dignes détenteurs de la prêtrise et des disciples fidèles de notre Maître, Jésus-Christ.

Je prie pour que la patience devienne notre caractéristique fondamentale, à nous qui sommes détenteurs de la prêtrise du Dieu Tout-Puissant, pour que nous fassions courageusement confiance aux promesses du Seigneur et à son calendrier, que nous agissions envers les autres avec la patience et la compassion que nous souhaitons pour nous-mêmes et que nous persévérions avec patience jusqu’à ce que nous soyons rendus parfaits. »


Dieter F. Uchtdorf Deuxième conseiller dans la Première Présidence


Message du 24 Septembre 2010

L’ambassadeur du Pakistan remercie les dirigeants de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours pour le secours apporté après les inondations

Son Excellence Husain Haqqani, ambassadeur du Pakistan aux États-Unis, est venu à Salt Lake City et s’est rendu au siège de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours comme un homme chargé d’une mission.


Il a tout d'abord remercié l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et ses membres pour l'aide humanitaire envoyée récemment pour aider 20 millions de personnes dans son pays touchées par les inondations massives causées par les fortes pluies de mousson de fin d'été.

"C'est quelque chose que nous apprécions, chérissons, qui a pour nous une grande valeur," a déclaré Haqqani, parlant des contributions financières et en nature fournies par l'église.

Il a également utilisé la conférence de « Tuesday morning news » qui a eu lieu dans le bâtiment Joseph Smith Memorial Building pour faire appel à l'opinion publique américaine de reconnaître les besoins humanitaires actuels « énormes » du Pakistan et continuer à contribuer à une nation partenaire dans l'effort mondial de lutte contre le terrorisme.

«Nous sommes une nation qui, d'une part se bat pour la fin de la terreur et d’autre part lutte contre cette catastrophe naturelle, » dit-il, en rappelant aux personnes présentes le rôle du Pakistan comme celui « d’un pays en première ligne dans cette lutte contre le terrorisme et veillant à ce que un autre 9 / 11 ne se reproduise pas. »

Pour mettre l'impact de l'inondation en perspective, Haqqani a cité trois autres catastrophes naturelles - le tsunami de 2004 dans l'océan Indien, le tremblement de terre de 2005 à Cachemire au Pakistan qui a abouti à 3 millions de morts et le tremblement de terre de cette année en Haïti.
«Bien que le bilan des décès soit faible, dit-il des plusieurs milliers de morts au Pakistan causés par l'inondation, le nombre de personnes touchées est bien plus grand. »

En fait, a-t-il ajouté, plus de personnes sont touchées aujourd'hui que ces trois catastrophes précitées combinées. Les 20 millions représentent le quart de la population du Pakistan, la sixième nation la plus peuplée au monde, et comprend 8 millions d'enfants dans le besoin de nourriture, de logement et de vaccinations et près d’un million de mères enceintes.

A un certain moment, un cinquième de tous le Pakistan a été submergé par les eaux de crue.
«Nous sommes très heureux que l'Église mormone soit parmi les groupes qui n'ont pas attendu pour débarquer au Pakistan », a dit Haqqani, qui s’est entretenu plus tôt dans la matinée avec le Président de l’Eglise Thomas S. Monson et la Première Présidence.

Thomas S. Monson a dit qu'Haqqani a exprimé son appréciation à l'église pour les dons reçus à ce jour et a offert des suggestions sur une aide et un soutien futurs, tels que des hôpitaux de campagne. La Première Présidence a reconnu les besoins et a promis de considérer une aide continue, a-t-il ajouté.

Lynn Samsel, directeur des réponses humanitaires d'urgence et des services communautaires de l'église, a déclaré que l'Église mormone a initialement établi un partenariat avec quatre grandes organisations d'aide internationale pour aider le Pakistan, fournissant une aide financière à trois pour l'achat rapide de matériel et de ressources déstinés au Pakistan.

L'église a également fourni quelque 400.000 livres de nourriture, de couvertures et d'autres secours ; le Secours islamique s’est ensuite chargé du transport des 10 conteneurs et de la distribution des fournitures.
Haqqani a reconnu la réponse initiale du gouvernement américain et le début des contributions en provenance de sociétés américaines. Mais beaucoup sera nécessaire tout au long des trois étapes post-catastrophe qu’il décrit - d'abord le sauvetage et le secours, la réhabilitation et enfin la reconstruction.

Il a dénoncé la tendance des médias américains à faire rapport sur l'impact politique de l'inondation au détriment de la tragédie elle-même. « Il s'agit d'environ 20 millions de victimes et non de la politique du Pakistan ou des relations politiques entre le Pakistan et les États-Unis. » Il a également déclaré que les contributions humanitaires des États-Unis en général - et plus particulièrement de l'Église mormone et des autres religions - peuvent aider les Pakistanais à se rendre compte que certaines des idéologies extrémistes dans cette nation à majorité musulmane ont tort et que différentes religions peuvent coexister et coopérer.

«Les gens de toutes confessions peuvent travailler ensemble, » a déclaré Haqqani, « et doivent se renforcer mutuellement en temps de crise. »

(Publié par MormonTimes – Traduit par Ambre)


------------------------------------------------------------------
Vivre au travers des Écritures

« Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous, l'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous. » - Jean 14:16-18

Souvent, lorsque je lis les Écritures, je me retrouve à lire ces trois versets dans le livre de Jean (Jean 14:16-18). Le consolateur mentionné dans ces versets signifie tellement pour moi, parce que j'ai, à maintes reprises au cours de ma vie, eu besoin d'être consolée.

Je suis née et ai grandi à Thatcher en Arizona, et j'y ai vécu la plus grande partie de ma vie. Mon mari et moi y avons élevé nos deux fils, et pendant ces années à Thatcher j'ai eu la chance de vivre proche de ma mère et de profiter de sa présence. J'allais la voir presque tous les jours, et spéciallement après qu'on lui ait diagnostiqué un cancer.

Cependant, le jour est arrivé où notre famille a décidé que nous devions déménager à Mesa (Arizona). À cette époque, ma mère avait eu le cancer pendant dix ans, et toutes les deux nous souhaitions que je puisse rester à Thatcher un peu plus longtemps. Ce fut un triste déménagement. Elle vécut deux années de plus, et durant cette période je la visitai souvent.
Un jour après l'une de ces visites, je reçu un coup de téléphone m'annonçant que je devais revenir au plus vite afin de voir ma mère, car elle était mourante. J'ai essayé d'y être à temps, mais quand je suis arrivé, le corbillard quittait la maison. Cette nuit-là j'essayais de dormir quand j'ai senti que tout allait bien se passer. Je savais que le consolateur était venu à moi au moment où j'en avais besoin.

Ce même réconfort m'est venu plus tard dans ma vie tandis que je voyais notre aîné souffrir et finalement mourir de la maladie de Parkinson. J'ai un témoignage que nous avons un consolateur pour nous soutenir durant ces moments difficiles et j'ai également le témoignage que je verrai de nouveau mes êtres chers, et que je les verrai dans leur état le plus parfait.

- Lurlene L. Campbell, paroisse de Northridge, Pieu de Mesa Hermosa Vista, Arizona

(Publié par LDS Church News – Traduit par Emeric)

----------------------------------------------------------------
Pensée du jour

Etre parmi les premiers sur les lieux des catastrophes

L’Église grandit continuellement depuis ce jour de 1830. Elle continue de changer la vie de plus en plus de personnes chaque année et de se répandre sur terre à mesure que notre force missionnaire trouve les personnes qui recherchent la vérité (…)
Cette année, il y a vingt-cinq ans que notre programme humanitaire a été intégré à notre effort d’entraide. Le nombre de gens qui ont bénéficié de ce programme est incalculable. Nous nous efforcerons toujours d’être parmi les premiers sur les lieux des catastrophes où qu’elles se produisent.


Thomas S. Monson Président de l’Église

Message du 23 Septembre 2010

Le grand égaliseur

Ceux d’entre nous qui enseignent la natation en sont venus à apprécier l’eau en tant que « grand égaliseur ». Qu’un enfant soit aveugle, sourd, avec des membres en moins, autiste ou ayant n’importe quel besoin spécial ; qu’il soit inapte à attraper une balle, viser un panier ou taper dans un palet, il peut toujours apprendre à nager. Il a une liberté dans l’eau qu’il ne peut trouver nulle part ailleurs.

Je me souviens avoir appris à nager à un garçon il y a quelques années qui était aveugle, sourd et muet avec de plus des troubles mentaux. Il arrivait habituellement couvert de contusions qu’il s’était fait en courant autour de la maison. Il semblait que quoi qu’il fasse il finissait toujours par se faire mal. Il passait son temps à tomber ou à se heurter à quelque chose.

Au moment où il entra dans l’eau, il découvrit une liberté qu’il n’avait jamais connu sur terre.
Il n’avait plus à se soucier de tomber, ou de se blesser. Il voulait nager dans toute la piscine et la chose la plus difficile que j’eu à lui apprendre fut de s’arrêter lorsqu’il arrivait au bord. Il voulait retourner et continuer à nager. Lorsqu’il était dans l’eau il était enfin libre.

S’il y a quelque chose que j’ai appris de l’Evangile, et du fait d’être chrétien, c’est bien le pouvoir de l’Expiation et la capacité qu’elle a de nous élever, de compenser nos manques et de nous ramener au centre, quelque soit le point où nous en sommes dans nos vies. Quelque soit notre pays d’origine ou notre culture, la langue que nous parlons, le genre de famille d’où nous venons ou ne venons pas, à quel point nos choix ont été mauvais, l’Expiation est le grand égaliseur.

J’ai été le témoin de cœurs blessés, déchirés, endurcis et brisés qui ont été adoucis et réparés.
J’ai vu l’espoir retrouvé lorsque tout espoir était perdu. J’ai vu des péchés dressés comme des barrières en travers de la progression, devenir une motivation pour se tourner vers le Christ. J’ai vu le pardon venir de l’impossible pour libérer. J’en ai vu beaucoup y compris moi-même, qui ayant trébuchés, chutés ont été sauvés du péché, et sont devenus enfin libres. Fondamentalement, j’ai vu ceux qui étaient aveugles, sourds et muets aux vérités de l’Evangile commencer à voir, entendre et parler de ses bienfaits.

Je ne prétends pas comprendre le pouvoir de l’Expiation. Je sais seulement que le peu de ce que j’ai vu et ressenti, l’a été grâce à l’Expiation, et c’est seulement grâce à l’Expiation, que nous pouvons être purifiés, guéris et rendus libres.

Quelque soient nos incapacités, notre histoire ou nos péchés, l’Expiation est le grand égaliseur. Je commence à peine à le comprendre, mais il y a une chose dont je suis sûr : c’est que c’est à cause du pouvoir de l’Expiation, le fait que le Sauveur a vécu, est mort et est ressuscité pour moi, que je peux avoir l’opportunité de retourner à mon Père Céleste pour être libre. Oh, combien j’en suis reconnaissante !


(Publié par MormonTimes – Traduit par Sylvie)


------------------------------------------------------------------
Pensée du jour

Tournez-vous vers le Seigneur

« Dans le monde entier et parmi les membres de l’Église, il y a de grandes joies et de grandes souffrances. Les unes et les autres font partie du plan. Sans les unes, nous ne pouvons connaître les autres. « Les hommes sont pour avoir la joie » (2 Néphi 2:25) et « Car il doit nécessairement y avoir une opposition en toutes choses » (2 Néphi 2:11) ne sont pas contradictoires, mais complémentaires. Quand il a décrit ce qu’il a ressenti lorsqu’il s’est tourné vers le Seigneur, Alma le Jeune a dit : « Mon âme était remplie d’une joie aussi extrême que l’avait été ma souffrance » (Alma 36:20). (…)

Si vous estimez que quelqu’un (un membre de votre famille, un ami, un autre membre de l’Église, un dirigeant de l’Église, un associé en affaires) ou quelque chose (la mort d’un être cher, des problèmes de santé, un revers financier, des sévices, une dépendance) vous a fait du tort, traitez cela directement et avec toute la force que vous avez. « Maintiens-toi sur ta route » (D&A 122:9), abandonner n’est pas une solution. Et sans délai, tournez-vous vers le Seigneur.
Exercez toute votre foi en lui. Laissez-le vous aider à porter votre fardeau.
Permettez à sa grâce d’alléger votre charge. Il nous est promis que nous « ne souffri[rons] aucune sorte d’affliction sans qu’elle ne [soit] engloutie dans la joie du Christ » (Alma 31:38). Ne laissez jamais les circonstances terrestres vous handicaper spirituellement. »

Donald L. Hallstrom de la présidence des soixante-dix

Message du 21 Septembre 2010

Pensée du jour

Plus de place à l’ennemi de mon âme

« À notre époque, lorsque nous sommes confrontés à de telles tentations, nous devons déclarer comme le jeune Néphi l’a fait à son époque : « [Je] n’accorde[rai] plus de place à l’ennemi de mon âme. » Nous pouvons rejeter le Malin. Si nous le voulons de tout notre cœur et de toute notre âme, alors l’ennemi pourra être et sera réprimandé par le pouvoir rédempteur du Seigneur Jésus-Christ. En outre, je vous promets que la lumière de son Évangile éternel pourra briller et brillera de nouveau avec éclat là où nous avons craint que la vie ne soit devenue désespérément et inexorablement sombre. Puissions-nous connaître la joie qu’engendre la fidélité à ce qui est le plus élevé et le meilleur en nous, en gardant notre amour et notre mariage, notre société et notre âme aussi purs que Dieu veut qu’ils soient. »

Jeffrey R. Holland du Collège des douze apôtres


----------------------------------------------------------------
Promouvoir la chasteté, la vertu pour combattre le trafic humain

La colonne de cette semaine n'est pas faite pour les âmes sensibles. Et pourtant, c'est un sujet qui réclame la plus grande attention !

La première fois que je suis tombée sur les horreurs du trafic humain, de l'esclavage sexuel et du commerce des femmes et des enfants, c'était lorsque je faisais des recherches sur Joséphine Butler. Au 19ème siècle, elle était une activiste des droits de la femme, engagée durant toute sa vie dans des campagnes pour sauver les femmes et les enfants de la prostitution.

A son époque, tout comme il l'est aujourd'hui, le trafic des êtres humains, était horrible et répugnant. Ses incursions dans les bordels - contemplant femmes et enfants asservis par la force aux appétits sexuels bestiaux des hommes - étaient un déchirement. Il y eut beaucoup de nuits, où après avoir quitté ces bouges d'infamie, elle gisait allongée, éveillée et tourmentée, avec la vision de ces créatures abjectes défilant devant sa conscience. Sa seule consolation, s'il s'en trouvait une, était de se tourner vers Dieu en prière, suppliant pour avoir la force de continuer, obstinément, à démasquer et amener devant la justice, ces réseaux de trafic organisés qu'ils soient publics ou privés.

Aussi révoltant qu'ait pu être ce commerce au temps de Joséphine Butler, il paraît dérisoire en comparaison du trafic sexuel d'aujourd'hui, qui représente une grande proportion des 32 milliards générés chaque année par le trafic humain. Aussi stupéfiant que puisse paraître ce chiffre, il ne devrait pas surprendre parce-que les conditions dans le monde actuel, ont crée l'environnement parfait pour ce commerce.

Les principes moraux ont dégénéré. L'augmentation énorme de la pornographie a produit des individus vicieux et, collectivement, un appétit monstrueux de femmes et d'enfants. L'Union Européenne, créée pour produire une force économique collective, a engendré un continent "sans frontières" rendant facile le transport des femmes d'une nation vers une autre, et, éventuellement, de les distribuer tout autour du globe. Dans beaucoup d'endroits au monde, la pauvreté a généré une masse de femmes dans des situations désespérées. Nombre d'entre elles ont été amenées dans ce trafic par duperie ou par ignorance des ramifications des emplois qu'elles ont pris en tant que "nounous", "modèles", "serveuses", "danseuses", "strip-teaseuse" dans leur désespoir de gagner un salaire et aider à soutenir leurs familles. Certainement, tous étaient des facteurs responsables.

Mais un mal bien plus grand et facilement identifiable est à la racine du problème.
La plupart des avocates des droits de la femme au 19 ème siècle, brandissait dans une main le panneau "Droit de vote pour les femmes" et de l'autre "Chasteté pour les hommes". Mais la seconde vague des féministes en 196O ont promu "La liberté sexuelle des femmes", répandant le mensonge que l'immoralité est source de liberté quant, en fait, "la débauche sexuelle esclavagiste et détruit les femmes".

Quel rapport avec le parallèle ci-dessus ? C'est que le monde moderne a amorcé sa glissade vers les abysses moraux connus sous le nom de trafic sexuel, quand il a commencé d'embrasser l'immoralité sexuelle. Depuis longtemps et encore aujourd'hui, Dieu commande : "Tu ne commettras pas l'adultère".
Jésus-Christ a donné des détails quant au commandement du Père : "Car c'est du dedans du cœur des hommes que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres ... toutes ces choses souillent l'homme" (Marc 7:21,23).

L'Apôtre Paul a enseigné aux Galates le prix de la violation des lois de Dieu :"Car la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à ceux de la chair ... l'adultère, la fornication, l'impureté, la dissolution ... ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu" (Galates 5:17-20").

Désobéissant envers Dieu et sans les directives du Saint-Esprit, l'homme est capable d'une myriade d'atrocités. Nous voyons cela aujourd'hui !

Dans son épître du Nouveau Testament, Jude dépeint les inévitables horreurs que les sociétés produisent quand elles rejettent les commandements de Dieu. Son récit est-il moins précis aujourd'hui quand il est appliqué par des demandeurs qui font subir des sévices sexuels aux femmes et aux enfants esclaves ? "Sodome et Gomorrhe et les villes voisines, qui se livrèrent comme eux à l'impudicité et à des vices contre nature ... ces hommes entraînés par leurs rêveries souillent leur chair et parlent de manière injurieuse des choses qu'ils ignorent et se corrompent dans ce qu'ils savent naturellement comme des brutes. Malheur à eux ! Car ils ont suivi la voie de Caïn ... des arbres d'automne sans fruits, deux fois morts, déracinés ; des vagues furieuses de la mer, rejetant l'écume de leurs impuretés; astres errants auxquels l'obscurité des ténèbres est réservée pour l'éternité".

La description de Jude donne le frisson et se fait de plus en plus prophétique : "Ce sont ceux qui murmurent, qui se plaignent de leur sort, qui marchent selon leurs convoitises, qui ont à la bouche des paroles hautaines, admirés des gens par motifs d'intérêt (profits ou gains). Mais vous bien-aimés, souvenez-vous des choses annoncées d'avance par les apôtres de notre Seigneur Jésus-Christ; ils vous disaient, qu'au dernier jour, il y aurait des moqueurs marchant selon leurs propres convoitises impies. Ce sont ceux qui provoquent des divisions, hommes sensuels, n'ayant pas l'esprit".

Aujourd'hui, il y a d'innombrables personnes travaillant sans relâche pour faire cesser le marché des femmes et des enfants en plein essor. Cependant, tant que le poison n'est pas éradiqué à la racine et que les gens ne reconnaissent pas la malignité de l'immoralité sexuelle, ne se réforment et n'obéissent à Dieu, le problème persistera.

Même si le trafic sexuel est monstrueux, il y a toujours de l'espoir et les femmes et les enfants victimes de cet esclavage ont besoin de secours. Un individu engagé peut faire la différence : sensibilisation, éducation, soutien financier, participation individuelle, promotion de la chasteté et de la vertu et le partage des valeurs de l'évangile de Jésus-Christ sont, tous, des instruments cruciaux qui, peuvent et doivent être utilisés, pour enrayer et détruire ce cancer malfaisant.

(Publié par MormonTimes – Traduit par Angélique)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Réunion générale de la Société de Secours
Sur Internet

La réunion générale Société de Secours aura lieu le Samedi 25 Septembre, dans le centre de conférences à Salt Lake City. Parmi les orateurs figurent un membre de la Première Présidence, ainsi que les membres de la présidence générale Société de Secours.


En direct sur notre site le 25 Septembre a 18h00 (heure locale de Salt Lake City) ou 2h du matin le 26 Septembre (heure française)

Retransmission sur internet :
Samedi 2 Octobre a 7h du matin
Samedi 2 Octobre a 16h00

Pour voir la réunion durant ces heures, le lien sera ajouté ici…

Message du 20 Septembre 2010

Messages d'inspiration du Président Monson

L'armée Royale

La prêtrise représente une armée puissante de droiture-égale à une armée royale. Nous sommes menés par un prophète de Dieu. Dans la commande suprême est notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ. Nos ordres de marche sont clairs. Ils sont concis. Matthieu décrit notre défi dans ces mots du Maître : "Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit" (Matthieu 28:19)
- « L'armée du Seigneur, » Ensign, mai 1979, P. 35

Servez-vous l'un l'autre

Le temps passe. Les circonstances changent. Les conditions varient. Inchangée est la commande divine de secourir le faible et de soulèver vers le haut les mains qui accrochent vers le bas et de renforcer les genoux faibles. Chacun de nous a la charge de ne pas être un incrédule, mais un homme d'action ; pas un penchant, mais un soulevant
- « Avec la main et le coeur, » Ensign, décembre 1971, P. 131

Le respect véritable

Le bonheur abonde quand il y a le respect véritable les uns pour les autres. Les épouses se rapprochent de leurs maris, et les maris sont plus appréciés par leurs épouses ; et les enfants sont heureux, comme des enfants sont censés l'être. Là où il y a respect dans la maison, les enfants ne se trouvent pas eux-mêmes dans ce redoutable monde perdu - jamais l'objet de préoccupation, jamais le bénéficiaire de la guidance parentale adéquate.
- « Un exemple des croyants, » la réunion générale des femmes, septembre 26, 1992

(Publié par LDS Church News – Traduit par Pat)

----------------------------------------------------------------------
Message d’encouragement

Bonsoir chers frères et chères sœurs,
Un tout grand merci pour votre site. Il est formidable et encourageant de pouvoir chaque jour avoir de bonnes nouvelles.
L'œuvre du Seigneur avance! Et rien d’autre que l'Evangile de Jésus-Christ n’apporte autant de joie, de bénédictions et d'espérance. Je suis une Sainte des derniers Jours du Pieu de Bruxelles à Mons. J'ai déjà beaucoup partagé vos messages quotidiens.
Ils répondent à un si grand besoin de faim et de soif spirituels. Les discours, conférences, messages de nos autorités sont accessibles et en français.
Quelle bénédiction!
Merci à cette équipe formidable qui prend le temps pour nous.
Fraternellement! Virginie LEFEVRE


---------------------------------------------------------------
Mon expérience de vie à la CAJAF (Camp Annuel des Jeunes Adultes Francophones)

"Nous qui sommes forts, nous devons supporter les faiblesses de ceux qui ne le sont pas” (Romains 15:1)...

… Du moins c'est ce que je pensais lorsque le comité d'organisation du campus m'a demandé (ainsi qu'à frères Alain Causse et Yéred Péronnet) de veiller sur un jeune frère autiste du Pieu de Nancy: Nicolas M. âgé de 18 ans et qui participait donc pour la première fois à un camp de jeunes adultes.
Ayant côtoyé auparavant de telles personnes, je n'appréhendais donc pas ce qui me paraissait encore comme une tache un peu ennuyeuse, mais bon, il fallait bien que quelqu'un le fasse n'est-ce-pas?

Ne pas rater le départ
Les premiers contacts sont toujours importants dans ce genre de cas, et j'avais vraiment envie que ça se passe bien pour lui. Vous auriez dû voir à quel point il était nerveux et excité d'être là pour participer à ce campus : il voulait participer à toutes les activités. Son enthousiasme et son excitation avaient déjà commencé à déteindre sur moi et sur les gens qui faisaient sa connaissance.

Noble et grande intelligence
Il fallait souvent tendre l'oreille pour comprendre ce qu'il voulait dire. Mais par son exemple, son esprit, ses paroles (simples mais toujours à-propos), il m'est venu fortement en tête les paroles d'Abraham: "Or, le Seigneur m'avait montré, à moi, Abraham, les intelligences qui furent organisées avant que le monde fût; et parmi toutes celles-là, il y en avait beaucoup de nobles et de grandes." Chaque personne reçoit des épreuves à la hauteur de son niveau de progression, et le Seigneur ne nous éprouve pas au-delà de nos forces (1 Corinthiens 10:13, 1 Néphi 3:7). A ce moment-là, j'ai vu Nicolas comme un de ces nobles esprits qui ont été choisis pour surmonter des épreuves qui nous seraient sûrement intolérables!

Un témoignage singulier
Le plus impressionnant restait à venir…A la réunion de témoignage du dimanche matin, Frère Allenbach est venu me trouver pour savoir si Nicolas voulait rendre son témoignage et si oui, j'étais chargé de le recueillir et de le retranscrire. Je lui ai alors demandé s'il voulait rendre son témoignage et il a répondu oui. Je lui ai alors demandé ce qu'il voulait dire et les premières paroles qu'il a prononcées furent: "Jésus-Christ est ressuscité!"
A ce moment je lui dis: "Mais comment tu le sais?"
Et il me répond calmement comme si à ce moment-là c'était moi qui étais lent à comprendre: "Il est mort pour nous, et il est ressuscité!"
Je peux rendre témoignage que je n'ai jamais ressenti l'Esprit du Seigneur aussi fort qu'à l'annonce de ces simples mots!
Il a ajouté qu'il aimait aller le dimanche à l'église pour entendre les histoires et les enseignements du prophète Joseph Smith.

Forts ou faibles?
Comme l'Evangile m'a paru beau et simple dans la bouche de ce jeune homme! J'ai alors compris concrètement ce qu'Alma voulait dire quand il déclare que: "c'est par des choses petites et simples que de grandes choses sont réalisées."
Je pensais faire partie de ceux qui sont forts, mais dans les yeux de Nicolas, j'ai perçu alors toutes mes faiblesses…

Vincent Scotto
Paroisse d'Annemasse, Pieu de Genève, Suisse

(Article soumis par Deb)

------------------------------------------------------------------
Pensée du jour

C’est à moi que vous les avez faites

« Nous avons parfois le sentiment d’être faibles et de manquer de force pour aider autrui, mais le Seigneur nous rappelle : « En vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites » (Matthieu 25:40).

Je termine par une citation du président Monson : « Mes frères et sœurs, nous sommes entourés de gens qui ont besoin de notre attention, de nos encouragements, de notre soutien, de notre réconfort, de notre gentillesse, que ce soient des membres de notre famille, des amis, des connaissances ou des inconnus. Nous sommes les mains du Seigneur ici sur terre, avec la mission de servir et d’aider ses enfants. Il compte sur chacun de nous. »

Puissions-nous suivre les conseils et l’exemple du prophète et chercher chaque jour les gens dans le besoin, afin de pouvoir être les mains du Seigneur en aidant et sauvant ses enfants. »


Par Koichi Aoyagi des soixante-dix


Message du 17 Septembre 2010

Comment être un ami pour les nouveaux convertis

Le Président Gordon B. Hinckley a dit un jour, que chaque nouveau membre avait besoin d’un ami d’un appel et de se nourrir de « la bonne parole de Dieu ». En tant que convertie dans l’Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours, une de mes plus grandes bénédictions a été d’avoir mon fiancé (maintenant mon mari) comme guide et confident. Cependant, toute personne qui se joint à l’Eglise n’aura probablement pas déjà établi une telle relation.

Souvent, les rapports les plus proches sont avec les missionnaires qui les ont amenés à l’Evangile. Mais les missionnaires mormons vont et viennent. Si les membres ne sont pas ouverts et réceptifs, nous verrons beaucoup de nouveaux convertis s’en aller après que leurs missionnaires soient partis. En tant que membres « à temps plein » nous devons apprendre à créer des liens d’amitié avec les nouveaux convertis. J’aimerais faire quelques suggestions tirées de mes expériences personnelles.

1. Sortez de votre zone de confort. Je me considère quelque peu timide avec les gens que je ne connais pas, mais je prends de l’assurance lorsque je vois de nouveaux visages dans la congrégation et je prends le temps de me présenter à eux. Je sais ce que l’on ressent lorsqu’on est nouveau. Je sais combien c’est agréable d’avoir quelqu’un qui vous remarque et qui essaie de vous mettre à l’aise. Si vous voyez un nouveau visage dans votre paroisse, ne vous contentez pas de regarder. Levez-vous et présentez vous.

2. Elargissez votre cercle. Il ne doit pas y avoir de clans dans l’Eglise, même si je suis sûre qu’ils existent. Notre cercle d’amis doit s’agrandir continuellement. Ce n’est pas suffisant d’accueillir les nouveaux membre – apprenez à les connaître. Cherchez leurs centres d’intérêts. Faites les entrer dans votre cercle.

3. En plus de cela, invitez les à se joindre aux activités de l’Eglise. Ils peuvent hésiter à y participer d’eux mêmes. Je sais que l’on ne pense pas de soi-même à participer aux évènements en dehors des réunions, mais avoir un ami qui m’invite personnellement et m’accompagne, fait une différence.

4. Ayez une oreille attentive et des ressources. Même étant membre depuis plus de 14 ans, c’est agréable d’avoir quelqu’un vers qui aller pour poser des questions « muettes ». Les convertis ne sont pas à l’aise de poser de telles questions durant l’Ecole du Dimanche. C’est bien d’avoir une personne qui ne portera pas de jugement et sera assez patiente, pour répondre aux questions qu’un converti peut avoir au sujet de l’Eglise. Si vous ne connaissez pas la réponse, dirigez-le gentiment vers une personne fiable.

Les convertis ont besoin d’amour et de l’attention des membres de la Paroisse pour les aider, les encourager et les soutenir dans ce moment de transition dans leur vie. Ensuite, je ferai quelques suggestions pour montrer comment des convertis peuvent devenir des membres forts.

(Publié par MormonTimes – Traduit par Claudie)

--------------------------------------------------------------------
Conseils pour la vie : Passer du temps ensemble -- sans les enfants

Nos fils ont grandit et ils aiment nous rappeler le mauvais traitement qu'ils ont souvent subi le vendredi soir lorsqu'ils étaient jeunes.

Ma femme et moi réchauffions des plats individuels tout prêts -- souvent acheter en solde -- et nous leur donnions à manger tôt dans la soirée. Ensuite, nous les bannissions dans leur chambre avec des livres ou la télé et nous commencions notre rendez-vous à la maison.

Notre menu préféré était un vrai steak grillé (pas trop cher non plus, bien sûr) et des rondelles d'oignons. Parfois, on faisait un repas aux chandelles et parfois non. Mais c'était l'occasion pour nous de discuter, écouter de la musique ou de regarder un film pendant que nous mangions sans les enfants.

Nous les aimions, vraiment. Mais nous avions besoin de cette pause -- l'opportunité de prendre soin l'un de l'autre sans avoir des 'Maman, il m'a frappé' ou 'Papa, il a pris ma balle de foot'.

Ils racontent maintenant que l'odeur du steak montait par les escaliers dans leur chambre. Et ils parlent du fait qu'ils imaginaient le goût des rondelles d'oignons que leurs parents ne partageraient pas.

Mais maintenant qu'ils sont mariés et avec des enfants, ils comprennent pourquoi ils ont besoin d'avoir du temps l'un pour l'autre sans les enfants -- même si cela signifie devoir payer une baby-sitter. Ils nous pardonnent presque de leur avoir donné des plats tout cuisinés. En fait, non, mais depuis, j'ai réussi à vivre avec cette culpabilité.

Ci-dessous sont des idées non-onéreuses pour passer du temps avec son conjoint :

- Se promener dans le quartier.
- Aller dans une pépinière et montrer les plantes que vous aimez. Vous n'êtes pas obligé de les acheter à ce moment-là.
- Acheter une glace ou un milkshake et parler de tout et de rien. Même discuter du yaourt glacé light fera l'affaire.
- Essayer de faire des courses fantaisies ensemble. Imaginer que vous avez 100€ pour l'autre et dites ce que vous auriez acheté. En parler est presque aussi bien que de le faire.
- Aller à la bibliothèque et choisir un dvd.
- Faire une session au temple et prendre le temps de marcher autour, dans les jardins.
- Faire un tour en voiture et aller voir un endroit que vous aviez toujours voulu visiter.

Ces activités ne sont pas chères -- mais pas de mauvaise qualité -- et sont des moyens pour passer du temps ensemble sans les enfants. Vous avez besoin de cela. Après tout, vous vous êtes investis dans votre relation.

(Publié par MormonTimes – Traduit par Deb)


------------------------------------------------------------------------
Pensée du jour

Obéissance aux commandements de Dieu


Nous croyons parfois qu’il doit exister un moyen plus facile, un raccourci ou une modification des commandements du Seigneur qui conviendra à notre cas particulier. Raisonner de cette façon, c’est oublier que la stricte obéissance aux lois de Dieu apporte ses bénédictions et que le non-respect de ses lois entraîne des conséquences prévisibles.
Au moment de sa mise à part comme président de l’Église, Harold B. Lee a déclaré : « La sécurité de l’Église repose sur l’obéissance des membres aux commandements… Lorsqu’ils obéissent aux commandements, les bénédictions viennent. »


Bruce A. Carlson des soixante-dix

Message du 16 Septembre 2010

Messages d'inspiration du Président Monson

Gardez le pas

Votre futur présentera des problèmes insurmontables seulement quand vous les considérez insurmontables. Votre défi est de garder la foi avec le passé tandis que vous suivez le futur.
- « Hier, aujourd'hui, et demain, » Commencement de Brigham Young University, 22 avril 1999

Une boussole personnelle

Votre bénédiction patriarcale seule est à vous et à vous seul. Elle peut être brève ou longue, simple ou profonde. La longueur et la langue ne font pas une bénédiction patriarcale. C'est l'Esprit qui donne la vraie signification. Votre bénédiction ne doit pas être pliée d'une manière ordonnée et être cachée. Elle ne doit pas être encadrée ou publiée. En revanche, elle doit être lue. Elle doit être aimée. Elle doit être suivie. Votre bénédiction patriarcale vous verra par la nuit la plus sombre. Elle vous guidera par les dangers de la vie. … Votre bénédiction patriarcale est pour vous une boussole personnelle pour planifier votre parcours votre cours et pour guider votre chemin.

La patience peut être exigée pendant que nous observons, attendons, et travaillons une bénédiction promise à accomplir.

- « Votre bénédiction patriarcale : Une boussole de lumière, » Ensign, novembre 1986, P. 66


Le Concepteur de l'univers

S'il y a une conception dans ce monde dans lequel nous vivons, il doit y avoir un Concepteur. Qui peut voir les nombreuses merveilles de l'univers sans croire qu'il y a une conception pour toute l'humanité ? Qui peut douter de qu'il y a un Concepteur ?
- « Il s'est levé ! , » Ensign, mai 2010, P. 87-90

(Publié par LDS Church News – Traduit par Pat)


-------------------------------------------------------------------
Le don de la loyauté

Le Schnauzer noir qui accueille l'homme à la porte chaque soir ne recevra jamais le prix «Best of Show ». Il ne finira pas non plus parmi les premiers de sa classe à l'école d'obéissance pour chiens.

En vérité, cette créature passe dans les zones grises qui divisent les «bons» chiens des «mauvais» chiens. Il grimpe sur les meubles, chasse les oiseaux chanteurs et aboie après les Instructeurs au Foyer. Une fois il s’est glissé dans le garde-manger et a englouti un sac entier de guimauves. Il a accepté d’être grondé bouche bée avec un regard coquin - un avertissement, peut-être, que ses coquineries sont loin d'être terminées.

Pourtant, quand le jour commence à décliner, le chien abandonne ses jouets et sa place au chaud au soleil et se dresse comme une pierre face à la porte, attendant le retour de l'homme. Enfin, la porte s'ouvre. L'homme est à la maison. Le chien célèbre son retour, comme si son maître avait été absent pendant des mois, il danse et remue sa queue avec une joie si vigoureuse qu'il perd parfois son équilibre.
Malgré ses défauts, ce petit chien possède un caractère rédempteur qui le rend cher à l'homme: une loyauté constante et inconditionnelle.

L'homme connaît ses propres faiblesses en tant que propriétaire de l'animal. Parfois, il oublie de remplir le bol de croquettes et quelquefois la journée passe sans que la laisse ne soit touchée. Il met le chien heureux de côté quand les soucis du monde pèsent lourd sur son esprit. Mais le chien aime son maître imparfait. Il anticipe patiemment son retour chaque jour et savoure chaque instant en sa compagnie et l'affection que celui-ci lui offre.

Combien plus grande est la loyauté constante d'une autre personne? Appréciez cet ami rare et précieux sur lequel vous pouvez compter dans les moments les plus difficiles et éprouvants. Les « amis de beau temps » sont nombreux quand il y a la fête et que le soleil brille. Mais sur qui pouvons-nous compter quand les nuages de la vie s’assombrissent, deviennent menaçants et envoient le déluge? Sommes-nous considérés comme un tel ami? La loyauté, fait-elle partie de nos traits de rachat?
Comme Proverbes enseigne: "L’ami aime en tout temps" (Proverbes 17:17).

David de l'Ancien Testament est parmi les hommes imparfaits que l’on trouve dans les Écritures. Compte tenu de son ambition et redoutable manque de jugement, ses soit-disant nombreux "amis" l’abandonnent. Mais David est béni avec un compagnon fidèle, Jonathan, fils de Saül, un homme qui «l'aima comme son âme. » (1 Samuel 18 :1)
Le roi Saül était si jaloux du succès de son serviteur David et de sa popularité en Israël qu’il a conspiré à lui oter sa vie. Malgré les mauvais désirs de son père puissant et impulsif, Jonathan a pris la défense de son ami et l’a protégé. Il a été un avocat auprès de David et lui a prouvé sa loyauté à un moment qui aurait pu lui coûter aussi la vie.
« Et Jonathan parla favorablement de David à Saül, son père : Que le roi dit-il, ne commette pas un péché à l’égard de son serviteur David, car il n’en a point commis envers toi, au contraire il a agi pour ton bien.

« Il a exposé sa vie, il a tué le Philistin, et l’Eternel a opéré une grande délivrance pour tout Israël; tu l’as vues, et tu t’en es réjoui. Pourquoi pécherais-tu contre le sang innocent, et ferais-tu sans raison mourir David?
« Saül écouta la voix de Jonathan, et il jura, disant : l’Eternel est vivant, David ne mourra pas » (1 Samuel 19:4-7).

La jalousie du roi Saül revint et il chercha de nouveau a oter la vie de David. Une fois de plus, Jonathan a révélé sa loyauté en avertissant son ami. « Dans le cas où mon père trouverait bon de te faire du mal, je t’informerai aussi et je te laisserai partir afin que tu t’en ailles en paix, et que l’Eternel soit avec toi, comme il a été avec mon père » (1 Samuel 20 : 13).

Thomas S. Monson a dit que la loyauté démontrée dans l'Ancien Testament par Ruth à sa belle-mère et amie, Naomi, définit le modèle même de la femme idéale.
«Sensible à la douleur de sa belle-mère, Naomi, endeuillée par la perte de ses deux fils, ressentant peut-être le désespoir et la solitude qui affligeaient l'âme même de Naomi, Ruth a prononcé ce qui est devenu une déclaration de loyauté bien connue : ‘Ne me presse pas de te laisser, de retourner loin de toi ! Où tu iras j'irai, où tu demeureras je demeurerai ; ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu sera mon Dieu.’ » (Ruth 1:16, Conférence générale d’octobre 2002).

Le prédécesseur prophétique de président Monson, le président Gordon B. Hinckley, a parlé « d’être fidèles à ce qu’il y a de meilleur en nous »
« Pour moi, être loyal, c’est être fidèle à soi-même. Pour moi, c’est être absolument fidèle à l’épouse que l’on a choisie. Pour moi, c’est être absolument loyal à l’Église et aux nombreuses facettes de son activité. Pour moi, c’est être, sans aucune équivoque possible, fidèle au Dieu du ciel, notre Père éternel, et à son Fils bien-aimé, notre Rédempteur, le Seigneur Jésus-Christ. » (avril 2003 Conférence générale).

(Publié par LDS Church News – Traduit par Ambre)

---------------------------------------------------------------------
Pensée du jour

L’espérance vient de la foi en Jésus-Christ

« L’espérance vient de la foi en Jésus-Christ. Il a déjà vaincu le monde et a promis qu’il essuierait nos larmes du moment que nous nous tournons vers lui, croyons en lui et le suivons
.


Certains qui, en ce moment, sont désespérés ou découragés se demandent peut-être comment ils pourraient bien retrouver l’espérance. Si c’est votre cas, rappelez-vous que l’espérance vient en résultat de la foi. Si nous voulons avoir plus d’espérance, nous devons développer notre foi. »

Wilford W. Andersen des soixante-dix


Message du 14 Septembre 2010

Semaine d’éducation sur le campus de BYU: Continuer de vivre quand un être cher est mort

Faire face à la mort d’un être cher et savoir comment s’y prendre avec le deuil est souvent unprocessus compliqué, ont dit Dennis et Joyce Ashton mercredi pendant une présentation à la semaine de l'éducation sur le campus de BYU.


Frère Ashton a servi comme évêque et est maintenant dirigeant pour les Services familiaux del’Eglise et un psychothérapeute certifié. Sœur Ashton est infirmière et conseillère pour les gens affectés par le deuil. Elle est aussi conseillère spirituelle pour les gens en deuil à RockyMountain Hospice (un établissement de soins palliatifs) à Salt Lake City.

Les Ashton ont expliqué comment ils ont eu besoin d’appliquer leurs propres conseils lorsque leur fils de quatorze ans, Cameron, qui était handicapé, est décédé. Cette expérience, bien que difficile, les a aidés à enrichir leurs capacités en tant que professionnels pour aider les autres.« Je peux vous faire une promesse, » a dit Sœur Ashton. « Si vous travaillez correctement pour traverser votre chagrin, vous trouverez encore la paix, la joie et le bonheur. »
Les Ashton ont mis l’accent sur cinq niveaux de deuil que les êtres humains connaissent dans la vie : émotionnel, cognitif, physique, social et spirituel.

Sœur Ashton a développé les quatre premiers, alors que Frère Ashton traitait exclusivement le niveau spirituel.« Travailler sur le deuil est le travail le plus dur que vous ferez, » a-t-elle dit. D’abord, Sœur Ashton a parlé des réponses physiques typiques et des « interventions » possibles pour chaque niveau. Par exemple, les réactions normales à la réaction d'un décès, pourraient inclure l’isolation et la vulnérabilité. Les méthodes possibles ou les« interventions» pour éviter ce genre de symptômes comprennent les groupes de soutien et le fait de rendre service.Tout au long de sa présentation, Sœur Ashton a bien spécifié que la réponse de chacun varie selon ses facultés d'’adaptation, tel que la santé physique ou mentale et l’expérience précédente avec un décès.« Les seuls qui pourraient comparer les différentes réactions à un décès sont nous-mêmes face à la perte d'un être cher » a-t-elle dit.

Quelques soient les réactions vis-à-vis d'un décès, Sœur Ashton a encouragé l’assistance à uivre l’exemple du Sauveur, qui a bu la « coupe amère » pour satisfaire à la volonté du Père lui avoir demandé de ne pas le faire, si c’était possible."Ça se peut que nous soyons obligés de boire à la coupe amère," a-t-elle dit. "Notre espoir est que notre caractère soit meilleur, mais pas amer après en avoir bu"Puis Frère Ashton a développé le côté spirituel. Il a partagé plusieurs expériences de son appel dans les Services familiaux de l'Eglise, y compris un voyage en Albanie pour apporter dusecours aux les refugiés du Kosovo.
Selon Frère Ashton, beaucoup de gens qui sont en deuil relient le décès d'un être cher avec leurs propres erreurs ou le considèrent comme une épreuve donnée par Dieu pour les raffiner.

En citant Elder Neal A. Maxwell, Frère Ashton a dit qu’il est "incroyablement commun" que cette perte est tout simplement une des réalités et un des obstacles de la vie mortelle. Il a fait référence aussi au Sauveur, qui a pleuré avec Marie après la mort de Lazare, compatissant avec elle, sachant qu'il le ressusciterait bientôt de la mort."Les mains de Dieu sont plus souvent présentes pour nous soutenir et nous soulager en temps de douleur plutôt que de nous enlever les épreuves et la souffrance de nos vies," a-t-il dit.

(Publié par LDS Church News – Traduit par Régina)


-------------------------------------------------------------
Une pensée des écritures

« L’amitié est le premier grand principe fondamental du Mormonisme. » — Joseph Smith, Les enseignement du prophète Joseph Smith

« Cette pensée doit inspirer et motiver chacun d'entre nous parce que j'estime que l'amitié est un besoin fondamental de notre monde, » a dit Elder Marlin K. Jensen pendant la conférence générale d'Avril 1999.

« Je pense qu’en chacun d'entre nous existe un désir profond d'amitié, un profond soupir de satisfaction et sécurité qui renferme ce que des relations durables peuvent donner. Peut-être que la raison pour laquelle les Ecritures font peu de mentions spécifiques du principe d'amitié est parce que cela devrait se manifester tout à fait naturellement lorsque nous vivons l'évangile. En fait, si l'attribut Chrétien des œuvres de charité a un cousin germain, c'est l'amitié."

(Publié par LDS Church News – Traduit par Eliane)

-------------------------------------------------------------
Pensée du jour

La docilité à croire produira un déversement de l’Esprit

« Si nous suivons les enseignements que nous donnent notre prophète et nos apôtres lors de cette conférence, nous serons amenés à une docilité et une disposition à croire en la parole de Dieu. On nous a recommandé d’aller au temple, de fortifier la famille en faisant régulièrement la prière en famille, l’étude des Écritures et la soirée familiale, d’œuvrer diligemment dans la prêtrise et les appels de l’Église, de payer la dîme et les offrandes, d’avoir foi, de prier pour être guidés et de vivre de manière à être dignes de la compagnie du Saint-Esprit.

Nous ressemblons souvent à Naaman, le lépreux syrien que l’on a envoyé vers le prophète d’Israël pour être purifié. Quand Élisée a simplement envoyé un messager lui dire qu’il devait se plonger sept fois dans le Jourdain, Naaman est parti, en colère. Heureusement, l’un de ses serviteurs lui a dit : « Si le prophète t’eût demandé quelque chose de difficile, ne l’aurais-tu pas fait ? Combien plus dois-tu faire ce qu’il t’a dit : Lave-toi, et tu seras pur ! » (2 Rois 5:13)
Je témoigne que nous parviendrons à cette docilité et à cette disposition à croire si nous faisons les choses apparemment insignifiantes que l’on nous a enseignées à maintes reprises depuis notre jeunesse. L’obéissance produira une douceur de cœur et une docilité à croire en la parole de Dieu. Je rends témoignage que la docilité à croire produira un déversement de l’Esprit. »

Michael T. Ringwood Des soixante-dix